Pitié pour Constance

André FORTIN

Jigal, 2011



Malgré son père député conservateur bon teint, Constance Sicardi, la figure des écolos durs, est enlevée à la fin d'un meeting dans la ville de Marseille. Le juge Galtier prend l'affaire en main.

Constance, c'est la fille qui répète l'histoire éternelle de l'enfant : celui qui, une fois l'âge atteint, s'éloigne de ses parents. Et ce d'autant plus que son père ne tient pas ses promesses politiques. Alors, Constance ira se réfugier dans le camp d'en face. Mais elle évite aussi son paternel et ne va même plus le voir dans son pied à terre parisien.

Dans la vision de certains conseillers sur le président de la République, on sent poindre une critique bien actuelle : "C'était un type qui était tout à sa réussite, seule sa réussite personnelle comptait. Il n'avait pas d'idées. Il avait une vague culture libérale, un simple vernis, aimait l'Amérique...". Pensez vous à quelqu'un, M. Fortin ?

Malgré tout, le style long et lent de l'auteur alourdit un peu le bouquin. On passe des pages sans dialogues et l'ensemble se révèle parfois un peu trop lourd. La description des personnages me semble également assez superficielle.

Bref, le livre aurait pu être bon car le sujet est sympa. Mais le style plombe un peu l'ensemble. Dommage.

On trouvera ici une description du bouquin.

Marc Suquet

partager sur facebook :