Fais péter les basses, Bruno

BARU

Futuropolis, 2010
128 pages, 20 euros



Rapport de police 9782754804097
Suite à l'affaire "Zizou", voici ce que les enquêteurs ont pu reconstituer :
Zinedine, un voyou récemment sorti de prison, se met dans la tête de braquer un fourgon de la Brinks. Pour celà, il doit s'associer avec des anciens malfrats. Si le casse a été bien préparé, il ne s'est pas passé comme prévu.
Venu en France illégalement le dénommé Slimane est devenu travailleur clandestin. Il s'est retrouvé au milieu des deux clans.
Fin du rapport de police 9782754804097

Une histoire qui fait rire, et réfléchir. Slimane, adolescent africain, est venu avec des rêves pleins la tête. Il se retrouve, dès l'aéroport, poursuivi par la police. Il se débrouillera du mieux qu'il peut pour survivre. Alors qu'il devait devenir apprenti footballeur, il va dribbler son avenir entre tragédie et comédie.

Si la tragédie est assurée par la présence illégale de Slimane, son statut de clandestin, la comédie se taille la part du lion avec deux bandes de malfrats : ceux de la vieille école, et la jeune pègre contemporaine.

Si le groupe de Fabio a dépassé le siècle à eux trois, ils ont le sens du respect, une certaine morale. Le pognon, ils s'en foutent. La bande de Zinedine c'est tout le contraire. On agit d'abord, on réfléchira ensuite. Baru fait d'entrechoquer les générations de la pègre.

Les dialogues qu'il fait dire à ses personnages sont des perles du genre. Il faut entendre la bande de Zinédine s'exprimer en mettant "putain" à toutes les phrases. Fabio et ses amis ne sont pas grossiers, et restent calmes en toutes circonstances, à contrario de la jeunesse.

Dans un one shot, le temps est un élément important. Baru nous le démontre avec un découpage qui relève de l'orfèvrerie. Quant aux trognes elle sont choisies avec soin. Comme Baru le dit lui-même, c'est un hommage discret au cinéma de Georges Lautner. C'est aussi un hommage au polar, où l'histoire policière parle aussi de social.

Temps de livres

partager sur facebook :