La saison des brumes

COLLECTIF, Neil GAIMAN

Delcourt, 2003
Sandman : 4
Traduit de l'anglais. Première parution dans la langue originale en 1992.



Le Diable s'ennuie en Enfer. Sur un coup de tête, il décide de tout arrêter, de libérer tous ses protégés et de confier la clé de son royaume à Dream, venu libérer la femme qu'il a damnée plusieurs siècles auparavant pour avoir osé résister à ses avances. Privé de cet élément essentiel à son équilibre, le monde est alors sur le point de plonger dans le chaos : les morts reviennent et les prétendants à la succession de Satan sont nombreux. Tous, dieux de l'Olympe, antiques divinités nordiques, égyptiennes ou orientales, simples démons aussi, s'invitent chez Dream en espérant qu'il leur confiera la clé tant convoitée...

BD culte aux Etats-Unis, notamment au sein du public gothique, "Sandman" rompt avec la tradition du comic américain, où les super-héros sont très gentils et doivent débarrasser le monde de leurs ennemis, très vilains. Ce qui frappe d'abord à la lecture de "Sandman", c'est en effet son absence de manichéisme. Aucun personnage n'est ni tout blanc, ni tout noir... même si le noir l'emporte largement, tant l'ambiance est sépulcrale et désespérée. Autre particularité, Neil Gaiman, nous révélant ici une nouvelle corde de son arc qui en compte décidément de nombreuses, a choisi de s'entourer de dessinateurs différents pour chaque chapitre de cette saga. Issus de l'école du comic américain, tous ont en commun un trait de crayon tranché, de larges aplats de couleur, beaucoup de zones noires aussi, le tout donnant à l'ensemble un caractère étouffant, oppressant, à la limite de la claustrophobie, qui peut mettre mal à l'aise et révèle une approche de la bande dessinée très différente de celles explorées en Europe. Créé pour la BD d'action, ce style tranche avec le côté posé de ces aventures métaphysiques et l'effet produit n'est pas inintéressant, tant il accentue la violence des sentiments ressentis par les personnages de Gaiman.

Une épopée à suivre.

Mikael Cabon

partager sur facebook :