La Jambe d'ivoire (Achab, T. 4)

Patrick MALLET

Treize étrange, 2011



Achab tue enfin Moby Dick. Mais la rencontre d'un pêcheur de l'ile de Ceylan, Jangi Nimbalkar, lui fait comprendre que son obsession n'est pas achevée.

Les quatre tomes de cette BD imaginent la vie du capitaine Achab avant le récit de Melville, à partir de l'âge de treize ans. Voici la fin de cette pré-vie littéraire du fameux personnage. La rencontre avec Moby Dick est l'occasion pour Achab de péter le dernier plomb qu'il lui restait : le voilà enfin face à son obsession. Sa folie donne toute sa mesure dans le dessin et ses paroles : "ton agonie n'est rien par rapport aux tourments que j'ai endurés."

La folie du capitaine monte d'un cran lors de la perte de sa jambe. Patrick Mallet nous livre l'explication barje de "l'unijambisme" du fameux cap'taine. Il est quand même atteint, c'ui-là! L'exotisme est présent dans ce récit avec l'histoire du pêcheur de Ceylan. Une belle façon de prolonger l'histoire de Moby Dick et d'expliquer son apparition simultanée à différents endroits du globe.

L'album est plutôt bon, illustrant la psychologie un tantinet malmenée d'Achab. Un joli travail d'un auteur qui, décidément, travaille souvent en solitaire, assurant le plus souvent scénario et dessins des aventures qu'il publie (Les Plombs de Venise, Smarra, Vathek). On regrettera un peu, sur certaines des pages, les immenses bulles envahissantes qui rompent parfois le rythme du récit (p. 4 ou 16-17, par exemple).

Marc Suquet

partager sur facebook :