Happy Girls

ZEP

Delcourt, 2010



Dans la lignée de Happy Sex, 47 pages racontant l'histoire délicate et complexe des relations de Robert, jeune adolescent, avec les filles. Et Dieu sait que Robert ne sait pas trop s'y prendre avec Anne-Marie, Christelle, Sophie, Loriane, Nina, Natacha, Barbara, Louise, Marie-Dominique et toutes les autres...

Bon, c'est sympa, les complexités de l'adolescent face aux filles. C'est sûr, le sujet est vaste : des problèmes de transpi aux stratégies d'approche diverses comme la participation à un stand d'artisanat hutu ou à la fête des amis de l'accordéon qui permettent de se rapprocher de Laure, en passant par les fantasmes déclinés sur la postière ou sur Mlle Buhler, la prof d'anglais trop sexy... le monde des girls est là.

Mais bon voilà, pour qui s'est régalé à la conversion de Zep à la BD adulte, par la lecture de Happy Sex, l'enthousiasme est un peu douché par ce nouvel album. Happy Girls n'a pas la pêche, le "peps" de son prédécesseur dans la série. Et puis, le scénario ou le perso principal, Robert, seraient-ils proches de ceux des Filles électriques, album de l'auteur paru en 1997, comme le suggèrent certains sites ou comme cela est signalé discrètement en page 2 de l'album ? Alors on est un peu inquiet pour le troisième de la série, Happy Rock, dont le même site signale la proximité avec L'Enfer des concerts, que Zep a fait paraître en 1999.

Cher Zep, j'ai adoré Titeuf, le Guide du zizi sexuel, ou encore Happy Sex. Happy Girls n'est pas de la même veine, alors please, ne nous décevez pas plus.

Marc Suquet

partager sur facebook :