Le marin, l'actrice et la croisière jaune

Régis HAUTIERE, Arnaud POITEVIN

Soleil, 2013
Le Marin, l'actrice et la croisière jaune, T. 3



Juin 1931, la croisière jaune affronte l'Himalaya pour le premier groupe et la Chine pour le deuxième, avec son terrible désert de Gobi. Pas facile pour des aventuriers pris entre les vents de sable, les pistes dans les montagnes dont la largeur dépasse d'à peine trois centimètres celle des autochenilles, les pillards ou encore les guerres des potentats locaux. Pendant ce temps, Alice Cocéa, la fiancée de Victor Point, qui dirige la croisière jaune, tourne dans des films et se perd quelque peu dans les bras d'un journaliste allemand.

Une page sur les Bouddhas de Bamiyan, en Afghanistan, que les aventuriers attribuent bizarrement aux musulmans : des constructions qui témoignent, comme le signalent les aventuriers, de la capacité de la foi à donner la force d'accomplir de belles choses comme de profondes bêtises. Une remarque valable également pour aujourd'hui lorsque l'on sait que ces statues ont été détruites en 2001 par les talibans.

Rigolo de trouver un soldat anglais dessiné sous les traits de David Niven (p. 19), le comédien célèbre des 55 Jours de Pékin et du Cerveau.

L'album, lui, est fidèle au premier tome. Une belle histoire d'aventures et un dessin efficace mais sans grandes nuances.

Marc Suquet


  

Un nouveau départ

Régis HAUTIERE, Arnaud POITEVIN

Soleil, 2011
Le Marin, l'actrice et la croisière jaune, T. 1



Ancien marin opérant souvent en Chine en 1925, Victor Point est pressenti par Citroën pour diriger la croisière jaune. Après la croisière noire en Afrique, celle-ci doit relier Beyrouth à Pékin. Une vraie folie (cinq cols à plus de 5 000 mètres, mais aussi une situation politique instable, des pirates...) qu'accepte l'aventurier. Ce premier tome montre la préparation de la croisière, près de Fontainebleau, où sont testées les autochenilles ou encore en Asie, où il s'agit de trouver des routes praticables par où devrait passer l'expédition.

Un album plutôt sympathique qui alterne le travail de Victor Point sur le terrain et ses rencontres avec sa maîtresse, l'actrice Alice Cocéa : un nom guère connu et que même Wikipédia évoque avec une étonnante brièveté. Il vous faudra aller sur le site d'un de ses admirateurs pour mieux connaitre cette actrice. La scène de début du tome rappelle le peu de considération du public qui interrompt l'actrice en scandant le nom de son amant qui a préféré se suicider en apprenant les infidélités d'Alice. Le dessin me semble un peu simple et sans grand détails. Une concession à la dominante action de cet album ?

Bref, plutôt bien, l' évocation de cette grande aventure que fut la croisière jaune.

Marc Suquet

partager sur facebook :