Le Rose et le Noir

ANTHOLOGIE, Frédéric PRILLEUX

Terre de Brume, 2004
Recueil de nouvelles du cinquième concours organisé par La Noiraude et l'association La Fureur du Noir, organisatrice, à Lamballe (22) du festival Noir sur la Ville.



Déclinant le thème de l'amour, cinq nouvelles noires écrites par des écrivains confirmés - Claude Amoz, Jean-François Coatmeur, Patrick Pécherot, Jean-Bernard Pouy et Philippe Thirault - alternent avec celles, noires également, produites par les jeunes auteurs, Adèle Ayanok, Laurent Boron, Françoise Conan, Thomas Ehrmann et Lionel Perrin, heureux lauréats du cinquième concours organisé par la Noiraude, fonds spécialisé de nouvelles noires et francophones de la médiathèque de l'Ic à Pordic, dans les Côtes d'Armor, et la Fureur du Noir, organisatrice à Lamballe (22) du festival Noir sur la Ville, et qui voient pour la première fois une de leurs nouvelles publiée en recueil.

Les thèmes croisés de l'amour et de la mort, en général violente, composent donc ce recueil de nouvelles écrites moitié par des auteurs confirmés, moitié par des nouveaux venus. L'ensemble est varié certes, mais toujours d'excellente qualité. Toutes sont bien construites, bien menées, agréablement écrites. Chacun de ces textes se savoure donc en fin gourmet comme une gourmandise unique préparée avec tout l'art et le savoir faire d'un orfèvre en la matière. Ne boudons donc pas notre plaisir et plongeons avec délectation au coeoeur des histoires narrées. L'on y croise un vieux garçon obsessionnel pris à son propre piège, une jeune femme victime de l'inceste, un joueur de poker contraint de rembourser ses dettes de jeu en donnant l'un après l'autre ses organes vitaux, une prostituée, une femme entourée de chats qui a sombré dans l'alcool pour oublier la trahison de son homme, une autre qui se dit condamnée par la médecine et veut refaire l'amour une dernière fois avec ses anciens amants, des mères possessives qui en arrivent à haïr à force d'aimer... Où l'on voit que c'est souvent au sein de la famille que l'amour conduit à la mort de l'autre ou de soi !

Un plaisir de lecture !

Arlette Julien

partager sur facebook :