Trésor de guerre

François RAVARD, Philippe RICHELLE

Glénat, 2013
Les Mystères de la cinquième République, T. 1



Au coeur de la Ve, une enquête qui plonge dans les réseaux de financement du FLN, les "porteurs de valise", militants français qui collectent des fonds et des faux papiers en France et les transportent vers l'Algérie. Des militants parmi lesquels l'album présente la figure d'un prêtre, participant à ces groupes comme ont pu le faire quelques chrétiens (source)

Plutôt mieux, cet album, car plus léger que le tome portant sur la quatrième République et notamment parce qu'il ne présente pas trop de bulles de dialogues qui freinent implacablement le rythme du scénario.

J'aime bien le personnage de l'inspecteur qui vit toujours chez Moman, celle-ci l'entourant de tous ses soins franchement trop protecteurs : lui apporter sa petite gamelle de chantier sur son lieu de travail, par exemple. Aïe aïe aïe !

Un album pas désagréable présentant un contexte historique intéressant et souvent encore douloureux.

Marc Suquet


  

Les Résistants de septembre

Alfio BUSCAGLIA, Philippe RICHELLE

Glénat, 2013
Les Mystères de la quatrième République, T. 1



Un cadavre retrouvé dans un champ du Lubéron. Un cadavre qui conduit l'enquête du commissaire Coste vers les milieux de la collaboration...
J'ai préféré le dessin de cet album a celui du premier cycle, peut-être à cause des couleurs chaudes de Claudia Boccato. Mais que le scénario est poussif et lourd ! Je l'avoue, je me suis embêté. Dommage, car l'idée d'une BD à base d'histoire est toujours salivante.

Marc Suquet


  

Les Démons des années 30

Philippe RICHELLE, Pierre WACHS

Glénat, 2013
Les Mystères de la troisième République, T. 1



Dans les années 30, Lucien Fabre, directeur d'un journal proche des ligues d'extrême droite, est assassiné dans l'écurie de sa propriété normande. C'est donc une série à forte composante historique que nous présente ici Philippe Richelle, même si le scénariste avoue prendre quelques libertés avec l'histoire puisqu'il faut une fin à un polar et que la plupart des crimes à caractère politique restent impunis (source).

La facture est très classique : une intrigue rectiligne avec quelques retours en arrière couleur sépia. On trouve plusieurs suspects, chacun ayant pu matériellement commettre cet assassinat. Le tout reste sans surprise. Le dessin me semble simple avec des détails parfois un peu négligés, notamment sur certains visages. Pas désagréable, sans plus, mais les auteurs auraient avantage à densifier l'intrigue dans les tomes suivants...

Marc Suquet

partager sur facebook :