Le Doute

Ognacio NOE

Glénat, 2013
Douce, tiède et parfumée, T. 1



C'est quoi, ce titre ? Ben, ça surprend, mais ça lui va franchement bien à la p'tite Ally, elle qui vit, en 1872, une vie de grande bourge, au sein d'une famille British dans une maison cossue et destinée à un fiancé plein aux as. Quand on la voit au milieu de ses poupées (p. 3), tout va bien pour l'héritière de la maison Hugh. Mais l'assassinat de son père, un homme au savoir encyclopédique qui va de la philo à la socio, perturbe un tout petit peu les gentilles certitudes bourgeoises de la jeune demoiselle. En effet, le dada de son père scientifique et curieux de biologie était l'éducation et sa capacité à transformer la vie d'un individu. Un postulat qui va transformer la vie d'Ally comme les couteaux dont elle se sert pour forcer les tiroirs du bureau de son père défunt. Des tiroirs qui regorgent de secrets bien gardés sur l'origine d'Ally qui se trouve être le sujet principal de l'expérience scientifique paternelle !

Une jolie surprise, cet album ! Le scénario est en effet intriguant, plein de surprises et d'interrogations sur les secrets de la famille Hugh. Un dessin qui porte parfaitement l'histoire. Rare aussi de voir un auteur réaliser seul scénario et dessins ! Un tout petit bémol : des personnages parfois un peu classiques comme Juan, le gardien du zoo bien sûr assez bohème face à la rigidité victorienne de la famille Hugh. Mais ça n'est qu'un défaut mineur du premier album d'un triptyque qui s'annonce franchement alléchant. Joli coup !

Marc Suquet


Que voilà un album surprenant ! A la vue de la couverture, mon premier mouvement a été d'en laisser la lecture aux copains. Heureusement ma curiosité a été la plus forte et j'ai fini par l'ouvrir ! Et là, j'ai été immédiatement happée par l'ambiance qui se dégage du graphisme. Mon oeil a été attiré par une multitude de détails et par la sensualité qui se dégage des pages.

J'ai eu beaucoup de plaisir à lire l'histoire de ce "cobaye" en jupon utilisé dans une expérience aux relents nauséabonds qui, à la mort de son père, part à la recherche de sa vraie famille pour mettre fin à cette vie de mensonge.

Seul petit bémol, elle a beau être belle, intelligente et forte, j'aurais aimé un peu plus de temps pour m'attacher au personnage. Mais, à ce détail près, il se passe (enfin !) quelque chose dans un premier album et c'est assez rare pour être signalé. J'attends la suite de pied ferme !

Annecat


Dans un Londres rétro-futuriste, Ally, petite fille modèle en passe de devenir la femme parfaite d'un homme richissime et de bonne réputation, voit son monde s'écrouler à la mort de son père et aux découvertes qui entourent sa disparition. Elle s'échappe de chez elle, fuyant alors les principes d'éducation familiaux et tout ce qu'elle croyait être des vérités. A quoi bon être une simple épouse douce, tiède et parfumée ? Ally, totalement perdue, fait alors la rencontre de Juan et part à la recherche de son identité. Une autre facette de sa personnalité se dévoile.

Le fantastique et les rebondissements de l'histoire donnent un récit bien fourni mais un brin empressé. La force de l'album, c'est le dessin. On y trouve une certaine frénésie, notamment dans les rêves terrifiants d'Ally. La gestuelle des corps et l'expressivité des visages sont éloquentes et convaincantes. On prend plaisir à s'attarder sur les détails des différents décors. Les couleurs, surtout, m'ont fascinée. Elles apportent à la fois douceur et intensité au dessin.

Zab

partager sur facebook :