1982-2012, 30 ans d'écrits sur le polar - Volume 1

Claude MESPLEDE

Krakoen, 2013



"Une seule certitude, le doute !" (p. 9)

"Habemus papam !"

Les médias en ont beaucoup parlé. Un nouveau pape ! Engouement général, même auprès des non-catholiques, car la simplicité semble être la marque de fabrique du 266e souverain pontife.

"Notre pape à nous" fait également montre de la plus grande simplicité. Il ne s'appelle pas François, mais Claude. Il ne vient pas de Buenos Aires, ni même d'Avignon. Lui, c'est plutôt du côté de la Haute-Garonne et de la Ville rose - qui a vu naître Carlos Gardel, rappelons-le - qu'il faut chercher ses origines...

"Notre pape", tout le monde l'aura compris, c'est Claude Mesplède ! Ses fidèles ? Tous les amoureux du polar, tous les "mauvaisgenreux". Ce pape oecuménique qui respecte tous les genres du polar - et ils sont multiples - fait l'unanimité depuis longtemps déjà. Il a même, en 2003, fait paraître "sa bible"... En effet, son Dictionnaire des littératures policières, en deux volumes, constitue une véritable bible. Citons, à ce propos, Daniel Pennac : "Oui, c'est bien le Mesplède que j'emporterais sur une île déserte ; ce dictionnaire si minutieusement achevé est un roman sans fin."

Et ne voilà-t-il pas que sort, dans la plus grande discrétion, une "encyclique" du "pape Claude" (un livre de près de 400 pages) qui devrait d'ailleurs être suivie de deux autres. C'est un fidèle parmi les fidèles, l'auteur Yvon Coquil (Black Poher, Docks) qui m'a fait part de la parution de ce volume 1 de trente ans d'écrits sur le polar : chroniques, entretiens, essais, et une fiction. Un "Poulpe" qui s'intitule Le Cantique (sic) des cantines.

Je conseille fortement la lecture de ce volume 1. Je n'en dirai pas davantage car on pourrait me taxer de partialité, voire d'obséquiosité...

Remarques :

1- Ce n'est pas moi qui ai dit que Claude Mespède, conteur hors pair, encyclopédiste, critique... était "la mémoire vivante du polar" !

2- Quelques "paroles amies", parmi tant d'autres, souvent incomplètes, et je m'en excuse :
"Cher Claude si vous n'existiez pas, il faudrait vous inventer" (Jean Amila-Meckert)
"C'est un passeur généreux, un initiateur qui aime faire se rencontrer les gens et les genres" (Pascal Dessaint)
"Le dernier des Mohicans, un grand bonhomme" (Serguei Dounovetz)
"Ce mec est un partageur, un enthousiaste, un gamin mais pas un sale gosse" (Christine Ferniot)
"Un soutien incomparable, chaleureux et militant qui a permis à de petits festivals comme le nôtre de s'inscrire dans la durée" (Roger Hélias, président du Goéland Masqué, Penmarc'h)
"Honneur et merci à Claude, le Luis Mariano du polar" (Jean-Bernard Pouy)

3- "Pape Claude" (tout comme "pape François" dans son domaine) est infaillible lorsqu'il s'agit de... littérature policière ! (Ca c'est de moi !)

A très bientôt, Claude, dans le Sud (Finistère) !

Roque Le Gall

partager sur facebook :