Coupables

Ferdinand VON SCHIRACH

Gallimard, 2012
Traduit de l'allemand par Pierre Malherbet



"Frères humains qui après nous vivez,
N'ayez les coeurs contre nous endurcis...
De notre mal, personne ne s'en rie,
Mais priez Dieu que tous nous veuille absoudre."
(François Villon, Ballade des pendus)

Je viens de retrouver les quelques notes que j'avais prises lors de la lecture de Crimes, puis de Coupables... Je n'avais pas l'intention de chroniquer ces deux livres, deux livres de nouvelles, mais j'avais cependant griffonné quelques remarques, au cas où je changerais d'avis. En principe, j'évite de chroniquer des nouvelles. En effet, je ne sais jamais comment m'y prendre avec ce genre littéraire, difficile, exigeant et qui m'a toujours attiré.

Crimes et Coupables sont donc deux recueils de nouvelles. Leur auteur, Ferdinand von Schirach, est allemand... et non corrézien. Célèbre avocat pénaliste à Berlin, il a fait une entrée fracassante en littérature avec la publication de Crimes, son premier recueil (Verbrechen en allemand, quarante-cinq semaines sur les listes des meilleures ventes outre-Rhin, recueil récompensé par le prestigieux prix littéraire Kleist).

Crimes relate "onze affaires criminelles stupéfiantes." Je mentionnerai seulement deux d'entre elles. Celles qui m'ont plus particulièrement marqué. Tout d'abord, celle intitulée "Légitime défense" : un inconnu, d'aspect tout à fait banal, mais faisant montre d'"un sang-froid absolu," tue deux skinheads néonazis, sur un quai de gare. Ensuite, celle intitulée "Le Violoncelle" : une soeur tue son frère... par amour.

Coupables contient quinze nouvelles. Je n'en citerai que deux également. Celle qui ouvre le recueil, "Fête communale", le procès d'un viol collectif... qui restera impuni alors que les faits sont établis et que l'on connaît les coupables. L'autre, dont je n'ai pas noté le titre (Entschuldigung !) est l'histoire d'un homme accusé à tort d'attouchements par une gamine de la classe de son épouse institutrice.

L'auteur, entré tardivement en littérature (quarante-cinq ans), tire ses nouvelles de son métier d'avocat et de sa longue expérience du barreau. "Il s'inspire de cas réels et y injecte une dose de fiction." Impossible pour le lecteur de savoir ce qui est "vrai" dans ces faits divers étranges, insolites, violents, souvent tragiques, et ce qui ressort de l'imagination de l'avocat-écrivain. Aucune importance après tout, tant le résultat est probant : le lecteur ne peut qu'être séduit et déstabilisé.

Séduit par une écriture sobre, sèche, précise. Une écriture au scalpel qui, combinée avec une grande finesse psychologique, élève von Schirach au niveau des meilleurs nouvellistes.

Déstabilisé par ces histoires fascinantes mais terriblement dérangeantes qui font vaciller sa morale de tous les jours et qui l'amène à se poser des questions : "Qu'aurais-je fait dans les mêmes circonstances ? Aurais-je, moi aussi, franchi la ligne et basculé dans la violence ?..."

Crimes et Coupables, "une galerie de portraits à la fois effrayants et touchants", une réflexion poussée sur la justice et sur la complexité de l'être humain, sont deux recueils de nouvelles de grande qualité et leur auteur a décidément bien du talent !

Roque Le Gall


  

Crimes

Ferdinand VON SCHIRACH

Gallimard, 2011
Traduit de l'allemand par Pierre Malherbet



"Frères humains qui après nous vivez,
N'ayez les coeurs contre nous endurcis...
De notre mal, personne ne s'en rie,
Mais priez Dieu que tous nous veuille absoudre."
(François Villon, Ballade des pendus)

Je viens de retrouver les quelques notes que j'avais prises lors de la lecture de Crimes, puis de Coupables... Je n'avais pas l'intention de chroniquer ces deux livres, deux livres de nouvelles, mais j'avais cependant griffonné quelques remarques, au cas où je changerais d'avis. En principe, j'évite de chroniquer des nouvelles. En effet, je ne sais jamais comment m'y prendre avec ce genre littéraire, difficile, exigeant et qui m'a toujours attiré.

Crimes et Coupables sont donc deux recueils de nouvelles. Leur auteur, Ferdinand von Schirach, est allemand... et non corrézien. Célèbre avocat pénaliste à Berlin, il a fait une entrée fracassante en littérature avec la publication de Crimes, son premier recueil (Verbrechen en allemand, quarante-cinq semaines sur les listes des meilleures ventes outre-Rhin, recueil récompensé par le prestigieux prix littéraire Kleist).

Crimes relate "onze affaires criminelles stupéfiantes." Je mentionnerai seulement deux d'entre elles. Celles qui m'ont plus particulièrement marqué. Tout d'abord, celle intitulée "Légitime défense" : un inconnu, d'aspect tout à fait banal, mais faisant montre d'"un sang-froid absolu," tue deux skinheads néonazis, sur un quai de gare. Ensuite, celle intitulée "Le Violoncelle" : une soeur tue son frère... par amour.

Coupables contient quinze nouvelles. Je n'en citerai que deux également. Celle qui ouvre le recueil, "Fête communale", le procès d'un viol collectif... qui restera impuni alors que les faits sont établis et que l'on connaît les coupables. L'autre, dont je n'ai pas noté le titre (Entschuldigung !) est l'histoire d'un homme accusé à tort d'attouchements par une gamine de la classe de son épouse institutrice.

L'auteur, entré tardivement en littérature (quarante-cinq ans), tire ses nouvelles de son métier d'avocat et de sa longue expérience du barreau. "Il s'inspire de cas réels et y injecte une dose de fiction." Impossible pour le lecteur de savoir ce qui est "vrai" dans ces faits divers étranges, insolites, violents, souvent tragiques, et ce qui ressort de l'imagination de l'avocat-écrivain. Aucune importance après tout, tant le résultat est probant : le lecteur ne peut qu'être séduit et déstabilisé.

Séduit par une écriture sobre, sèche, précise. Une écriture au scalpel qui, combinée avec une grande finesse psychologique, élève von Schirach au niveau des meilleurs nouvellistes.

Déstabilisé par ces histoires fascinantes mais terriblement dérangeantes qui font vaciller sa morale de tous les jours et qui l'amène à se poser des questions : "Qu'aurais-je fait dans les mêmes circonstances ? Aurais-je, moi aussi, franchi la ligne et basculé dans la violence ?..."

Crimes et Coupables, "une galerie de portraits à la fois effrayants et touchants", une réflexion poussée sur la justice et sur la complexité de l'être humain, sont deux recueils de nouvelles de grande qualité et leur auteur a décidément bien du talent !

Roque Le Gall

partager sur facebook :