Au nom du fils

Stephen DESBERG, Enrico MARINI

Dargaud, 2012
Le Scorpion, T. 10



Le Scorpion, bandit de grand chemin et surtout pilleur de tombes, est le fils d'une sorcière. De son père on ne sait pas grand-chose et lui non plus. C'est ce qu'il va s'appliquer à découvrir tout au long des neuf premiers tomes de cette série. Il va être traqué par le cardinal Trébaldi, descendant d'une des neuf familles qui se partagent le pouvoir à Rome. Mais pourquoi tant de haine ?

Voilà rapidement le résumé des neuf premiers tomes. Dans Au nom du fils, le Scorpion va (enfin) découvrir l'horrible vérité qui entoure sa naissance et la mort de sa mère.

Alors, je ne dirais pas qu'il faut que la série s'arrête... mais un peu quand même ! Ça tourne en rond, ça se mord la queue, ça "flash-back" à fond... mais pour la deuxième fois au moins... etc, etc.

A la fin de ce tome, le Scorpion se fait (encore) prendre dans la toile d'une des garces qui ponctuent l'histoire (belles les garces mais garces quand même), Anséa Latal, en laissant sur le pavé la belle Méjaï libre et fidèle (et belle, très belle), bohémienne qui l'aime ! Que les hommes peuvent être bêtes...

Alors soit le scénario est relancé par une guerre au sommet entre deux des plus influentes familles romaines, soit il faut arrêter car là... on s'ennuie presque !

Annecat

partager sur facebook :