Kililana song, deuxième partie

Benjamin FLAO

Futuropolis, 2013



La suite de la vie de Naïm, au large du Kenya : son frère, qui a maintenant une copine, ne lui court plus après pour l'emmener à l'école. Naïm part en mer avec le vieil homme qui s'est donné pour mission de transférer les ossements du vénérable Liongo Fumo, menacés par le projet immobilier de promoteurs sans scrupules, mais la mer n'est pas toujours complice. Quant à Günther, le capitaine du bateau, il recherche ses caisses pleines de drogue qu'il a dû abandonner en mer.

C'est toujours le superbe dessin de cette série qui séduit immédiatement le lecteur. Ca fait tellement de bien d'être étonné par la beauté du dessin et, là-dessus, il fait fort, Benjamin Flao. Les pages finales montrant la tempête en pleine mer sont magnifiques. Et puis on s'attache à ce p'tit gars, Naïm, le roi de la débrouille et qu'est pas très motivé par l'école.

Vraiment une belle série, dominée par la sagesse africaine, mais aussi la nonchalance et la personnalité originale des persos. Du franchement bon !

Marc Suquet


Nous avions laissé le mage Ali et le jeune Naïm sur leur bateau, voguant vers une destination inconnue pour mettre à l'abri les os sacrés de Liongo Fumo, menacés par un projet immobilier improbable et mégalo. Ils ne sont pas les seuls à être dans de beaux draps... Günter est enlevé par les terroristes somaliens et semble aussi perdu que sa cargaison mystérieuse. A Lamu, la tempête gronde aussi pour la tante de Naïm et son frère Hassan mais aussi pour Mohamed, Maggy et Jean Phi...

Que de talent ! Qu'écrire pour vous encourager vivement à acquérir ces deux volumes ? Franchement, je ne sais pas trop... si ce n'est que tout est formidable : le récit, les sujets abordés, les personnages, l'ambiance, la fin, le début... Rien, il n'y a rien à jeter, à changer... Si, en fait, peut être notre inlassable fringale de besoins à nous "hommes blancs".

Annecat


  

Kililana Song

Benjamin FLAO

Futuropolis, 2012
Kililana Song, T. 1



Naïm a onze ans. Il habite au large du Kenya et, l'école, il n'aime pas franchement. Aussi, quand son frère lui file le train à travers le village pour l'emmener à l'école, Naïm est obligé de courir très vite pour retourner à ses flâneries à travers la ville. En mer, Günter doit abandonner sa cargaison de shit à l'eau.

C'est d'entrée le dessin qui séduit le lecteur : fin, élégant. Les paysages de mangrove, de mer ou les scènes de vie dans la ville sont superbes. Les visages sont habillés de détails étonnants. Mais les persos valent également le détour : Naïm, c'est un sympathique bonhomme, un peu flemme, indépendant et curieux de tout. Ali, le vieillard solitaire style bibliothèque qui vieillit à l'ombre mais aussi en symbiose avec un arbre superbe.

Un bel album, tant par l'histoire que par le dessin. Vivement la suite !

Marc Suquet


Ce carnet de croquis kenyan séduit non seulement par sa facture de grand talent mais aussi par la maîtrise de conteur de Benjamin Flao. L'intrigue se met en place tout doucement et on se délecte de partir à la découverte de Naïm et de son espièglerie comme on se surprend à aimer le capitaine blanc en perdition mais tellement plein d'intelligence.

Moi qui râle souvent sur les tomes 1 dans lesquels il ne se passe pas grand chose, j'ai vraiment eu un coup de coeur pour celui-ci dont j'attends avec impatience la suite.

Annecat

partager sur facebook :