L'Ange noir

Jean-Pierre BATHANY, Jérôme MATHE

Sixto, 2011



Après cinq années de détention, Laurent Guérin sort de la prison de Nantes. Cinq années pendant lesquelles il a ruminé sa vengeance. Judith Mérieux, l'avocate surnommée l'Ange noir, reçoit des lettres anonymes, du genre de celles que l'on n'aime pas trop recevoir et porteuses de mentions sympathiques comme "Ton heure va bientôt sonner", ou encore "Tu ne m'échapperas pas !"

Une BD de chez nous : toute l'action de cet album se déroule à Nantes. Comme c'est bon pour nous les provinciaux qui vivons en "région", c'est à dire dans les territoires oubliés par les habitants de la capitale. Double plaisir, puisque cet album est publié par une toute nouvelle maison, Sixto, montée par six passionnés, qui édite sa collection BD polar Casa nostra.

Pour revenir au premier titre de la collection, L'Ange noir, voilà une entrée en scène plutôt réussie. Le scénario de Jean-Pierre Bathany est intéressant. Bathany, c'est un pur cru : natif de Crozon, il vit actuellement à Nantes. Il est l'auteur de plusieurs polars, tous branchés Bretagne. Le scénario comporte des rebondissements et des fausses pistes comme on aime. Mais aussi des persos bien typés comme Judith Mérieux, l'avocate décidée et froide, pas trop impressionnée par les menaces de mort. Le flic, un poil déjanté et borderline, comme il se doit. Ou encore, M. Goupil à l'entêtement et à l'agressivité intrigants. Il y a aussi le rideau final qui s'emballe tellement qu'on se demande comment le scénar trouvera sa fin en si peu de pages. Ben, finalement ça le fait !

Un petit bémol pour le dessin de Mathé. Perso, j'ai pas trop aimé les visages simples, sans détails et parfois caricaturaux (La Fouine, p. 59). J'aime bien, par contre, les images de Nantes, présentées au début de chaque nouveau chapitre. Une manière d'encore mieux insérer le polar dans la ville, comme le souhaite Sixto.

Bien vu, les gars ! On aime votre proximité et votre volonté. Envoyez le titre suivant !

PS : On trouvera ici, la présentation de Sixto sur Tébéo (placer le curseur vers 20:30).


Marc Suquet


"As-tu entendu ? Il t'appelle l'Ange Noir. Ca te va à ravir !" (p. 12)

Ton heure va bientôt sonner...
Tu ne m'échapperas pas...
Ton heure est arrivée...

Tel est le contenu de lettres, anonymes comme il se doit, que reçoit depuis quelque temps Maître Mérieux du barreau de Nantes. Maître Judith Mérieux, "l'Ange Noir..." Judith Mérieux, avocate redoutable dont la réputation n'est plus à faire ne prend pas trop au sérieux ces lettres de menaces. Elle a consacré sa vie à sa carrière et il lui semble parfois qu'elle et Pierre, son mari, à la tête d'une société d'import-export, mènent une vie dissociée. Ce dernier a cependant réservé deux billets d'avion pour la Suède, afin de célébrer leur anniversaire de mariage. Une preuve d'amour qui comble "l'Ange Noir"... Elle n'ira jamais en Suède. On la retrouve assassinée dans son étude.

Qui pouvait donc lui en vouloir au point de l'assassiner ?
- Un dénommé Laurent Guérin, sorti récemment de prison et qui rumine sa vengeance depuis cinq ans ?
- Goupil, un affairiste de l'immobilier, contre qui elle avait plaidé ces derniers temps et qui l'avait déjà menacée verbalement ?
- Ou alors son assassinat avait-il un rapport avec les lettres de menaces ?
L'enquête est confiée au capitaine de la Criminelle Alex Lucas, trente ans de métier, en conflit avec sa hiérarchie...

Cet album est publié par une toute nouvelle maison d'édition, Sixto Editions, dans la collection Casanostra. L'Ange Noir est la première production de cette collection avec pour ambition avouée "son inscription dans les espaces de notre quotidien..." "La bande dessinée au coeur de nos villes." Ici Nantes, où habite le dessinateur Jérôme Mathé. Nantes qu'il connaît bien et qu'il met en scène avec réalisme. Quant au scénariste, Jean-Pierre Bathany, il n'est pas un inconnu pour nous. Il a déjà écrit plusieurs polars qu'il a situés en Bretagne dont il est originaire.

J'ai bien aimé cet album noir et réussi dans l'ensemble. Et puis des créateurs qui rendent un hommage à William Irish (Qui se souvient encore de William Irish, l'un de mes auteurs favoris ?) ne peuvent être mauvais... Longue vie à Sixto Editions !

Roque Le Gall

partager sur facebook :