Camargue rouge

Michel FAURE

Glénat, 2013



C'est quoi, cette histoire ? Des Indiens en Camargue ? N'importe quoi !

Et pourtant, c'est vrai : de nombreux westerns muets ont été tournés en France entre 1905 et 1914 grâce à la rencontre d'un jeune Français parti vivre dans une réserve indienne, Joe Hamman et du marquis de Baroncelli, éleveur de taureaux. Et ce, grâce au spectacle équestre du colonel William Cody, dit Buffalo Bill. Les scenarii de ces films tiennent en général en deux pages et les attaques de train sont parfois improvisées devant des voyageurs un peu étonnés ! (source)

J'ai bien aimé cette étonnante histoire que j'avoue ne pas avoir connue avant cet album. La rencontre de deux mondes, celui des Indiens décimés à l'époque par quatre cents années de massacres (source) et ces fous de taureaux, de mas et d'eau que sont les habitants de Camargue. Deux mondes qui n'ont rien pour se retrouver, encore que, l'amour des chevaux, des taureaux qui ressemblent bien aux bisons ou les cavalcades dans les grandes étendues...

C'est joliment dessiné et les personnages plutôt sympas. Une petite histoire d'amour au milieu qui ne rajoute pas grand-chose mais qui ne fait pas de mal avec des protagonistes réjouissants.

Et puis, mais oui, c'est bien sûr, je comprends, peut-être, pourquoi ce Camarguais que je connaissais ressemblait tant à un Indien...

PS : la dédicace à Léonard Peltier fait référence à un militant amérindien, condamné à perpétuité et considéré comme prisonnier politique par Amnesty International (source).

Marc Suquet


  

Jésus Marie Joseph

Michel FAURE

Glénat, 2011



Une danseuse, esclave, bien gaulée avec trente kilos de chaînes dans les bras : c'est l'Ange, l'envoyée de Dieu, descendue sur terre pour trouver le père de Jésus afin que celui-ci fasse un fils à Marie.

Un album plein d'humour : par le complément à la Bible inventé par Michel Faure (il n'y a pas que l'ange venu annoncer à Marie qu'elle allait être mère, il y en a aussi un autre, à la mission bien délicate) ; par l'humour de l'ange également, qui n'hésite pas à se moquer des hommes mais dont le personnage gagne en sérieux au cours de l'album. On pense à L'Agneau de Christopher Moore et à son mélange d'histoire sainte et d'humour.

Les hommes qui croisent l'Ange ne sont pas totalement indifférents à son c..., à sa plastique : de Lahrsen, le vieux voyageur un peu salace, au roi Melchior, genre black balaise, superbe et souriant. L'histoire est pleine d'autres persos intéressants comme Roger, l'érudit de toute petite taille qui protège l'Ange ou Balthazar, le grand sage. On l'aura compris, les rois mages sont du scénario mais leur histoire n'est finalement pas si simplette qu'on veut bien le croire. Pour la Bible, la paternité de Jésus est un mystère ; Michel Faure propose donc sa propre solution à l'énigme.

Les dessins sont très colorés et plutôt sympas. On regardera les visages des pages 72 et 179.

Un one shot, original et bien vu !

Marc Suquet

partager sur facebook :