Bikini atoll

Christophe BEC, Bernard KHATTOU

Glénat, 2016



Ben, il fallait s'y attendre. Des touristes friqués qui vont se faire une croisière sur un atoll qui a servi de cadre aux essais nucléaires américains de 1946. Ils risquent de ne pas y rencontrer que des sirènes en fameux maillot deux pièces tout riquiqui, des voiliers superbes et des fonds sous marins enchanteurs... Et ça ne rate pas : l'île recèle bien sûr des créatures un tantinet moins idylliques.

Le scénario est donc classique, mais ce qui l'est moins ce sont les persos de cette histoire : le mâle qui se la pète et les minettes bien gaulées ne créent pas la surprise. Mais on retrouve également une femme qui porte la culotte et qui sonne autoritairement l'heure du coucher pour son mec comme pour elle, un handicapé mental que sa mère emmène réaliser son rêve, ou encore un internaute un peu fêlé qui tient un blog rassemblant les histoires étranges racontées sur les atolls. Saviez-vous par exemple que le plus grand massacre d'êtres humains effectué par des animaux est celui qui s'est déroulé en 1945 sur l'île de Ramree en Birmanie et durant lequel mille soldats japonais se sont faits croûter par des crocos ? Bref, la panoplie de personnages croquée ici est intéressante.

Le scénariste s'est également renseigné sur les essais et leurs conséquences, montrant que la consommation de fruits ou légumes locaux doit être réduite sur Bikini. En effet, la proximité du potassium assimilé par les plantes et du césium 137 accroît les risques d'irradiation.

Au bilan, il nous reste peu de vivants sur cet atoll de rêve et un album qui se révèle plutôt agréable, sans chercher une originalité excessive.  Sympa !

Marc Suquet


  

Royal Aubrac

Christophe BEC, Nicolas SURE

Vents d'Ouest, 2011
Tome 1



Les sanatoriums et la cure des malades atteints de tuberculose, la TB comme ils disent, c'est le sujet de l'album de Bec et Sure. Une époque où les antibiotiques n'ont pas encore fait leur apparition et durant laquelle on ne sait combattre le bacille de Koch autrement que par des cures de soleil et de plein air, des bains chauds et les rayons X.

Le Royal Aubrac existe : il est construit vers 1120 par des pèlerins en route vers Saint-Jacques-de-Compostelle et qui, ne trouvant pas d'abri sur ce territoire à 1400 m d'altitude, avaient juré d'établir un refuge pour les voyageurs. Aujourd'hui, le bâtiment parfaitement dessiné en page 12 de l'album, est devenu un hôtel.

François-Alexandre Peyregrandes, sur l'insistance de son père, accepte d'y faire un séjour : de courte durée, il se le promet, mais sa santé va en décider autrement. Le lecteur est rapidement entraîné dans cet univers ouaté, où les bonnes manières régulent la vie des malades qui vivent tous avec cette épée de Damoclès : la TB. François-Alexandre y rencontre Warren, un aristocrate anglais qui va l'introduire dans ce monde un peu fermé. Un monde divisé en trois catégories : les grands enthousiastes, les stoïques et ceux qui broient du noir. Et pourtant, dans les sanatoriums, le dieu qui triomphe c'est l'amour : Geneviève, une belle patiente, attire rapidement l'attention de François-Alexandre. Mais les liens se limitent à des regards ou encore à l'obsession de l'amoureux transi pour la nuque de sa belle.

L'album est lent, sophistiqué, aristocratique. L'ensemble est intéressant, notamment par la découverte des complexes conventions régnant entre les pensionnaires du Royal Aubrac. Le dessin est simple mais les visages intéressants. Par contre, on peine un peu sur les longues bulles, même si l'on comprend aisément leur rôle : décrire les états d'âme du héros romantique.

Marc Suquet


  

Blue Beam project

Christophe BEC

Soleil, 2009
Prométhée, T. 2



Mince, un tome 2 qui en est toujours à mettre en place l'histoire, c'est un peu gênant... L'action n'avance pas vraiment. Suite aux incidents énigmatiques, certes, il y a des catastrophes en plus et des mystères qui s'épaississent. Mais on s'attendait à en apprendre un peu plus dans le deuxième volume, à avoir davantage d'explications. Il est finalement très similaire au premier et n'apporte pas grand-chose. D'autre part, les textes sont très documentés et de fait, les propos des personnages sont parfois assez longs à lire. Il faut s'accrocher. Mais l'univers complexe et à part de Prométhée donne envie de savoir la suite. Ne nous arrêtons pas à un deuxième tome décevant. En espérant que l'auteur ne se perde pas en route...

Zab


  

Atlantis

Christophe BEC, Sébastien GERARD

Soleil, 2008
Prométhée, T. 1



A 13h13, une série d'événements inexpliqués se produit aux quatre coins de la planète, provoquant panique et catastrophes au sein de l'humanité.

A la lecture d'Atlantis, le premier tome de la saga, celle-ci semble extrêmement prometteuse. Christophe Bec enchaîne les scènes, exposant de manière très réaliste et très documentée les différents incidents qui sévissent dans le monde entier. Le lecteur découvre un grand nombre de personnages, sans savoir encore lequel va avoir de l'importance dans l'histoire. Tout cela est fait sans précipitation et à mon sens avec le souci du détail. Comment vous dire ? On a presque l'impression de lire un film ! Le dessin y est pour beaucoup.
Bref, Christophe Bec met parfaitement en place le récit de Prométhée dans ce premier tome.

Zab

partager sur facebook :