Mamy Blues

André GEERTS, Sergio SALMA

Dupuis, 2010
Jojo, T. 18



Jojo participe à un jeu-concours. S'il est tiré au sort, il gagnera une croisière. Ca serait bien, Mamy ne s'intéresse plus à grand chose. La chance leur sourit, et ils embarquent avec Gros-Louis. A bord, chacun fera une expérience : Mamy va rencontrer un vieux loup de mer, Jojo, une fille avec du caractère et Gros-Louis, le mal de mer.

Les univers d'André Geerts sont un monde à part. C'est un va-et-vient entre le monde des adultes et celui de l'enfance. La série Jojo ne déroge pas à la règle. Ce petit garçon ne connaît pas sa maman. Ca ne l'empêche pas d'être toujours dynamique, de jouer avec son meilleur ami Gros-Louis et d'essayer de bien travailler.

Ce 18e tome est à part. André Geerts nous a quittés avec cet album, intitulé très justement Mamy Blues. L'histoire, malgré son titre, est pleine d'entrain, de vie. A travers une croisère qui devrait redonner du tonus à Mamy, on en apprend plus sur les personnages. Seul Gros-Louis a un rôle moins important, dû à son mal de mer. Jojo va grandir dans cet album. Il rencontrera Mado, une jeune fille spéciale, et va perdre un peu de son enfance. Mamy, personnage central de l'histoire, va traverser l'album doucement. Si elle paraît moins énergique et pose sans cesse des questions sur le "pourquoi du comment", André Geerts ne la montre pas avec pitié. Elle reste cette Mamy pleine d'entrain. Quant au couple Semaine, René et Jasmine, ils se soutiennent face à l'adversité. Mamy Blues est une très belle histoire de vie, avec ses rencontres et ses difficultés.

Pour mettre en valeur cette écriture sensible, le dessin d'André Geerts fait merveille. Son trait est rond, doux. On se sent à l'aise dans son monde et on prend plaisir à partager la lecture. l'auteur montre une capacité à manier le trait rond et les détails qui sont autour des personnages. Quelques cadrages sont inventifs. Les couleurs, bien choisies, vont harmoniser l'ensemble.

Mamy Blues est-il un album hommage ? Non,certainement pas. La série Jojo est pleine d'humanité comme la moins connue Mademoiselle Louise. Si la disparition de l'auteur nous rend tristes, il nous reste son oeuvre, sa mémoire. André Geerts disait aimer la vie. Ses séries en sont la preuve. Jojo fait désormais partie des classiques de la bande dessinée.

Temps de livres

partager sur facebook :