1916 - Land Priors

Guillaume MARTINEZ, Christian PERRISSIN

Futuropolis, 2015
Winston Smith (1903-1984), Une Vie, La Biographie retrouvée, T. 1



Winston Smith, ça ne vous dit rien ? Pour les adorateurs de 1984, c'est bien entendu le héros chargé de réécrire les documents historiques afin qu'ils correspondent au mieux à la vérité "officielle" du Miniver, le Ministère de la vérité. Mais c'est également un écrivain, dont le destin croise celui d'Aldous Huxley et, bien sûr, de George Orwell, durant la guerre d'Espagne.

Juin 1984. Anna Laurens débarque à l'hôtel du Grand Tétras, dans le Haut Queyras. A la réception, une lettre l'attend. Celle de W. Smith, disparu quelques jours auparavant lors d'une promenade. Winston, qui connaissait la mère d'Anna, raconte son histoire.

Le point de départ est étonnant : la biographie de Winston Smith, retrouvée par hasard chez un bouquiniste par Christian Perrissin, scénariste de l'album. Une biographie qui traverse le siècle, de 1903 à 1984 et qu'il faudra avoir le courage de découvrir puisque l'ensemble comptera six tomes ! Mais à découvrir la qualité du premier, rien de plus tentant.

On est en effet devant un album à la facture assez classique, un retour dans le passé. Mais une histoire qui tient le lecteur en haleine et fort bien soutenue par le dessin de Guillaume Martinez. De la belle BD dont on attend avec impatience la suite.

Marc Suquet


  

Le Vent des cimes

Eric BUCHE, Christian PERRISSIN

Glénat, 2013



Et les chevaliers de l'air vaincront ! C'est l'impression que l'on a en achevant cet album. Un album de héros qui survolent les Andes au péril de leur vie. Ca vous rappelle quelque chose bien sûr : l'Aéropostale. L'histoire est celle d'Henri Guillaumet, qui s'écrase dans les Andes le 13 juin 1932 lors de son quatre-vingt-douzième vol pour l'Aéropostale. Mais c'est aussi l'histoire de sa marche à travers trois cols pour retrouver sa femme. Une marche terrible qu'il résumera de son célèbre "Ce que j'ai fait, je te le jure, jamais aucune bête ne l'aurait fait", à Antoine de Saint-Exupéry venu le rechercher.

L'album fait la part belle aux héros, ceux qui volent dans le ciel avec un destin bien différent de celui des simples mortels. Des gars grands, beaux, forts, un peu machos et qui bien sûr se la pètent un peu. Des hommes, quoi ! Mais bon, on se laisse prendre par cette histoire servie par un dessin fin et un scénario sentimental, pour un résultat d'ensemble un peu ringard, façon aventurier chic, qui fonctionne parfaitement. Et puis, pas de happy end ici. Ca surprend, mais quel romantisme !

Marc Suquet


  

Les Larmes de Kibera

Boro PAVLOVIC, Christian PERRISSIN

Glénat, 2012
Les Munroe, T. 3



L'inspecteur Njoya progresse dans son enquête sur le meurtre de Wanza Kamini par Sean Munroe. Karin, la soeur du présumé coupable, retrouve le père Causcu au fond du bidonville de Kibera.

L'enquête avance dans ce troisième tome de la saga, et ce sur plusieurs plans simultanés : la fuite de Sean Munroe, mais aussi les recherches de sa soeur. Quelques éléments sociaux décrits, comme les difficultés des masagi et mashoga, lesbiennes et gays, en Afrique, comme celles des albinos dont les sorciers arrachent la peau pour fabriquer des potions magiques apportant des pouvoirs magiques supposés. Mais aussi le bidonville de Kibera, l'un des plus grands bidonvilles d'Afrique, qui compte aujourd'hui plus d'un million d'habitants. Enfin, les tensions entre Blancs et Noirs semblent profondes.

Le dessin est très beau : plein de finesse dans les traits et habilement coloré. Plutôt un bon album.

Marc Suquet


  

Magadi Train

Boro PAVLOVIC, Christian PERRISSIN

Glénat, 2011
Les Munroe, T. 2



Robert Munroe, un planteur du Kenya affaibli après avoir été obligé d'arracher les pieds de café de sa plantation, compte sur son mariage avec Victoria Collins pour regarnir son portefeuille. Son fils, Sean, est en cavale, accusé du meurtre de Wanza Kamini, sa copine.

Plutôt pas mal : le scénario est intéressant, avec cette poursuite derrière Sean de nombreux personnages comme Ted, le frère aîné, genre beau gosse, qui pète son avion comme il perd un bouton à sa chemise et qui n'hésite pas à abandonner son frère aux griffes d'un lion, ou encore Jonathan Njoya, le vieil inspecteur, chargé par le commissaire Ojiango de retrouver Sean, mais aussi Gladys, l'ancienne femme de Robert, qui en a bavé un max et qui cherche à avertir la nouvelle candidate au mariage. Au cours de l'album, on change d'univers, passant de la savane à la ville.

L'aspect social est présent dans ce tome : des survivances d'un passé colonial que l'on a bien du mal à oublier. Mais aussi la psychologie, dans l'opposition entre le père, Robert et le fils, Ted. Le second est plutôt du genre jeune c. prétentieux.

Ce tome fait s'alterner scènes d'explications ou de négociations, dans la savane comme dans l'intimité des chambres, et scènes d'action. On ne s'y ennuie donc pas du tout.

Le dessin de Pavlovi est élégant : on regardera avec intérêt les visages représentés avec détails et expressions. Les couleurs sont agréables : les paysages de savanes africaines sont plutôt beaux.

Au final, l'album mélange action, enquête et peinture sociale pour un plaisir que je n'ai pas boudé.

Marc Suquet


Comme dans le tome 1, l'ambiance chez les Munroe est tout ce qu'il y a de plus délétère. Le fils aîné, jaloux et orgueilleux, qui ne recule devant rien pour arriver à ses fins, le père lâche et cupide, aux prises avec ses anciennes maîtresses, qu'il délaisse pour son mariage d'argent avec Victoria, la fille qui a fui la maison ne supportant plus son père, et Sean, le fils cadet, accusé de la mort de son amie Wanza et toujours en fuite. Quant à l'inspecteur Njoya, flic incorruptible dans une Afrique "coloniale" sur le déclin, il est toujours à la recherche de Sean. Mais les preuves qui semblent innocenter Sean le conduiront-elles enfin vers le vrai coupable ?

Le suspens est maintenu dans ce tome 2 de cette saga familiale sur fond de Kenya "post-colonial". Tout y est : la réflexion sociale, l'intrigue policière, les scènes d'action et la beauté sauvage des paysages.

De plus, j'aime vraiment le dessin de Pavlovic, et surtout sa colorisation. Bien que n'étant jamais allée au Kenya, je trouve que l'ambiance ainsi créée nous met vraiment dans le bain.

Vivement le tome 3 !

Annecat

partager sur facebook :