Bienvenue en Otopia

Justina ROBSON

Milady, 2010
Lila Black, T. 1



La bombe quantique (quoi que ce fût) a tout changé, c'est du moins ce que nous dit le quatrième de couverture. Et on est prêt à le croire, car la Terre est à présent en contact avec d'autres mondes, où vivent faes, elfes et démons, sans oublier le monde des morts.

En plus de ces différences, l'univers décrit dans ce bouquin a aussi pas mal évolué du point de vue technologique. Pour preuve, l'héroïne est un cyborg au corps constitué de métal pour plus de la moitié et d'armes létales pour 90 % de cette moitié.
Lila Black, notre héroïne, est garde du corps au service d'une grande compagnie qui lui affecte sa première mission depuis sa reconstruction cybernétique. Elle doit protéger un elfe atypique, chanteur dans un groupe de rock.
Alors bien sûr il y a une histoire d'amour mais en fait non parce que c'est de la magie et en fait elle n'est pas amoureuse mais peut-être que si quand même. Et puis il y a évidemment des méchants aux pouvoirs formidables (ce qui ne les empêchera pas de se faire botter le train au final), des poursuites en voiture, des possessions démoniaques (ou presque), des effets pyrotechniques et tout ça à grande vitesse.

C'est l'équivalent "littéraire" du fastfood : ça ressemble suffisamment à tous les autres hamburgers pour que l'on n'ait pas l'impression de quelque chose de nouveau (un scénario prévisible quasiment à la virgule près) avec juste un ou deux condiments au goût légèrement différent (des faes au lieu des fées, par exemple), ça se mange très rapidement sans avoir besoin de maîtriser trois douzaines de couverts différents (ou un vocabulaire de plus de cinq cents mots) et une heure après avoir fini on s'aperçoit que l'on a de nouveau faim (cette fois de préférence de nourriture un peu plus consistante).
Ceci dit, il m'arrive comme quasiment tout le monde de passer au drive-in du fastfood du coin et il se peut même que je lise la suite s'il lui advenait de me tomber dans les mains.

Benoit Furet


Bienvenue en Otopia fait partie de ces romans qu'on ouvre un peu par hasard, pour passer le temps dans le bus, mais qui réussissent à nous faire regretter la rapidité des transports en commun modernes. On se retrouve ensuite à le lire de manière compulsive, plus du tout dans le bus. On en arrive à reporter séance tenante toutes les choses qui paraissaient urgentes quelques instants auparavant. Quand l'histoire se finit, on se retrouve les yeux hagards face aux premiers rayons du soleil avec cette pensée lancinante que, finalement, la journée de travail qui vient ne va pas être aussi facile que prévue. En épilogue, on se retrouve au travail étonné de ne plus être entouré d'elfes, de démons, d'élémentaux, de faeries, de cyborgs atomiques et de dragons (oui, oui, il y a tout ça dans Bienvenue en Otopia).

Bref, je le conseille pour la qualité de ses dialogues, souvent très drôles, pour la richesse de son univers et pour les nombreux rebondissements. Mon seul bémol est qu'il ne faut pas avoir des semaines trop chargées avant de commencer sa lecture.

J'espère vivement que la suite sera à la hauteur, pour cet univers dont on ne fait qu'entrouvrir le voile avec ce premier tome.

Ismaël

partager sur facebook :