La Mémoire des ruines

Patrick COTHIAS, Christelle GALLAND, Patrice ORDAS

Bamboo, 2016
Moses Rose, T. 2



La présence de Moses Rose à Alamo fait encore débat. L'homme doit son nom à son âge : lors de son émigration aux Etats-Unis, ses 51 ans poussent les autres colons à le surnommer Moses (Moïse). Le 5 mars 1936, Moses est le seul à ne pas franchir une ligne tracée sur le sol par son commandant, montrant qu'il n'est pas prêt à mourir pour Alamo. Dans ce tome 2, Moses veut prouver qu'il n'est pas un déserteur et se lance, avec son compagnon, le shérif Millsapps, à la recherche d'un héritage laissé par les soldats du fort.

Le scénario est complexe, bien complexe. Le rythme de l'album, soutenu grâce aux multiples scènes d'action, ne compense pas ce poids lourd. Le dessin me semble assez simple, trop en tout cas pour qu'il soit attachant. Quant aux couleurs, elles manquent de caractère.

Marc Suquet


  

Terminus Saïgon

Patrick COTHIAS, Patrice ORDAS, WINOC

Bamboo, 2014
La Rafale, T. 3



La fin de la Rafale, le train blindé chargé de ravitailler les soldats durant la guerre du Vietnam. Le convoi transporte des civils vers Saïgon : les élèves en philo d'une classe, des religieuses et bien sûr de grands bourges ! Le trajet ne sera pas de tout repos, le Vietminh sera au rendez vous !

Une fin convaincante : c'est toujours documenté, intéressant et prenant. On notera le développement des personnages : My Linh la prostituée vietnamienne du Paris, agit pour le vietminh mais est également victime de ses méthodes inhumaines d'occupation de villages vietnamiens et de prise d'otages. L'ingénieur Daguet, plein de respect pour la légion. Stupides, les Américains qui sortent le plasma sanguin du frigo pour le remplacer par des roteuses. Et bien sûr un gros c. de notable qui joue son rôle à la perfection.

Une très belle fin chargée d'histoire !

Marc Suquet


  

La Rafale

Patrick COTHIAS, Patrice ORDAS, WINOC

Bamboo, 2012



1948 : le jeune ingénieur Daguet est tranquillement allongé à fumer sa pipe dans une fumerie de Saïgon. Pas de bol, l'opium n'est pas de bonne qualité. Pas de bol non plus, un capitaine de la légion va totalement réduire à néant sa fumette : Daguet doit partir s'occuper de l'entretien du train que les Français souhaitent mettre en place, la Rafale, et dont l'objectif est de sécuriser la piste Ho Chi Minh.

L'album nous replace dans la guerre d'Indochine, celle des Français. Il rappelle la difficulté pour l'armée française d'assurer la sécurité le long de la fameuse piste Ho Chi Minh. Il y a une belle documentation sur cette époque rassemblée par les auteurs et montrant le travail de la légion, l'incorporation surprenante d'anciens nazis (mais la légion oublie le passé de ses membres), la difficulté à mettre en place cette ligne de train, les bordels de Saïgon.... mais aussi, côté vietnamien, l'aspect décidé et même fanatique des combattants : celui de My Linh, qui n'hésite pas à se prostituer, mais aussi à éliminer plusieurs de ses consoeurs. Il est plutôt agréable de sentir l'assise historique d'un album comme celui-là. Et même dans les aspects les plus étonnants, comme l'aide apportée par la CIA à Ho Chi Minh, et destinée à faciliter le départ des Français et leur remplacement par les Américains !

On lit cet album avec un plaisir lié au suspense de l'histoire racontée : l'ingénieur Daguet va-t-il réussir sa mission, lui que tout oppose à cet engagement ? Antimilitariste, peu habitué à la jungle comme au combat, ça n'est pas la personne que l'on imaginerait en première ligne ! Un petit bémol pour l'image un poil caricaturale de My Linh, la belle prostituée qui cache sa vie de révolutionnaire. L'album est plutôt bien dessiné mais avec un aspect un tantinet juvénile et insouciant donné aux principaux personnages qui ne colle pas toujours avec la gravité de l'évènement décrit.

Je lirai volontiers la suite !

Marc Suquet


  

La Tête abîmée

Patrick COTHIAS, Christelle GALLAND, Patrice ORDAS

Bamboo, 2011
coll. Grand Angle, Le Fils de l'officier, Cycle 1, T. 1



Sidoine est abandonné en Cochinchine, par son père, maréchal des logis de la coloniale. En France, il est accueilli, comme sa mère, par un homme qui devient son Papa Divéres. Après le suicide de ce dernier, Sidoine est obligé de travailler à la ferme pour assurer son couvert.

On aurait du l'appeler Misère, cet album, tant elle suinte à toutes les pages. Ça frise le caricatural : le pôv' gamin abandonné, sans le sou, par son père, méchant soldat des colonies, par son tuteur qui se pend ? ce qui l'enverra passer quelques années dans une colonie pénitentiaire ? lui qu'a pas un sou-sou et qui dort dans les étables, et le tout en Bretagne. Misère qu'on chante devant ce genre de destin ! Et puis, gling gling, on ajoute deux accords de guitare pour rester dans le ton. Détail amusant : il s'appelle Sidoine, parce que sa maman s'appelle Sidonie... Eh oui !

On a connu Cothias plus inspiré : des Sept vies de l'épervier aux Eaux de Mortelune en passant par Masquerouge.

Dommage, le dessin de Christelle Galland, lui, est plutôt bon.

Marc Suquet


  

Pour la gloire du diable

Patrick COTHIAS, Patrice ORDAS, Beb ZANAT

Bamboo, 2011
L'oeil des dobermans, T. 1



Arno Ixks sauve Adolf Hitler durant la guerre de 14-18. En 1938, devenu professeur, il est rappelé par le Führer, qui lui confie une mission : se rendre au Népal pour y retrouver les Atlantes, descendants des aryens.

L'album est plutôt agréable à lire : il est basé sur une vraie documentation historique. Ainsi, le chien qui accompagne Hitler dans les tranchées de la guerre 14-18 semble être une réalité, de même que le fait qu'Hitler ait été gazé en octobre 1918. L'évocation du mysticisme nazi est également authentique, les nazis mêlant volontiers aryanisme et doctrines ésotériques, l'ensemble plongeant dans des mythes raciaux. Ces mythes sont nombreux ; celui qui est évoqué dans cet album est celui par lequel les nazis imaginaient la survivance de la race aryenne dans les entrailles de la terre après l'arrivée d'un grand cataclysme.

Le scénario est intéressant, liant le passé et le présent mais aussi la grande et la petite histoire. Quelques personnages sympas :
Palden est un personnage fantasque, une belle asiatique, dépositaire de la confiance d'Hitler et à l'aspect très femme fatale. De plus, elle manie la moto et pilote des avions les doigts dans le nez, les avions sans mettre de parachute car elle prétend qu'elle n'est pas assez dingue pour sauter en vol. Bref la vraie Mata Hari.

Arno Ixks semble lui un vrai opposant à Hitler. Malgré tout, il s'embarque en mission sur la demande du dictateur. Mais a-t-il vraiment le choix ? Durant l'entraînement qui précède sa mission, il n'hésite d'ailleurs pas a cogner un nazi. Comment va-t-il donc se sortir de ce guêpier?

Le dessin est simple et efficace. Il accompagne parfaitement l'histoire avec un petit côté passé.

L'avenir semble prometteur puisque Ixks et Palden s'embarquent pour Delhi et Katmandou. Je lirai volontiers la suite !

Marc Suquet

partager sur facebook :