Le Subtil Parfum du soufre

Pierre BOTTERO

Gallimard Jeunesse, 2011
A comme association, T. 4



Ombe avait pour mission d'observer les entrepôts, c'était simple. Mais c'était sans compter la rencontre avec une bande de loups-garous et la nécessité de sauver l'un des leurs. Si ledit loup-garou a dans les yeux "du bleu à n'en plus finir", autant joindre la mission à l'agréable. Pour Ombe, l'agréable n'est pas que ce beau loup-garou, mais aussi la possibilité de distribuer quelques baffes. Quand on est presque incassable, ce n'est pas important...

On retrouve l'autre agent stagiaire de la série A comme Association. Ombe, la jeune femme qui enfourche les motos et fréquente la bagarre. Tout le contraire de son "collègue" Jasper. On la savait tête brûlée. Ici, son coeur s'embrase au point d'aveugler sa raison : oubli des lois, des règles de l'association. Le motif ? Un loup-garou. Chez Pierre Bottero, les lycanthropes sont, sous leur forme humaine "grands, physique d'athlète, muscles saillants sous... la peau". On peut comprendre l'égarement d'Ombe. Mais s'ils sont musclés, les loups-garous ne réfléchissent pas beaucoup. L'agent stagiaire qu'est Ombe va devoir gérer sa vie professionnelle et sa vie amoureuse. Pas facile quand on a atteint l'âge tendre et tête de bois (comme dirait Gilbert Bécaud). Un volume plus complexe que le reste de la série. Sans vouloir démêler tous les noeuds, on sent que quelque chose se trame chez les paranormaux, qu'on cherche à savoir qui est Ombe. Méticuleusement, Pierre Bottero installe des pièces, n'insiste pas et passe à autre chose. une brillante stratégie qui fonctionne. A la relecture, nous sommes bluffés.

Ombe est moins parfaite dans ce volume. Elle devient plus humaine, parce qu'elle "fréquente" quelqu'un. Toujours aussi impulsive, au point de s'en mordre les doigts. Malgré la bagarre qu'elle aime, malgré son caractère, et sa nullité en magie, Pierre Bottero nous la rend touchante et fragile. On a envie de la rassurer. Il est évident qu'elle nous enverrait balader. Quant aux loups-garous, si ce n'est leurs capacités physiques, on n'en saura pas beaucoup plus. Ils se conduisent comme une meute et leur chef est un alpha. Deux bonus se trouvent dans ce livre : quelques chapitres nous donnent des indices sur l'origine d'Ombe et la fin du livre se passe avec Jasper.

Si L'Etoffe fragile du monde était un régal, cette "suite" ne l'est pas moins. Ombe est un personnage solitaire, dur à appréhender. Sous des aspects ludiques, où Ombe démontre qu'être musclé importe peu, on découvre un autre discours plus sérieux : comment se sociabiliser quand on est différent ? Un livre magnifiquement écrit qui peut être lu par différentes générations de lecteurs.

Temps de livres


  

Les Limites obscures de la magie

Pierre BOTTERO

Gallimard Jeunesse, 2010
A comme association, T2. 186 pages



Ombe est jeune, elle est belle. Elle a aussi son caractère et prend le moindre prétexte pour se bagarrer. Ca tombe bien, elle est presque incassable. Mais quand on fait partie de l'organisation "L'Association", il y a un mot d'ordre : discrétion. Ombe a du mal à l'appliquer. Alors que sa dernière mission fut un désastre, L'Association lui demande d'enquêter sur une opération immobilière. Si celle-ci aboutit, la créature qui jouxte les immeubles pourrait bien mourir. Enquêter, rester discrète, ne pas agir sur un coup de tête, voilà des concepts qu'Ombe va devoir intégrer.

Les limites obscures de la magie, deuxième tome de la série "A comme Association" aurait pu s'inscrire dans le même registre que le premier tome : action, magie et humour. Mais Pierre Bottero a pris le contre-pied d'Erik L'Homme, tout en restant fidèle aux règles de cet univers.

Ombe, 18 ans, est un personnage indépendant qui vit en colocation avec des amies. Sa seule possession : une moto aussi indomptable que sa propriétaire. Sa particularité : être presque incassable. Elle encaisse les coups, elle est dure, son caractère aussi. Ce n'est pas parce qu'elle est une jeune femme, jolie, qu'elle se fera marcher sur les pieds. Elle veut mener sa vie comme elle l'entend. Mais quand on est agent de L'Association, il n'y a pas que les missions : les cours, les préparations de magie, les rapports sont quotidiens. Un quotidien dont Ombe se serait bien passée. Adolescente rebelle au passé singulier, elle ne vit que pour une chose : l'adrénaline. Ce personnage a du caractère. C'est presque un bonheur masochiste de la voir se prendre des coups, se relever, en redemander.

Pierre Bottero construit un univers sombre, à l'image du personnage principal. Son écriture va à l'essentiel, sans prendre de détours. Les chapitres sont courts. Si l'action est omniprésente, l'auteur n'oublie pas de créer une ambiance, qui sied à l'univers écrit avec Erik L'Homme : action, magie et humour. Mais les écritures sont distinctes, les récits se croisent. Pierre Bottero écrit un livre à mi-chemin entre le roman adolescent et le roman adulte.

Le premier tome d' "A comme Association", nous faisait découvrir ce monde écrit à deux. Les limites obscures de la magie enfonce le clou, à un rythme d'enfer. Comme la moto d'Ombe, les pages défileront, de plus en plus vite. Un deuxième tome qui passe les vitesses, pour vous entrainer plus loin dans cet univers. Décoiffant !

Temps de livres

partager sur facebook :