La rivière de sang

Jim TENUTO

Gallmeister, 2010
321 pages. 9,40 euros



Le polar est un genre qui fourmille de stéréotypes : le policier alcoolique et divorcé, le privé cynique et tombeur ...
Les éditions Gallmeister, par leur sélection d'auteurs, sont en train d'ajouter à ce panel un nouvel archétype pour le moins original, le guide de pêche à la mouche !

Dahlgren Wallace, ancien militaire et guide dans le ranch du richissime Fred Lather, perd l'un de ses clients lors d'une partie de pêche. L'ayant laissé seul quelques minutes, il le retrouve le crâne défoncé et le décor est un peu trop soigné pour croire à l'accident. L'enquête débute donc et notre guide ne peut s'empêcher d'y mettre son grain de sel, comprenez-le, il fait partie des suspects et a à coeur de se disculper.
La victime, en plus d'être un magnat de la technologie était aussi mormon et l'on apprend, en plus des subtilités du lancer de mouches, pas mal de choses sur la structure de l'église des saint des derniers jours et sur leurs pratiques religieuses.
Fred Lather, le propriétaire du ranch est quant à lui en conflit avec plus d'organisations loufoques qu'il n'est sain dans sa situation : des éco-terroristes frappés, des éleveurs aux rituels primitifs, des néonazis au front bas ...

Un très bon polar mené tambour battant avec une galerie de personnages bien campés et un humour rafraichissant, à lire absolument même si vous n'avez jamais tenté un lancer avec une Gray Ghost et une soie de 12.

Benoit Furet


Moi aussi, Benoit, j'ai aimé ce polar. Bien sur, il y a le coté zen de la pêche en rivière. Un caractère spécifique aux éditions Gallmeister et que l'on a aimé dans Casco Bay ou Dark Tiger : on y apprend les menus secrets de la Blue-winged olive ou de l'Adam qui attirent mieux les truites lors des jours d'éclosion des mouches. On y lit la vraie communion avec la nature du pêcheur de truites et les questions fondamentales qui parcourent son esprit : quelle mouche utiliser ? quel type de cours d'eau fréquenter ? comment approcher du spot ? Le chapitre 11 est ainsi un vrai plaisir de communion avec la nature.

Mais j'ai aimé aussi dans ce polar la galerie de groupes originaux : les Hutterites qui vivent entre eux en colonies et possèdent tous leurs biens en commun, mais aussi en plus grave, les Patriotes des nazillons dangereux ("Par principe, la bouffe de juif ne franchit pas mes lèvres !") à l'image de leur chef psychopathe, Ferris, convaincu du Nouvel ordre mondial ou de leur chien Himmler, devant lequel il vaut mieux ramasser ses bijoux de famille ou encore les Petem, People for the Equal Treatment of Every Mammal, des extrémistes du droit des animaux dont le dirigeant n'hésite pas à passer un labo pharmaceutique au lance flammes faisant ainsi deux morts, ou à envoyer une lettre piégée au proprio d'une chaine de cosmétiques, bilan deux mains d'abord puis une vie ensuite ! Une galerie de barjos qui trainent dans le Montana.

On en apprend aussi beaucoup sur la société américaine, modelée par la télé devant laquelle l'adulte moyen passe 5h quotidiennes, les mormons et leur banque de données généalogiques, leurs sous-vêtements sacrés ou leur sens des affaires.

Le scénario est plein de contrastes : un mélange de nature du Montana et de boite branchée de compression vidéo, d'éclosion de mouches sur les rivières à truites et de délit d'initié. L'histoire rebondit régulièrement entre agressions et empoisonnement de bisons. Un petit à plat pourtant aux 2/3 du bouquin où le scénario rame un peu. Mais ca n'est que momentané, fort heureusement.

Le Montana est décidément une région originale alliant zenitude de la pêche à la mouche à la pire agression et au meurtre, calme et turbulences réunis dans un même bouquin.

Mais bon, moi les guides de pêche ils me font flipper ces gars là : dès qu'il y en a un dans le coin, ca flingue à tout va !

Marc Suquet

partager sur facebook :