Les manuscrits ninja Tome 2 : Les sept guerrières d'Hori

Fûtarô YAMADA

Philippe Picquier, 2010
448 pages. 19,50 euros



Persécuté par les sept guerrières du clan Hori, Le seigneur Akinari rentre dans son fief. Sur son chemin, les samouraï d'Aizu renforcent la garde. Malgré tous leurs efforts, de nombreuses embuscades ont lieu. Mais à la forteresse d'Aizu, Ashina Dohaku, le sorcier du clan veille. Il fomente un plan pour que les guerrières viennent à lui. De son côté, Takuan, le vieux maître bonze, essaie d'endiguer la voie de la violence, tout en prônant la vengeance des femmes du clan Hori.

Situé principalement sur les terres du clan Aizu, ce deuxième tome se démarque par sa violence, et la détermination de chacun des adversaires. Les situations sont inversées elles aussi. Les sept femmes du clan Hori, de chasseresses, deviennent proies. Kato Akinari et sa garde rapprochée restent sur leurs gardes, crient vengeance pour leurs camarades tombés au combat. Quant à Ashina Dohaku, il ressemble à l'âme damné du clan Aizu. Machiavélique, usant de tous les artifices en sa possession, il n'hésite pas à sacrifier des pions pour arriver à ses fins.

Récit épique, Yamada Fûtarö, n'a pas son pareil pour nous raconter une histoire. Malgré le changement de situation, le rythme est soutenu. Les personnages, loin des poncifs du genre, évoluent au fil du récit. L'humour, toujours aussi présent, permet "d'atténuer" la violence de certains actes. L'auteur ne lésine pas sur les surprises pour relancer l'attention du lecteur. Celui-ci n'avait pas besoin de ça pour tourner les pages.

On espère que les éditions Philippe Picquier continueront de faire paraître les autres récits de Yamada Fûtarô. Ceux-ci sont agréables à lire, palpitants, et permettent d'en savoir plus sur le Japon féodal.

Temps de livres


  

Les Sept Lances d'Aizu (Les Manuscrits ninja, T. 1)

Fûtarô YAMADA

Philippe Picquier, 2010



Kato Akinari est le chef du clan Aizu. Pervers et dégénéré, il sème la terreur sur son passage. Son arme secrète est sa garde rapprochée : les sept lances d'Aizu. Les hommes qui la composent sont des experts dans leurs armes : sabre, maître-chien, filet "magique", aucune armée ne leur résiste. Tout serait normal s'ils n'avaient pas souillé la porte d'un monastère dédié aux femmes. Mais les sept lances d'Aizu et leur maître ne respectent rien. La princesse Sen, mère de la supérieure du monastère, va réclamer vengeance. Aidé de Takuan, un vieux bonze, et de Yagyu Jubei, un samouraï borgne, elle va lancer les sept survivantes du monastère à l'assaut des sept lances d'Aizu et de leur maître, Kato Akinari.

Dans ce premier tome du dyptique des Manuscrits ninja, Yamada Fûtarô surprend par ses personnages principaux. Il n'est pas question de ninja cagoulés de noir, ou d'adolescents surpuissants, mais de femmes. Sept femmes, qui ont vu leur famille mourir. Elles réclament vengeance, pour ne pas vivre dans le déshonneur. Elles sont jeunes (entre seize et vingt ans) et le désir de vivre les a quittées. Seul reste l'appel de la vengeance. Cet appel, c'est Yagyu Jubei qui va le canaliser. Un combat frontal entre des samouraïs experts dans le maniement des armes et ces jeunes femmes est à proscrire, mais il est inévitable. Yagyu va alors utiliser la ruse et influencer les sept lances d'Aizu pour que ses protégées puissent avoir une chance de remporter la victoire. Yamada Fûtarô raconte avec brio les diverses étapes de cette vengeance. D'un côté, Yagyu Jubei, qui essaie de réfréner ses instincts de mâle face à sept jeunes femmes, ses difficultés à raisonner ses combattantes novices. De l'autre côté, Kato Akinari n'est pas que pervers et dégénéré. Il est pleutre, totalement soumis à ses vices. Sa garde rapprochée perdra peu à peu de sa superbe dans ce premier tome. Attaqués physiquement et moralement, les sept lances d'Aizu commettent des erreurs fatales.

Yagyu Jubei est un personnage historique. Célèbre samouraï, expert dans le maniement du sabre, il est aussi connu pour son catactère. Alors qu'il est au service du Shogun, il est renvoyé. Pendant dix ans, on perd sa trace. C'est à partir de cette date que la légende prend le pas sur l'histoire.

Les Manuscrits ninja sont un ensemble de récits romanesques où la trame historique se confond avec le folklore japonais. Les samouraïs deviennent des guerriers puissants qui puisent dans la magie, alors que les ninjas se fondent dans l'ombre, usent d'artifices et de puissance occulte pour défaire leurs adversaires. Yamada Fûtarô n'a pas oublié qu'un récit doit être divertissant. Il ne met pas que des combats titanesques entre guerriers, mais il raconte la féodalité japonaise, sa politique, sans oublier la dérision. Un premier tome qui ne peut se passer de la suite. Exotique, sanglant, ambiance guerrière et paisible, ce récit ne vous laissera pas indifférent.

Temps de livres

partager sur facebook :