L'Assassinat du Père Noël

Eric ADAM, Didier CONVARD, PAUL

Glénat, 2010



A Mortefond, un petit village de Lorraine, on s'apprête à fêter Noël. Mais le buffet qui suit est interrompu par une nouvelle horrible : "On a assassiné le Père Noël".

Ca commence à la Don Camillo et Peppone, avec l'infâme rouge qui vient entamer l'Internationale bien fort, juste au moment de l'Agnus dei! Comme dans les adaptations au cinéma de cette célèbre farce, on finit par se réconcilier autour d'agapes et l'horrible communiste anticlérical sert une mirabelle au curé. Mais voilà, l'assassinat du Père Noël ? une fonction habituellement tenue par le père Cornusse, qui en profite pour bien se rincer le gosier ? est de taille à modifier sensiblement la mécanique festive du village.

L'ambiance du village est omniprésente, avec ses histoires d'amour, de passé mal digéré, de souterrains creusés par les villageois puis par la suite oubliés, ou encore de tentative d'assassinat : pas si calme que ça, Mortefond ! Les persos sont intéressants : M. Lepic, touriste arrivé par hasard à Mortefond et que la qualité d'avocat-détective va placer au centre de l'enquête, mais aussi le baron qui en pince pour Catherine.

Le scenario, qui s'appuie sur un film de Christian-Jaque (1941), lui-même adapté d'un livre de Pierre Véry (1934), l'auteur de Goupi-Mains rouges, sait ménager rebondissements et intrigues. Il ne manque pas de finir avec une scène traditionnelle à la Bourrel, sans son "Bon Dieu mais c'est bien sûr", mais plutôt des habitants du village rassemblés dans le bar et la phrase qui tue : "La personne qui a assassiné le Père Noël, c'est vous... Tatatata !"

Voilà un album plutôt bon, avec une vraie ambiance de village et bien dessiné. Sympa !

Marc Suquet

partager sur facebook :