Margot la folle

BLONDEAU

Glénat, 2010
54 pages. 15 euros



Au 16ème siècle, en Flandres : dans un village atteint par la peste, Bokko tue Marinus, d'une flèche en plein coeur. Margot part à la recherche de son mari jusqu'aux enfers.

Bon c'est carrément déjanté, la BD de Muriel Blondeau : l'album est rempli de squelettes, de portes qui s'ouvrent sur la mer, de coffres munis de jambes, d'énormes poissons ou de personnages moitié tronc ou simples figures. Elle est sympa, Margot, d'aller chercher son mari au milieu de toutes ces créatures total barjes.

Le dessin est plutôt une esquisse, sans grande recherche sur les personnages. Les couleurs sont assez froides. L'album a pris des dimensions originales : 33x30 cm. Le lecteur a donc dans les mains une BD de forme carrée. En début d'album, l'auteur publie un "petit lexique savoureux" permettant au lecteur de mieux comprendre Margot.

Bon l'originalité, c'est bien. Mais le problème c'est que la sauce ne prend pas : on ne saisit pas bien l'intérêt des différents personnages et tableaux. L'histoire n'accroche pas. Comme le dessin n'est pas non plus fantastique, c'est un peu lassant. Et durant 55 pages, c'est un poil long !

Marc Suquet

partager sur facebook :