The Blonde

Duane SWIERCZYNSKI

Rivages, 2010
300 pages. 9,50 euros



Techno-thriller déjanté, The Blonde nous raconte les mésaventures de Jack Eisley.
Jack prend un verre au bar des arrivées de l'aéroport de Philadelphie et lie connaissance avec Kelly (la blonde) qui lui annonce froidement avoir empoisonné son verre. La prenant pour une folle, il se rend à son hôtel pour découvrir qu'effectivement, ça ne va pas bien du tout et qu'il est urgent de retrouver Kelly pour lui extorquer l'antidote.
L'autre héros du livre est Kowalski, agent secret (avec la "licence to kill") à qui échoie la mission de retrouver la même blonde et de la livrer à son agence.
Au fil des pages, les cadavres et les quiproquos s'accumulent pour faire de ces chasses à la blonde une histoire hilarante.
Vous allez me dire : tout ça est bien joli mais il est où le côté technologique là-dedans ?
Et c'est là que l'histoire prend tout son sel. Kelly est en fuite, infectée de nano-machines tueuses, elle cherche à échapper à son ancien directeur de labo, un paranoïaque, mégalomane et sociopathe.
Mais sa fuite est compliquée car le fonctionnement de ces nanobidules l'oblige à se trouver en permanence à moins de 3 mètres d'un autre être humain sous peine de décéder de façon salissante.
Son histoire étant plutôt abracadabrante, elle doit à la fois se cacher et provoquer suffisamment de remous pour que la vérité puisse éclater au grand jour.

C'est drôle, tendre aux moments adéquats, toujours trépidant et ça se lit très bien.
A conseiller sans modération.

Benoit Furet

partager sur facebook :