Ce qui est révélé (Jason Brice, T. 3)

ALCANTE, Sébastien GERARD, Milan JOVANOVIC

Dupuis, 2010



Jason Brice, accusé à tort de crime, est réfugié en Écosse avec Chloé, une jeune prostituée travaillant dans une fumerie d'opium. Jeffrey, le fils de cette dernière, manifeste des pouvoirs surnaturels...

Ce dernier album va permettre au lecteur de remonter dans le temps, en découvrant l'histoire de Jason, enfant, entre l'Angleterre et l'Irlande, mais aussi celle de Chloé et de l'étrange directeur du Gargoyle Club de Londres, David Tew.

L'album est plutôt bon, mêlant temps présent et retours dans le passé. Il comporte du suspense : pourquoi Jason Brice découvre t-il, dans la fermette qu'il habite, des carnets portant son propre nom et dans lesquels il découvre sa vie ?

L'auteur n'a pas lésiné sur le fantastique : des pouvoirs un tantinet étonnants de Jeffrey aux mystères égyptiens du livre des morts. A la page 35, l'aveu, "je suis ton père", déclenche à coup sûr un petit sourire des amateurs de Stars Wars, mais bon, on est déformé ou non !

Le dessin de Milan Jovanovic porte parfaitement le récit.

Bref, une conclusion de qualité pour ce triptyque.

Marc Suquet


Ce qui avait commencé comme une histoire policière d'investigation se finit dans ce troisième et dernier tome en histoire fantastique absolue. Tout vous est révélé au moyen de malédictions, divinations et autres possessions, et les amateurs du genre ne seront pas vraiment surpris par la fin. Cela dit, il y a quand même du suspense et les retours en arrière éclairent la fin du deuxième tome. Une fin de triptyque qui se laisse lire.

Annecat


  

Atlantis

Christophe BEC, Sébastien GERARD

Soleil, 2008
Prométhée, T. 1



A 13h13, une série d'événements inexpliqués se produit aux quatre coins de la planète, provoquant panique et catastrophes au sein de l'humanité.

A la lecture d'Atlantis, le premier tome de la saga, celle-ci semble extrêmement prometteuse. Christophe Bec enchaîne les scènes, exposant de manière très réaliste et très documentée les différents incidents qui sévissent dans le monde entier. Le lecteur découvre un grand nombre de personnages, sans savoir encore lequel va avoir de l'importance dans l'histoire. Tout cela est fait sans précipitation et à mon sens avec le souci du détail. Comment vous dire ? On a presque l'impression de lire un film ! Le dessin y est pour beaucoup.
Bref, Christophe Bec met parfaitement en place le récit de Prométhée dans ce premier tome.

Zab

partager sur facebook :