Gretchen (Zombillénium, T. 1)

Arthur DE PINS

Dupuis, 2010



Dans le parc d'attraction de Zombillénium, les gentils animateurs sont des vampires ou des momies. Aurélien découvre ce parc après son décès, suite à un braquage d'un bistrot et un accident de voiture.

Le sujet est original : qui aurait pensé à faire un parc d'attractions avec des morts-vivants ? Il y a plein d'humour un poil décalé dans cet album : la gestion du personnel du parc, qui n'est constitué que de cadavres et de zombies, est vraiment sympa avec son DRH, ses horaires de travail stricts et les contrats qui stipulent qu'en cas de faute grave pas de prud'hommes, mais plutôt une sortie du parc après avoir été entièrement consumé ! Et dès l'entrée, le service du personnel fera une prise de sang au nouvel embauché afin de déterminer à quel groupe il appartient : vampire, loup-garou (seulement si on a une haleine de cow-boy)...

Le dessin réalisé sur Adobe Illustrator est simple, efficace et bien adapté à cet album à tendance vraiment comique. Le site est joliment présenté et on peut y faire une candidature spontanée pour travailler dans le parc !

Bref, un scénario sympa et un album très agréable à lire.

Marc Suquet


Eh non, les conditions de travail des morts-vivants, monstres et autres zombies ne sont pas plus enviables que celles du commun des mortels ! Voire pires même... A Zombillénium, pas question de grève ni de manifestation pour le droit à la retraite à un âge décent, non. Soit on fait l'affaire, et là on a un CDI... très CDI, soit en cas de problème on est complètement... consumé.

Je me suis beaucoup amusée à la lecture de cet album qui, ouf ! ne donne pas dans la "blagounette" à deux balles sur le monde du travail, mais pose quand même un regard décalé (encore que ?) sur la manipulation du recrutement et les impératifs de "société". Alors au boulot monsieur Arthur de Pins,  la suite ! Allez, hop ! ou vos lecteurs vont "entièrement vous consumer".

Annecat


Pour commencer, je doit avouer que j'ai attaqué la lecture de cet album à reculons. Cela est du au fait que je ne trouve pas vraiment drôle ni réussie l'aventure Péchés mignons de l'auteur. Du coup, retrouver son dessin dans une histoire de zombie et avec comme titre un prénom de Maîtresse dominatrice ? Bof. Je me lance donc en m'attendant a des histoires de zombie sexy en corset en mal d'aventures sexuelles.

Rien de tout cela. Des personnages, un décor original, quelques touches d'humour pas forcé et une vraie aventure qui s'annonce et s'installe doucement. Certes, les dessins restent dans le style Arthur de Pins mais sans que cela ne me gène plus que cela. La construction et l'enchaînement des cases se fait avec plaisir et les couleurs se posent plutôt bien.

Je suis curieux maintenant de découvrir la suite de Zombillénium. Qui sont vraiment ces tristes sires ? Qui est a la tête de ce parc et quel est son but ? Pourquoi les zombies se plaignent ils tout le temps et c'est quoi cette chorégraphie pourrie de Michael ?

Roland Drover

partager sur facebook :