Au delà du mal

Shane STEVENS

Sonatine, 2009
767 pages. 23 euros



Thomas Bishop commence sa carrière de tueur en série a l'âge de 10 ans par le meurtre sauvage de sa mère. Il faut dire qu'elle n'est pas tendre Sarah, c'est le moins qu'on puisse dire. Arrêté puis interné à l'hôpital de Willows, Californie, il s'en échappe 15 ans plus tard. S'en suit alors une course poursuite parsemée de cadavres de femme, à travers les Etats Unis, entre ce tueur fou la police et Adam Kenton journaliste en mal de scoop !

Ce livre m'a été prêté par ma tantine chérie, lectrice avertie de bons polars avec comme commentaire "dis moi ce que tu en pense, moi je ne sais pas trop...". Je crois que j'aurais dû mieux entendre le "...je sais pas trop !".
Pourtant chaudement recommandé par Stephen King (mais là aussi j'aurais dû mieux "entendre")
ce roman qui se donne des allures de documentaire s'étire sur 800 pages... autant dire que c'est long... très très long ! Car non content de tout nous dévoiler sur la personnalité de Thomas Bishop, l'auteur nous explique aussi rapidement ses motivations réelles ou fantasmées.

Donc en bref ce que j'en pense ? Ici aucune fascination glauque pour la noire et perverse personnalité d'un Hannibal Lecter. Tout au plus un récit froid et sans frisson d'un fou qui se prend pour... Le psychopathe est bien là, mais le message est qu'il a vécu une enfance vraiment horrible (oui merci jusqu'à preuve du contraire on ne nait pas psychopathe... ) et le lecteur le plaint, un peu mais c'est tout..
Petite surprise quand même à la fin pour ceux qui n'auront pas bien capté le détail qui tue (c'est le cas de le dire... ) et qui annonce la fin.

Annecat


"Et presque toute l'histoire est le succès des crimes" (Voltaire)

Etats-Unis, années 70. Thomas Bishop, dix ans, enfant battu et maltraité par sa mère, la tue puis la brûle. Il est placé dans un institut psychiatrique, un hôpital-prison... Durant des années, sa seule ouverture sur le monde extérieur sera... un écran de télévision. A vingt-cinq ans, il parvient à s'échapper après la mise au point d'un plan d'évasion astucieux, spectaculaire et diabolique qui lui permet même de changer d'identité. Il va alors entamer un long périple meurtrier à travers les Etats-Unis... "laissant sur sa route davantage de cadavres que d'indices..." La paranoïa et l'hystérie vont vite gagner tout le pays...

"Ce ne sont pas des monstres..." (opinion émise par la plupart des psychiatres et des spécialistes confrontés aux serial-killers)

"Le Citizen Kane du roman de serial-killers..."

Il faut tout d'abord féliciter et remercier les éditions Sonatine d'avoir permis aux lecteurs français de découvrir ce livre totalement exceptionnel. Félicitations également au traducteur Clément Baude...

Son auteur, Shane Stevens, probablement un pseudonyme, serait né à New-York en 1941. "Il a écrit cinq romans entre 1966 et 1981 avant de disparaître dans l'anonymat." Au-delà du mal (By Reason of Insanity), paru en 1979 et jamais réédité est bientôt devenu un livre culte, quasiment introuvable. Il a considérablement influencé nombre d'auteurs anglo-saxons tels Stephen King, James Ellroy, Thomas Harris... qui le considèrent comme le livre fondateur du roman de serial-killer. Au-delà du mal est pour eux la référence, "la Bible" !

L'intrigue de ce "pavé" est relativement simple. Il s'agit du "récit clinique et quasiment documentaire du parcours et de la vie d'un serial-killer dans les années 1970." Le récit d'un enfant maltraité par sa mère, fruit d'un viol et persuadé que son père n'est autre que le tristement célèbre Caryl Chessman*, qui défraya tant la chronique dans les années cinquante. Le récit de la façon dont on fabrique un monstre aussi intelligent que cruel. Thomas Bishop, le personnage central, méticuleux, amoral, terrifiant mais également séduisant, "un monstre diaboliquement attachant," est un assassin hors-norme qui surpasse tous les serial-killers qui ont pu lui succéder depuis lors.

Il n'est pas le seul protagoniste de ce roman-fleuve. Autour de lui gravitent des personnages, loin d'être secondaires tant l'auteur les a travaillés et fignolés : policiers, médecins, criminologues, journalistes, hommes politiques, membres de la Mafia, victimes...
Le style "dépouillé, quasi journalistique," apporte réalisme et véracité à cette intrigue palpitante et terrifiante à la fois. Il ne faut surtout pas croire que Au-delà du mal n'est qu'un roman de serial-killer, captivant certes. C'est également un portrait sans concession de l'Amérique, de ses travers, de ses dérives... Ce récit très dense, malgré sa noirceur, sa dureté, sa violence, à la limite du supportable, terriblement dérangeant mais aussi terriblement humain est un livre exceptionnel !

* Caryl Chessman : les "anciens" s'en souviennent... Né en 1921, exécuté en 1960. Auteur de quatre livres de bonne facture : Fils de la haine, A travers les barreaux, Face à la justice, le plus connu étant certainement Cellule 2455 couloir de la mort.

Roque Le Gall

partager sur facebook :