L'Extravagant Voyage du jeune et prodigieux T. S. Spivet

Reif LARSEN

Nil, 2010



Le jeune Tecumseh Sparrow Spivet est un petit garçon de douze ans pas tout à fait comme les autres. Non seulement il a un nom à coucher dehors, mais il vit au coeur d'une famille pour le moins originale, né qu'il est de l'union improbable d'une entomologiste méticuleuse et d'un cow-boy du Montana, disons... un peu fruste. C'est aussi un cartographe hors pair. Mais qui ne s'occupe pas que de géographie. Non, T.S. Spivet cartographie TOUT : sa chambre, le vol d'une chauve-souris, la façon dont son père boit son whisky, la détonation d'un coup de fusil... Il faut dire aussi que son frère est mort récemment dans des circonstances assez louches, concernant le petit T.S. Très perturbé par ce décès, en manque d'affection et à l'étroit dans le ranch familial, T.S. voit sa vie s'ensoleiller le jour où il reçoit un coup de téléphone du musée du Smithsonian, qui l'invite à Washington pour y recevoir un prix récompensant son oeuvre. Sauf que personne ne sait là-bas qu'il n'a encore que douze ans !

Quel roman original que cet Extravagant Voyage du jeune et prodigieux T. S. Spivet ! Imposant objet presque carré doté de nombreuses illustrations et notes présentées dans la marge, ce livre en rappelle forcément un autre, pour qui aura été aussi frappé que nous, chez MGRB, par La Maison des feuilles de Danielewski. La comparaison s'arrête là toutefois : la lecture est ici parfaitement linéaire, les notes étant toujours en rapport direct avec le texte et poursuivant en quelque sorte la narration. Rien de labyrinthique ici, donc. Revenez, braves gens ! Ajoutons que cet apparent artifice typographique n'en est pas un : chaque note (invariablement passionnante) est justifiée et ajoute toujours quelque chose à l'intrigue, au contexte ou à la psychologie des personnages.

Et c'est là que ce texte prend toute sa valeur. Quels personnages ! Quelle maîtrise dans leur analyse ! Même en leur absence, on les découvre par leurs écrits, les souvenirs évoqués par d'autres, un détail qui revient en mémoire... Avec au premier plan, bien entendu, le jeune T.S., génie rêvant d'espace et de science, aspirant surtout à se réfugier dans le giron d'une mère, aimante, certes, mais guère démonstrative. Je ne vous en dis pas plus, vous laissant le soin de découvrir au fil des pages de ce roman de route inoubliable le personnage le plus attachant de la littérature américaine depuis - allez, osons ! - Huckleberry Finn.

Louis Hervé


La légende veut que Tecumseh Sansonnet Spivet soit né précisément au moment où un de ces maudits étourneaux se fracassait contre une vitre de la cuisine du ranch familial, il y a maintenant douze ans. Au Coppertop, T.S. est le deuxième enfant du couple Spivet. Avec Clair, sa mère entomologiste, T.A. Son père cowboy taciturne, Gracie sa soeur aînée, et Layton son frère cadet ils forment une famille des plus insolites. Clair recherche un coléoptère mythique (la cicindèle vampire), Gracie veut absolument devenir actrice à Hollywood et déclenche régulièrement des retraites stratégiques anti-abrutis dans sa chambre avec son iPod, Layton est en voie de devenir le parfait successeur de son rancher de père, jusqu'à... mais il faut lire entre les lignes, ou plutôt à côté pour savoir ce qui lui arrive . Pour T.S., le monde trop vaste qui entoure le ranch familial nécessite d'être décrypté méthodiquement. C'est pourquoi il le cartographie assidûment depuis ses six ans. Tout le Montana tiendra dans ses cartes, c'est dit ! Rien n'échappe à son observation méticuleuse : l'épluchage du maïs doux, les ruisseaux d'irrigation du domaine, la manière dont son père boit son whisky, tout doit être sauvegardé pour la postérité et pour l'analyse scientifique. Son ami et mentor le professeur Yorn le pilote de loin mais avec attention, et un beau jour T.S. est contacté par le Smithsonian Institute de Washington D.C., rien que ça. Une de ses cartes les a tellement impressionnés que le prix Baird lui a été décerné, ainsi qu'une invitation à résidence pour un an dans la prestigieuse académie scientifique. Commence alors pour l'adolescent un voyage étonnant et périlleux pour recevoir son prix et peut-être l'absolution. Après tout, la recherche de la vérité scientifique (ou autre) est une voie semée d'embûches et tout chercheur ayant à coeur de faire progresser sa discipline se retrouve toujours à un moment confronté à son éthique. Un voyage fait grandir à tout âge, n'est-ce-pas, mais surtout la jeunesse.

Un régal absolu que ce livre délicieux. Le travail d'édition d'abord est une merveille. Les pages sont enrichies de marges emplies de croquis, dessins, petites digressions en tous genres qui sont parfaitement insérées dans le récit et l'éclairent comme une petite voix off, une connection avec l'esprit vif, sensible et d'une curiosité insatiable de cet adolescent charmant et génial. On a soi-même de nouveau douze ans et de la bonne manière ! Le travail de l'auteur est très documenté, il se base sur une somme énorme de travaux dans des domaines très variés et le résultat est érudit sans prétention, éclectique et poétique. L'émotion qui se dégage à la lecture de tout ce qui concerne l'univers sentimental de T.S. et surtout de son frère est poignante. On se surprend à frémir et à vibrer comme le jeune garçon quand il veut jeter des ponts vers les autres membres de sa famille extraordinaire. On découvre également le charme de la cartographie. Pour le commun des mortels dont moi, c'était avant la lecture de ce livre une discipline austère réservée aux gens sérieux, voire psychorigides. En fait le travail d'un cartographe, comme celui d'un écrivain, en révèle autant sur le sujet qu'il aborde que sur la personne qui le décrit, est émotionnel, passionné et reflète un point de vue. J'ai aimé que ce jeune génie ne soit pas un affreux jojo pédant et superficiel mais bien un garçon attachant avec des lacunes, des inquiétudes existentielles, débordant d'énergie, de curiosité, en recherche maladive d'affection. Après avoir fureté sur quelques pages internet (ici), on apprend que l'auteur a mis quatre ans à écrire son livre. Ce furent 48 mois bien employés, une grande réussite qu'on peut s'offrir à un prix modique puisqu'il est paru en format poche en respectant la mise en page originelle de la première parution. Chapeau bas (et merci à Mikael pour le précieux conseil de lecture !).

Marion Godefroid-Richert

partager sur facebook :