Meurtre au mont Saint-Michel

Jean-Blaise DJIAN, Marie JAFFREDO

Glénat, 2015



1936. Lucie, au retour d'une soirée de pêche dans la baie du mont Saint-Michel, est le témoin d'un meurtre à la suite duquel elle disparaît. Une fois découverte la dépouille de Julienne, la bonne du curé, la population entraînée par son maire se lance à la recherche de l'adolescente. La cible de ses recherches : l'étranger que l'on a vu se cacher dans le mont.

Le scénario de cet album est plutôt classique : pas de surprises et l'assassin sera bien celui sur lequel cela devait tomber. L'album vaut plutôt pour les superbes dessins de Marie Jaffredo et la colorisation à dominante jaune-orangée qui donne à l'ensemble une tonalité chaleureuse.

Après Cluny, Carnac, Compostelle ou Carcassonne, la collection de Glénat en coopération avec les éditions du Patrimoine produit un album destiné à tous et dont l'atout réside dans le dessin. On trouvera quelques planches sur le site de l'illustratrice.

Marc Suquet


  

La Succession Moriarty

Jean-Blaise DJIAN, David ETIEN, Olivier LEGRAND

Vents d'Ouest, 2014
Les Quatre de Baker Street, T. 5



Holmes a disparu et nos trois héros vont devoir vivre sans lui. Pour autant, cette nouvelle vie ne va pas être de tout repos. Très rapidement, Billy, Charlie, Tom et Watson le chat vont devoir débrouiller une sombre histoire d'enlèvement dans laquelle l'ombre de Moriarty plane toujours !

C'est toujours avec autant de plaisir que j'apprends la sortie d'un nouveau tome de cette série. Là encore, au numéro 5 je ne suis pas déçue du tout. L'intrigue est bien menée et les rebondissements nous conduisent toujours plus loin dans le machiavélisme de Moriarty et de ses héritiers. Je trouve même que, dans ce tome, la psychologie des personnages s'étoffe encore et l'histoire fait grandir ces trois loustics au sens propre comme au sens figuré.

Le dessin a évolué et dans le bon sens donnant un côté légèrement plus adulte à cette BD. Enfin bref, et de cinq ! Si le 6 est aussi bien, alors vivement sa sortie !

Annecat


  

Sombre

Jean-Blaise DJIAN, Régis LOISEL, Vincent MALLIE

Vents d'Ouest, 2012
Le Grand Mort, T. 4



Je me suis allongé sur mon canapé ce dimanche avec les quatre tomes du Grand Mort. Signe de la qualité de cette série, je ne me suis pas endormi, terrassé par le merveilleux engourdissement qui caractérise mon dimanche en début d'après-midi. Et pourtant, ce quatrième tome n'est pas le meilleur de ce que j'ai lu : ça se traîne un peu. Le flirt entre Erwan, Gaëlle et Pauline, c'est un peu long et adolescent. Les lunettes de la fille de Pauline qui protègent son regard, ou les secrets sur son origine, ça tourne un peu en rond.

Fort heureusement, ça va trembler dans les chaumières, physiquement s'entend. Et le rythme un peu plan-plan de ce tome dans sa première moitié, un rythme qui fait parfois penser à un simili remplissage, repart de plus belle. Le dessin de Mallié sert toujours justement cette histoire avec ses deux pendants : la vie réelle et le fantastique.

Pas mal, Le Grand Mort et, finalement, j'ai franchement envie d'en connaître la fin !

Marc Suquet


  

Blanche

Jean-Blaise DJIAN, Régis LOISEL, Vincent MALLIE

Vents d'Ouest, 2011
Le Grand Mort, T. 3



Erwan part à la recherche de Pauline en compagnie de l'amie de cette dernière, Gaëlle. D'appartement en appartement, difficile de suivre la trace de l'ex-étudiante parisienne en économie dont la personnalité a bien changé depuis son voyage dans le petit monde.

J'aime décidément bien cette série : un bon scénario mêlant une histoire du monde réel à un joli volet fantastique. Les personnages sont attachants : Erwan, à cheval sur le monde habituel, mais aussi devenu transporteur vers le petit monde comme le lui a demandé Maître Cristo, Gaëlle, touchante dans ses stratégies destinées à intéresser Erwan, mais aussi Pauline qui a perdu sa raideur de Parisienne étudiante et est devenue totalement absorbée par le monde fantastique qu'elle a côtoyé.

Éléments de mystère : lors de leur poursuite, Gaëlle et Erwan apprennent que Pauline aurait été enceinte et qu'elle aurait accouché d'une petite fille qui porte des lunettes de piscine... Blanche, la fille de Pauline, est en effet bien étrange. Qui est son père, dont Pauline ne se souvient plus ?

J'aime bien le dessin de Mallié qui donne un air très sympa aux personnages de cette série : on regardera avec amusement les charmantes mimiques de Gaëlle, cherchant à attirer l'attention d'Erwan (p. 18, par exemple). On en trouvera quelques pages sur le site de Loisel ou sur le blog de Vincent Mallié.

Malgré tout, le tome 3 traîne un peu plus que les deux précédents, se concentrant sur la recherche de Pauline et oubliant le monde fantastique des petits. On a quand même sacrément envie de connaître la fin de cette histoire !

Marc Suquet


De retour dans notre dimension, Erwan se lance sur les traces de Pauline. Pour cela une seule solution se présente, commencer par retrouver Gaëlle la meilleure amie de Pauline. Jusque-là, c'est facile et c'est en sa compagnie qu'Erwan va partir à la recherche de Pauline dans un Paris transformé par la misère et la violence. Passant d'appartement en appartement ils vont voir le mystère autour de Pauline s'épaissir. En fin de compte, ils vont la retrouver là où tout a commencé, en Bretagne. Mais quel est cet enfant énigmatique qui accompagne Pauline et qui semble lui faire peur ? Comment Pauline s'est-elle retrouvée enceinte et que s'est-il vraiment passé ce jour-là dans le petit monde ? Erwan sent bien que ce sera à lui, le grand transporteur de trouver les réponses et de rétablir le grand équilibre.

A l'instar de mon petit camarade chroniqueur, je trouve que ce tome 3 nous balade peut-être un peu trop d'appartement en appartement. Bien qu'il aide les personnages à approfondir leurs liens et nous amène à percevoir vraiment ce que peut représenter "le grand équilibre", on reste un peu sur sa faim.

Mais ne boudons pas non plus notre plaisir car le talent de Maillé nous fait aisément "passer la pillule". Il maîtrise aussi bien le dessin de ville avec ses différences d'architectures que la campagne et son charme bucolique. Les personnages quant à eux sont crédibles et toujours aussi attachants. Alors, les aficionados comme moi précipitez-vous chez votre marchand de BD favori. Quant aux novices, achetez les trois tomes d'un coup vous ne serez pas déçus.

Pour finir, je citerai M. Maillé : "En ces temps de crise mondiale, de marasme économique et d'incertitude sur notre avenir, changez-vous les idées en lisant Le Grand Mort où l'on parle de crise mondiale, de marasme économique et d'incertitude sur notre avenir !" ^-^

Annecat


  

Le Rossignol de Stepney

Jean-Blaise DJIAN, David ETIEN, Olivier LEGRAND

Vents d'Ouest, 2011
Les Quatre de Baker Street, T. 3



Les quatre de Baker street, Billy, Charlie, Black Tom et leur chat Watson, sont à nouveau enrôlés par Sherlock Holmes pour une nouvelle mission : surveiller Lord Neville Asprey, amoureux d'une chanteuse de cabaret. Une mission qui va les entraîner dans les bas-fonds de l'East End.

Ben, c'est toujours sympa cette série. On suit avec plaisir cette nouvelle aventure qui comporte du rythme et des rebondissements. Les personnages comme le Lord tout à fait charmant dans son flirt mais aussi l'horrible Bloody Percy, qui n'hésite pas à expédier ses comparses au fond d'un lac gelé. Le dessin de David Etien est très correct. En bref, un bon album destiné à tous lecteurs.

Marc Suquet


Un vrai plaisir de retrouver nos trois larrons et leur chat. Cette fois-ci, ils nous emmènent dans les bas-fonds de Londres au secours de l'Amour , le seul, le vrai !

Mais avant ce dénouement heureux nous serons poursuivis par l'ignoble Bloody Percy et entraînés dans le glauque asile psychiatrique de Bedlam. Je vous assure qu'à cette époque un asile psychiatrique ce n'est pas du tout un endroit pour les enfants... même de l'East end !

A lire.

Annecat


  

L'Héritier

Jean-Blaise DJIAN, VINCENT

Vents d'Ouest, 2010
L'Ecole Capucine, T. 2



Hortense Malanges, la directrice de l'école nichée sur l'île face au village, rame un peu dans ses sortilèges et le jeune Honoré échappe au pouvoir de sa créatrice. Sa soeur, Adeline, lui prête donc la main. Le juge Cuchard, dépêché de Roscoff, tombe amoureux de Camille.

Le deuxième tome éclaircit les mystères du premier. C'est parfois un peu long pour les explications. Mais cela reste une bonne histoire joliment illustrée.

Marc Suquet


  

Le dossier Raboukine (Les Quatre de Baker Street, T. 2)

Jean-Blaise DJIAN, David ETIEN, Olivier LEGRAND

Vents d'Ouest, 2010



Un nouveau meurtre vient d'être commis dans le « East-End », quartier tristement célèbre de ce Londres de 1890.  En l'absence de Sherlock Holmes, nos quatre compères de Baker Street (Billy, Charlie, Black Tom et le chat Watson pour ceux qui n'auraient pas lu le tome 1, L'affaire du rideau bleu) décident de mener l'enquête. Leurs déductions vont les amener à croiser Katia Ivanovna et ses amis, réfugiés de la Russie tsariste. Avec elle, ils vont déjouer un complot machiavélique visant à discréditer la  communauté de réfugiés afin de faciliter le travail de « l'Okhrana » la terrible police secrète du star.

Comme dans le premier tome, ce qui séduit avant tout est la qualité du graphisme de David Etien. Tout en détails, son trait apporte précision et clarté au récit, avec un découpage classique, mais assez dynamique. L'intrigue quant à elle n'est pas aussi complexe et alambiquée que l'esprit brillant du locataire du 221B Baker Street, mais le caractère et la gouaillerie des quatre héros la rend assez plaisante pour nous donner envie de voir la série se poursuivre.

Annecat


Voici le deuxième tome des "Quatre de Baker Street", après L'Affaire du rideau bleu. Le premier tome avait été remarqué par Loisel. Dans ce deuxième tome, comme dans le premier, les quatre vont prêter main forte à Sherlock Holmes qui les a précédemment sortis du ruisseau.

Les personnages sont toujours sympathiques : Black Tom le chapardeur, Charlie (mais en fait Charlotte, la jeune fille déguisée en garçon), Billy le détective en herbe, tous les trois suivis par leur chat, Watson. La petite troupe marche à la débrouillardise et au franc -parler. Des gamins attachants.

L'album a un contexte historique, celui des révolutionnaires russes réfugiés à Londres et que recherche la police du Tsar, l'Okhrana. Le dessin est bon, les images bien colorées. Certaines expressions de visages sont plutôt bien rendues (p. 45). La BD est destinée aux jeunes adolescents mais peut être lue par un adulte avec plaisir.

Un bon album avec un scénario intéressant, un rythme, des personnages servis par un bon dessin. Un divertissement de qualité à mettre entre toutes les mains.

Marc Suquet


  

Venin de village

Jean-Blaise DJIAN, VINCENT

Vents d'Ouest, 2009
L'Ecole Capucine, T. 1



Octobre 1852. Honoré Pencrec'h revient après vingt-deux années dans son village de Bretagne, Kerfilec. Lui et sa femme, Camille, sont devenus "les Parisiens". Ce retour ne passe pas inaperçu dans le village et particulièrement chez Hortense Malanges, la directrice de l'école Capucine, placée sur une île face au village. Mais Honoré était autrefois amoureux d'Emma, disparue en mer.

Voilà une histoire qui mélange Bretagne, passé qui ressurgit, légendes et fantastique. Hortense peut en effet lancer des sortilèges qui permettent l'accès au passé. Mais, passé et présent s'emmêlent les pinceaux et Honoré se retrouve face à... lui, jeune ! L'histoire est parfois un poil complexe dans ce premier tome, mais le suspense maintient l'intérêt du lecteur.

Les dessins de Vincent et les couleurs de Delf sont très beaux. Les tons sont souvent orangés et chaleureux dans les intérieurs.

Perso, j'ai bien aimé.

Marc Suquet

partager sur facebook :