Les Clans de la Dorgne

Pierre BORDAGE, Olivier ROMAN

Soleil, 2013
Les Fables de l'Humpur, T. 1



Dans le village de Manac, les cochons, ou grognes, sont un peu des boeufs : l'objectif lors du Grut de la lunaison, c'est de se faire Troïa, la jolie grogne. Véhir, son amoureux, a une façon de voir un tantinet moins rustre. Impossible pour lui de rester à Manac. Il va donc désobéir aux lois de l'Humpur et fuir dans la forêt où il rencontrera Jarrit, un grogne solitaire, qui lui enseignera quelques vérités. Puis Tia, une jeune prévôt hurle (hommes-loups) qui n'a aucune envie de se soumettre au mariage arrangé pour elle.

C'est bien sûr le roman de SF publié par lui même en 1999, que Bordage adapte ici en BD. La fameuse histoire des hybrides entre l'homme et l'animal, partis chercher l'Humpur (l'homme pur). Pourtant, j'ai trouvé l'ensemble bien rapide : pas facile de rentrer dans un univers complexe, d'intégrer les relations de pouvoir entre les différentes communautés et le destin des personnages en seulement 47 pages. On sort presque frustré de pédaler derrière un beau scénario. D'autant que le langage, dépourvu de sujet, déroute également. Le dessin de Roman est plutôt agréable et donne à ces hybrides des attitudes très humaines. Peut être avec le deuxième tome ?

Marc Suquet


  

Soeur Onden

Pierre BORDAGE

L'Atalante, 2011
La Fraternité du Panca, T. 4



La jeune Klarel d'Albad affronte un épineux problème : elle a bien reçu le cakra, arme fatale symbiotique qui la désigne et la protège comme part d'une chaîne quinte du Panca. Cependant il lui manque son âmna, et elle n'a aucune idée de la manière dont elle va pouvoir rallier la lointaine planète où elle doit retrouver le cinquième et dernier maillon. De plus la moitié des galaxies connues semblent se liguer pour contrecarrer la formation de cette puissante et mystérieuse alliance. A l'autre bout de l'univers deux maîtres mercenaires, guerriers parfaits, tacticiens hors pair, sont lancés sur les traces de soeur Onden. Ossia et Qwor sont payés une fortune pour la retrouver et empêcher ce qu'ils croient être la destruction prochaine de l'humanité. Enfin, sur la planète Iox un adolescent du nom de Bent, délaissant les plaisirs effrénés réservés aux jeunes gens de son âge, se perd dans les méandres du temps à la poursuite d'une femme magnifique bien qu'odieusement défigurée. Elle le poursuit dans des visions d'une telle intensité que le garçon se jette dans de mystérieux flux qui le priveront pourtant à coup sûr de ceux qu'il aime. Ces trois trajectoires convergent dans le bras de Persous pour le rendez-vous ultime de la fraternité. Bien des péripéties en perspective.

C'est le quatrième et avant-dernier tome de la saga des frères du Panca de Pierre Bordage. Difficle de maintenir un rythme homogène sur un tel nombre de pages ! Autant, par exemple, les notes de chaque début de chapitre pouvaient être plaisantes dans les opus précédents, autant elles finissent par perdre de leur intérêt ici, quand elles ne sont carrément pas une solution de facilité pour l'auteur pour balancer une porte de transition ou de sortie pour ses personnages sans se fatiguer. Les Orvers qui sont sur la planète de Bent des prédateurs redoutables sont sur d'autres mondes quasi invisibles et demeurent inconnus du reste de la galaxie. Quels sont leurs pouvoirs ? D'où viennent-ils ? Que voient-ils ou reconnaissent-ils dans le jeune héros ? Mystère. L'âmna manquante de Klarel lui est apportée sur un plateau par un Sâtnaga et un inconnu dont on n'a pas entendu parler avant, qu'on ne reverra plus après. Pourquoi et comment ? Là aussi, mystère. Et le reste est à l'avenant. On manque ici d'un héros, là d'un vaisseau ? Et hop ! Une petite note vaguement illustrative et le tour est joué. Un peu perturbant de la part d'un auteur d'une telle qualité. On espère vivement que le prochain tome relèvera le niveau que ce dernier volet vient de faire vilainement chuter. Soyons honnête, le récit est quand même plaisant : belle fluidité d'écriture, pas de niaiserie non plus, on l'avale sans rechigner. Bientôt le dernier... On espère une belle chute.

Marion Godefroid-Richert


  

Dernières Nouvelles de la Terre

Pierre BORDAGE

L'Atalante, 2010
coll. La Dentelle du Cygne



Un recueil de nouvelles sur des sujets aussi variés qu'un écolier décidé à larguer toutes les obligations de la société, la rencontre d'un ancien torero avec la version sanguinaire des corridas ou encore le retour d'un Terrien après trente années passées sur la planète Thetys...

Quatorze nouvelles courtes (entre 10 et 20 pages), sur des sujets très variés, tenant à la SF mais aussi à des épisodes de la vie ordinaire. Mais, amateurs du genre, la tonalité est tout de même essentiellement de votre domaine de prédilection : ça cause sauts dans le temps, mais dans les deux sens, arrivée d'une mission sur un satellite inconnu et tout autre sujet qui fait kiffer à mort les amateurs. Donc pas d'angoisse !

Il y a des sujets originaux dans ces nouvelles, comme dans "Son nom est personne", où le héros part à la recherche du personnage de Jules Verne et dévoile quelques détails rigolos que ses lecteurs le plus souvent ignorent : eh oui, sa cousine Caroline..., l'était pas aussi sérieux qu'on l'apprend en classe, le p'tit Jules...

Ma nouvelle préférée, "Le chant de l'esgasse", un conte maritime qui transporte le lecteur sur le Xerken, une version terrestre du Hollandais volant qui surfe sur le sable. Elle est pleine de suspense, non seulement sur la suite du scénario, mais aussi sur la figure inconnue du capitaine, toujours cachée derrière un foulard. J'ai bien aimé aussi, l'hypothèse originale  de "On va marcher sur la Lune", suggérant que la marche des Américains sur la Lune en juillet 1969 pouvait être une supercherie. Mais aussi, "Une plage en Normandie" et la veille d'une sentinelle du futur face à la version moderne du débarquement. Cette dernière nouvelle est teintée de psychologie et décrit les hésitations d'un sniper face aux émigrants. Et puis, elle redécouvre le manque d'ouverture face aux gens qui cherchent l'asile chez nous : dis donc, ca serait pas un clin d'oeil à une actualité un tantinet chargée, ça ?

L'intro du bouquin est originale également : l'échange de l'auteur avec une admiratrice venue de 2297. Et puis, j'y apprends que, comme moi, l'ado Pierre Bordage était branché par Bob Morane, Bill Wallantine et l'Ombre jaune. Trop d'la balle !

Une toute petite ombre au tableau : "Dans ma prison". Cette nouvelle décrit les réflexions personnelles d'un prisonnier sur le monde : une liste d'arguments démontrant que l'homme n'aurait produit que du négatif. C'est carrément un peu lourd !

A part ça, c'est du bon, ce recueil de nouvelles !

Marc Suquet


  

Frère Kalkin

Pierre BORDAGE

L'Atalante, 2010
La fraternité du Panca, Tome 3
448 pages. 22 euros



Le troisième maillon de la chaîne quinte doit se rendre à Gamma Bagvan, une étoile encore une fois si lointaine que la joindre est une gageure. Encore une fois sont à ses trousses des adversaires redoutables. Pour la première fois par contre s'élance sur ses traces et sur celles de la fraternité une médialiste de renom. Malgré le secret jalousement gardé autour des rites des frères, la curiosité de l'éditeur en chef de la belle et piquante Jili (la médialiste en question), a été éveillée et il lui demande instamment de réaliser un grand reportage sur eux. Enfin, dans le système de Gamma Bagvan, où aura lieu le passage de témoin entre le troisième et le quatrième frère, germe une graine de révolte parmi les colons pauvres qui tentent d'arracher leur subsistance à l'ingrate nature. Klarel, jeune femme rebelle à l'autorité de son clan, qui refuse de prendre un époux et de se transformer en reproductrice asservie jusqu'à la fin de ses jours, va entrer pour la première fois dans l'histoire de l'humanité en contact avec des ENHA (entités non humaines non animales), et ce au prix d'un sacrifice inimaginable. Les épreuves qu'elle va traverser seront cruciales pour l'avenir de sa planète et de l'univers tout entier.

Dans ce troisième tome du space opéra de PB, le frère dont il est question cesse d'être le sujet principal du récit. Il reste l'épicentre des actions des différents protagonistes de l'histoire mais apparaît fort peu dans les différents chapitres. Cela ne nuit pas au rythme du récit, tant PB sait inventer des personnages et des situations captivantes. La jeune Klarel par exemple est prometteuse et menace d'être plus que passionnante dans le quatrième tome de la saga. Le lecteur, la lectrice que je suis continuent d'être tenus en haleine par l'élaboration patiente de l'auteur autour de son alliance crypto-pacifiste. L'amour est encore une fois très présent dans les différents thèmes abordés et les personnages n'en finissent pas de souffrir ou bien d'être touchés par la grâce. Avis aux hermétiques de la romance : s'abstenir. Pour les autres, il y aura moult satisfactions et tous les couples de ce tome ne finissent pas cette fois-ci dans le déchirement sans espoir. On progresse ! Vivement cependant le prochain tome, car on commence enfin à subodorer ce qui va être le mécanisme du sauvetage des espèces vivantes de la galaxie.

Marion Godefroid-Richert


  

Soeur Ynolde

Pierre BORDAGE

L'Atalante, 2008
La fraternité du Panca, Tome 2
444 pages. 21 euros



La fille de frère Ewen est la deuxième actrice de cette mission à l'échelle de l'univers pour contrer les soldats du chaos. Elle a réussi à rejoindre à temps son père sur Phaïstos et récupérer le précieux amnâ. Contactée par la fraternité pour se rendre à son tour dans le système lointain de Tau du Kolpter et rallier le troisième frère, Ynolde se lance en secret dans les méandres des tunnels d'énergie noire qui lui permettront de se rendre rapidement à son but. Toute avance prise sur ses ennemis augmente ses chances de succès et par là celles de la fraternité pour contrer la menace galactique. De leur côté, les serviteurs du mal recrutent ce qui se fait de mieux comme chercheur-tueur en la personne des disciples du Thanaüm. Ce sont des maîtres assassins qui ont une volonté et un entraînement quasi surhumains, avec un code d'honneur strict qui leur fait donner la mort dans le respect de la vie, avec grâce et droiture. Silf le Jnandiran, le meilleur d'entre eux, est chargé de se rendre dans Tau du Kolpter tandis que ses condisciples s'égaillent sur d'innombrables planètes. Dès lors s'engage une course contre la montre entre Ynolde et le jeune assassin pour rejoindre en premier le troisième maillon de la chaîne. Chacun animé par le même souffle, le même élan avec des buts pourtant contraires. Un affrontement qui va prendre des allures mythologiques ...

Ce deuxième tome tient les promesses du premier. Le récit captive toujours, et si on ignore de la même manière que dans le premier opus comment va fonctionner à la fin la chaîne pancatvique et la nature de la menace qui plane sur l'univers, on n'est cependant pas déçu du déroulement de la reconstitution du guerrier ultime. Là encore l'amour est au rendez-vous et a une bonne place dans la vie des différents protagonistes de l'histoire. La nostalgie poignante des différents amants renvoie au tragique accident qui a coûté la vie à la compagne de l'écrivain, ceci n'étant pas sans rapport avec cela. Quel bel hommage que celui rendu par PB à sa chère disparue, en faisant de son livre un hymne à l'amour par delà la mort, à l'union de deux êtres résistant aux aléas de l'existence. La grâce de l'héroïne illumine comme le dit si bien le quatrième de couverture le récit et la pureté qui anime son rival n'est pas un moindre atout de l'histoire. Qui aurait pu croire que le terme d'assassin pourrait revêtir une telle aura de respectabilité et d'honneur ? Le dénouement de l'affrontement de ces deux êtres d'exception est un ravissement pour le lecteur et le fait se jeter directement sur le troisième tome, Frère Kalkin.

Marion Godefroid-Richert


  

Frère Ewen

Pierre BORDAGE

L'Atalante, 2007
La fraternité du Panca, Tome 1
446 pages. 21 euros



Curieux phénomène que les sociétés secrètes, leur membres en sont souvent les jouets plus ou moins consentants. La fraternité du Panca ne fait pas exception à cette règle. Les frères et soeurs qui prêtent allégeance au mouvement s'engagent à en respecter les cinq piliers fondamentaux : obéissance aveugle, secret, droiture, vigilance et confiance, et ceci au prix du sacrifice de leur existence.
Au terme d'une initiation de plusieurs années, les aspirants, formés par un maître exclusif se voient remettre les deux symboles de leur appartenance à la confrérie : l'amnâ (un implant cérébral) et le cakra cracheur de feu, arme symbiotique puissante de ces guerriers pacifiques. Le but de la fraternité ? Maintenir la paix dans l'univers et la cohésion de ses espèces vivantes et pensantes. Dernier rempart contre le chaos, la constitution d'une chaîne pancatvique permet à son maillon ultime de devenir une arme absolue au service du bien. Chacun des frères peut être contacté à n'importe quel moment au cours de son existence dès son "ordonnation" pour rejoindre un autre frère ,lui livrer son amnâ et permettre après la réunion de cinq d'entre elles au sein de l'esprit d'un seul individu de constituer un super-guerrier.
Frère Ewen, qui vit un bonheur paisible depuis de longues années sur la planète Boréal aux côtés de sa compagne et de sa fille reçoit un jour funeste l'ordre de se rendre à l'autre bout de la galaxie pour livrer son amnâ au deuxième maillon d'une chaîne pancatvique. Les supérieurs de l'ordre sont formels, pour la première fois depuis au moins six siècles un danger immense menace toutes les espèces vivantes de l'univers et une chaîne doit impérativement se reconstituer pour contrer ce péril. Ce voyage d'une vie implique de laisser sans espoir de retour les deux femmes chéries de son coeur sur Boréal. Il doit se rendre sur Phaïstos la lointaine et le voyage durera près de quatre-vingt ans. Sur sa route se dresseront de nombreux obstacles, des dangers innombrables, et puis aussi quelques rencontres précieuses. Car s'est engagée avec l'appel d'Ewen une gigantesque partie d'échecs à l'échelle de l'univers. Les deux camps, celui du bien et celui du mal possèdent de nombreux pions. Ewen n'est pas seul dans son combat, le jeune Oléo de son côté dont la famille connaîtra un destin tragique le rejoindra dans sa quête et y contribuera. De la réussite de leur collaboration naîtra le début de la légende.

On ne présente plus Pierre Bordage. Depuis un quart de siècle, le monsieur enchante les mondes de la SF et de la fantasy de son talent de conteur qui lui ont valu de nombreux prix. La fraternité du Panca, un space-opéra en cinq actes dont le troisième vient de paraître ne déroge pas à la règle du maître. Belle fluidité du récit, personnages attachants, dimension épique de l'histoire, péripéties nombreuses. Il n'y a pas de temps mort et on se régale à la lecture de ce premier tome. L'obscure menace qui plane sur l'univers n'est pas dévoilée par l'auteur, mais cela ne nuit en rien à l'intérêt du lecteur qui se passionne suffisamment pour les histoires contées au départ en parallèles d'Ewen et Oléo. Généreux et sensibles, ces deux héros de roman sont avant tout deux grands amoureux, l'un heureux, l'autre moins, ce qui ne saurait que ravir la lectrice affamée de romantisme (que je suis) aussi bien que le lecteur assoiffé d'aventure (là, c'est moi aussi). Enfin bref, un grand plaisir de lecture qui se confirme avec le deuxième tome, Soeur Inolde.

Marion Godefroid-Richert


Je ne vais pas résumer le livre, Marion s'en est chargé avec brio (comme d'habitude) ici, mais en ce qui concerne l'appréciation dudit livre, nos avis divergent.
J'ai trouvé que la psychologie des personnages n'était pas assez fouillée, sans même parler du fait que ce sont tous des archétypes de ce genre de littérature : le héros malgré lui qui geint son "pourquoi moi ?", les méchants voués au meurtre (dont certains ne sont pas des vrais méchants et se repentent lors de leur agonie) ...
C'est loin d'être subtil, les gentils sont résolument gentils, au point d'être niais, et les méchants sont tellement méchants qu'ils en oublient d'avoir un cerveau.
Les péripéties sont convenues, on s'attend au dénouement dès le départ du héros. L'ensemble baigne dans un mysticisme irritant (c'est pas mon truc les mystiques) et, s'appuyant sur ce ressort, l'auteur balaie des contraintes techniques ou sociétales qui auraient du faire capoter son scénario.
Par exemple, le héros, arrêté par la police (pourtant dite toute puissante) d'un planétoïde, en assassine le chef et s'enfuit "tranquillement" puis passe plusieurs jours dans l'astroport sans que l'on puisse retrouver sa trace (et sans même qu'il s'en inquiète plus que ça !). Un dernier contrôle lors de l'embarquement pourrait le faire reconnaître mais il est sauvé par un jeune enjôleur (comprendre magicien) qui le soustrait à l'attention.
Le récit est truffé de ce genre de retournement où il semble que le hasard n'existe pas, le bon samaritain est toujours là au bon endroit au bon moment, c'est facile et ça nuit terriblement à la vraisemblance à moins d'adhérer à l'ambiance mystique : il n'y a pas de hasard, tout cela est écrit, chaque personnage a sa destinée et nul obstacle ne peut en venir à bout, bla bla bla.

J'ai du me forcer tout au long des quelques 450 pages pour ne pas lâcher ce bouquin et ça m'a suffit : je ne lirai pas les tomes suivants de la série et je me souviens maintenant pourquoi j'ai arrêté de lire du Bordage depuis 10 ans.

Pour finir, une petite citation, juste pour rire : Les mots sont impuissants à décrire l'indicible ... (p. 288)
Et Monsieur Bordage n'a pas peur des tautologies ;-)

Benoit Furet


L'enjomineur : 1792

Pierre BORDAGE

L'Atalante, 2004



L'action de ce roman se passe en pleine révolution française. Nous sommes en 1792. Le roi est acculé, la noblesse pourchassée, le clergé mis à terre par les nouvelles réformes. Les luttes entre Jacobins et Girondins rendent le pays ingouvernable et les extrêmes profitent de la pagaille ambiante pour tenter de prendre le peu de pouvoir restant au roi. C'est une période de grands bouleversements. Dans le bocage vendéen, on apprécie peu tous ces changements. La révolution a fait le vide parmi la noblesse mais les bourgeois et autres spéculateurs ont eu vite fait de prendre la relève des anciens exploitants du peuple. Le petit peuple vendéen est à bout. La misère s'installe et voilà que, pour couronner le tout, on déporte les curés pour les remplacer par des laïcs. Ce sera la goutte d'eau qui fera déborder le vase.

Dans ce livre historique, l'auteur va faire ressortir deux personnages très différents l'un de l'autre.

Emile, tout d'abord, l'enfant des fées, jeune homme qui aime le bocage et n'aspire qu'à une chose : pouvoir y vivre heureux. Emile a été élevé par un prêtre aux idées nouvelles, qui prônait l'égalité entre les hommes, ce qui n'est du goût de personne à l'époque. Ce personnage va être emporté par l'histoire. Il découvrira la dureté des hommes, et surtout entrevoir un monde mystérieux duquel il semble faire partie.

Cornuaud, ensuite, une brute épaisse victime d'une malédiction après avoir violé une jeune esclave sur un navire négrier. Il revient à Nantes où, grâce à d'anciens compagnons de truanderie, il va prendre une part active à l'action d'une loge maçonnique (viols, meurtres, pillages...). Sans oublier cette terrible malédiction qui l'oblige à tuer sans cesse.

Nouveau livre de Pierre Bordage, et quel livre ! Une grande épopée sur une des périodes les plus terribles de notre Histoire, la Révolution française. Etant d'origine vendéenne, l'auteur a choisi de montrer l'histoire du côté des gens du bocage, avec beaucoup de justesse et une grande documentation, cherchant toujours à montrer les deux facettes de cette époque. Comme d'habitude, Pierre Bordage est sans concession avec ses personnages. Ils doivent affronter les tourments de la fin d'une époque avec toute la dureté et la noirceur qui la caractérise. En plus du romanesque, il ajoute une touche de fantastique. Vivement la suite ! ! !

Jean Goasdoué


L'Ange de l'abîme

Pierre BORDAGE

Au Diable Vauvert, 2004



Pierre Bordage nous expédie dans un très proche futur, particulièrement effrayant. Après les attentats du 11 septembre 2001, l'ultra-protectionnisme derrière lequel se sont retranchés les pays capitalistes, l'Europe est depuis une quinzaine d'années ravagée par une guerre aussi stérile qu'effroyable et meurtrière, encouragée et soutenue par les Etats-Unis qui y trouvent bien évidemment leur compte, une guerre qui oppose les légions de l'archange Michel, défenseur d'un catholicisme intégriste totalitaire qui, depuis le bunker roumain où il s'est établi n'hésite pas à envoyer à la mort des gamins de seize ans, qui cloître les femmes, aux ousamas Moyen-Orient islamiste massés entre la Mer Baltique et la Mer Noire. Et c'est dans cette Europe d'apocalypse chaotique, ruinée par la faillite des OGM, les attentats kamikaze, et qui s'est enlisée dans une guerre de tranchées, dans cette Europe exsangue constamment bombardée, que deux adolescents, Pibe, un orphelin de treize ans, et Stef, à peine plus âgée (seize ans), jeune fille troublante, rebelle et mystérieuse qui va devenir son initiatrice, tentent de rejoindre le bunker roumain depuis lequel l'archange Michel gouverne l'Occident. Leur objectif est de l'éliminer...

Avec ce deuxième volet d'une trilogie en cours, Pierre Bordage, fidèle aux thématiques qui lui sont chères, s'attache à décrypter un deuxième texte sacré fondateur. En effet, si "l'Evangile du Serpent" propose une relecture des Saintes Evangiles, "L'Ange de l'abîme" transpose l'Apocalypse dans un contexte moderne. L'auteur nous livre ici une nouvelle réflexion sur les rapports entre religions, dogmes, spiritualité et société. Il s'interroge sur l'avenir que se réserve notre civilisation malade d'égoïsme et insensible au déséquilibre croissant qui oppose les pays riches - les pays capitaliste occidentaux - aux pays déshérités. Il nous livre ses doutes sans prendre parti, sans chercher ni à imposer son raisonnement ni à donner des leçons. Au lieu d'essayer de pallier aux injustices infamantes qui déséquilibrent le monde, d'accepter de partager les richesses, les démocraties capitalistes opèrent un repli sur soi et initient de nouvelles croisades qui immanquablement se soldent par des machinations plus ou moins secrètes, des guerres, et le cortège de souffrances, de débordements et d'atrocités qui en découlent, en plus d'une fracture sociale qui va s'aggravant. L'obscurantisme, le fanatisme religieux, la violence et la cruauté humaine règnent en maîtres absolus : une situation internationale alarmante qui donne à réfléchir car elle n'est pas si éloignée que cela de celle que nous vivons aujourd'hui. Pierre Bordage nous propose là une vision très sombre et pessimiste, fascinante mais vraiment très inquiétante, toujours parfaitement crédible, de ce que pourrait réellement devenir la situation mondiale. Donnent vie à une intrigue - habilement construite et maîtrisée de bout en bout - des personnages humains dont le destin apparaît le plus souvent tragique. Ainsi, la quête initiatique que mènent deux adolescents, Pibe et Stef, est jalonnée par de multiples scènes de la vie quotidienne toutes reliées les unes aux autres par un fil conducteur, qui se justifient à la fin et dont les acteurs sont des gens banals, des êtres ordinaires, des anonymes.

Un excellent cru du grand Pierre Bordage qui, une fois encore, nous donne la pleine mesure de son talent. Une politique fiction à lire absolument !

MGRB


Le Dragon aux plumes de sang

Pierre BORDAGE

L'Atalante, 2003
Deuxième tome du diptyque des "Griots Célestes". Précédé par : "Qui-vient-du-bruit".



A la suite des Grandes Guerres de la Dispersion, l'humanité a éclaté et essaimé en direction des innombrables systèmes stellaires de toute la galaxie. Extrêmement éloignées les unes des autres, ces différentes colonies humaines ont continué d'évoluer, mais suivant des modes bien différents, donnant naissance à des civilisations qui ont petit à petit rompu tout contact entre elles. Le seul lien est dorénavant assuré par la confrérie des griots célestes, caste de voyageurs spatiaux-temporels qui, sur les notes qu'ils font naître en pinçant les cordes de leur kharba, instrument qu'ils reçoivent dès lors qu'ils sont officiellement intronisés dans le Cercle des Griots, transmettent par le chant l'histoire et la mémoire collective de l'espèce humaine. Appelés, happés par un flux d'énergie cosmique et portés sur les mystérieuses voies de la Chaldria qui, depuis que les humains ont perdu la maîtrise du vol spatial, les fait passer - avec une fulgurance inouïe mais au prix d'intenses douleurs physiques - d'un monde à l'autre, les griots ont de plus en plus de difficultés à remplir leur mission. Sur chaque planète, une partie de plus en plus importante de la population se montre à leur égard de plus en plus hostile voire dangereuse. D'autre part le mystérieux, le redoutable angail - hybride chimérique de reptile et d'oiseau que certains nomment l'anguiz ou enguise ou anguil et d'autres encore le dragon aux plumes de sang - aspire à l'avènement des ténèbres. Ses adeptes et serviteurs, exterminateurs nihilistes, oeoeuvrent dans l'ombre pour restaurer le néant, anéantir les vecteurs de la mémoire collective que sont les griots et éradiquer à tout jamais l'espèce humaine sur les mondes où elle s'est développée... C'est donc en des temps bien troublés que Seke - "Qui-vient-du-bruit" -, l'orphelin né sur Jésomine, planète socialement très rigide, Seke, l'enfant sauvage recueilli et élevé dans le désert aride par des skadjes, mystérieuses créatures autochtones qui lui ont appris, loin des hommes, du vacarme et des sons qu'ils produisent et qui blessent leur paix intérieure, à interpréter la qualité du silence et de ses nuances, Seke, revenu parmi les humains, est devenu l'apprenti, le disciple du griot céleste Marmat Tchalé. Sur Frater 2, planète aquatique à l'étonnant écosystème, Seke tombe amoureux de la princesse Löte avec laquelle, se séparant de son maître, il fonde un foyer et trouve bonheur, paix et sérénité. Mais il ne peut bien longtemps rester sourd à l'appel puissant de la Chaldria qui l'expédie sur Ozane, planète aride et déshumanisée dirigée par une oligarchie, avant de l'envoyer sur Venter, le monde des origines, où se tient la traditionnelle assemblée du Cercle des Griots Célestes...

Pierre Bordage est un conteur né, et le moins qu'on puisse dire est qu'il a du talent à revendre. Dans le diptyque qu'achève "Le Dragon aux plumes de sang", on retrouve les thèmes qui lui sont chers et qui lui tiennent à coeoeur : la nature profonde de l'homme, l'éclatement de l'humanité et les disparités qui se créent entre les différentes communautés, la transmission de la mémoire de l'espèce humaine, du savoir et des connaissances, la naissance des mythes, des croyances, des dogmes, l'influence des religions... Il est question ici d'une humanité disséminée à travers toute la galaxie et dont seuls les griots célestes conservent la mémoire pour mieux la transmettre oralement à tous ceux qui, sur les mondes qu'ils visitent, acceptent de les écouter. Ces visiteurs du ciel qui leur rappellent qu'ils font partie d'un ensemble, qu'ils ne sont pas seuls dans l'univers, devraient être toujours bien accueillis sur les planètes où la Chaldria les expédie. Mais ce n'est plus le cas, un mal mystérieux ronge le coeoeur des hommes et rend les populations de plus en plus hostiles à leur égard. Il en est même qui cherchent à les éliminer... Le nouveau space opera que Pierre Bordage nous offre avec ses "Griots Célestes" s'avère on ne peut plus séduisant, bourré d'émotion et fort agréable à lire. Non seulement l'auteur nous fait découvrir des mondes exotiques, dépaysants et d'une très grande variété, peuplés de personnages bien dessinés, vivants, humains et donc des plus attachants. Non seulement le lecteur suit avec intérêt les aventures palpitantes que vivent le héros et ses proches, frémit lorsqu'il est en danger, partage avec lui tourments, doutes, révoltes, peines et bonheurs. Peut-être aurait-il aimé voir développés encore davantage certains détails de l'intrigue : le mode de vie des skadjes, la nature de la Chaldria, la réflexion sur le devenir de l'homme, l'opposition entre partisans de l'évolution de la vie et adeptes du retour au néant, etc. ? Et encore !... Mais cette histoire riche et aboutie - plus sombre peut-être que les autres romans de l'auteur puisqu'il s'y livre à une réflexion sur la mort -, portée par le souffle épique que Pierre Bordage a su lui insuffler, pousse tout un chacun à la réflexion sur l'évolution de notre monde actuel, sur la part que chacun d'entre nous jouons ou devrions jouer pour le rééquilibrer ou le rendre plus juste afin que chaque individu puisse y vivre libre et sage, responsable de ses actes et respectueux des autres.

Pierre Bordage nous offre une nouvelle preuve de son immense talent. Ne boudons pas notre plaisir et plongeons avec délice dans les aventures des troubadours venus du ciel !

MGRB

partager sur facebook :