L'Inespérée (Oksa Pollock, T. 1)

Anne PLICHOTA, Cendrine WOLF

XO, 2010



Bigtoe Square, Londres. C'est là que nous découvrons la famille Pollock. Tout d'abord Pavel Pollock, chef de famille dévoré d'anxiété, sa femme, Marie Pollock, douce et attentive mère d'Oksa, puis Dragomira, grand-mère loufoque et excentrique et enfin Oksa, jeune fille de treize ans pour l'instant atterrée par l'uniforme que son inscription au collège Proximus l'oblige à porter. Arrivée au collège, Oksa retrouve son ami Gus qui lui aussi vient de s'installer à Londres avec ses parents.
Mais cette rentrée des classes n'est pas comme les autres. Oksa va rapidement se découvrir des dons insoupçonnés alors qu'une étoile s'imprime autour de son nombril. Désemparés, Oksa et Gus, mis dans la confidence, vont se confier à "Baba Pollock" la grand mère d'Oksa. Cette dernière leur révèle alors l'incroyable secret : elle n'est pas née sur terre, mais dans un pays nommé "Edéfia". A la suite d'un coup d'État, elle a été obligé de s'enfuir de cette terre avec plusieurs personnes (les "sauve qui peut"). Depuis ils vivent chez les "Du-Dehors" (les terriens) et cherchent le moyen de retourner chez les "Du-Dedans" à Edéfia. Oksa semble être la clé, leur "inespérée". A partir de là, les évènements vont se précipiter, entraînant de découvertes en tragédies Oksa, sa famille et ses amis, poursuivis par l'infâme professeur Mc Graw.


Alors, que dire de ce phénomène "Pollockien" : tout d'abord que c'est une belle aventure. Comme tout le monde a pu le lire, cette histoire est le résultat d'une amitié entre deux "fans" d'Harry Potter qui décident un soir de réveillon d'écrire à quatre mains une histoire fantastique. Après moult péripéties que chacun peut lire sur le net, nos deux auteurs, Anne Plichota et Cendrine Wolf, soutenues chaudement par des "foldingos" de collégiens atteints de "pollockmania", trouvent enfin une maison d'édition !
Et c'est tant mieux !

On m'avait présenté ce livre comme "le nouveau Harry Potter"...et bien cela n'a rien à voir ! Oui, Oksa peut aussi utiliser la magie... et alors ? Tous les ados magiciens qui se battront contre le mal seront-ils voués à n'être que des ersatz ? J'ose espérer que non. Ici, beaucoup de choses sont nouvelles et plein de messages sont lancés. Les créatures qui peuplent ce roman, toutes en provenance directe d'Edéfia, sont aussi curieuses, inventives, drôles et attachantes les unes que les autres. Les noms des pouvoirs des "Du-Dedans" sont tous très parlants (ex le Knock-Bong à faire pâlir d'envie tous les boxeurs) ainsi que leurs instruments, tels que le célèbre crache-granoks (sorte de sarbacane pour herboriste génial).

Le récit tient la route même s'il manque dans la première partie un "petit quelque chose" pour être tout de suite et définitivement emporté. Malgré cela, l'univers est réellement attachant  et je crois que je me laisserais facilement tenter par la lecture des autres tomes, qui à entendre les fans prennent de la profondeur. Alors merci mesdames (sutout pour les Foldingots et autres Gétorix) et à vous aussi les "Pollock-dingos" de vous être si bien battus.

PS : par contre arrêtez de "faire hurler de rire" Oksa à chaque fois qu'elle se trouve en présence d'êtres ou de plantes extraordinaires, comme la Goranov ou une Merlicoquette, car je ne pense pas que ce soit la réaction la plus adéquate. De l'étonnement, voire de la fascination, à la rigueur, mais un fou-rire... tsssssss !

Annecat

partager sur facebook :