Un roi vient de mourir

David CHAUVEL, Gildas JAVA, Michael LE GALLI

Glénat, 2014
Alexandre, l'épopée, T. 1



C'est bien de faire de la BD historique. Une façon de faire passer l'histoire avec légèreté et plaisir. Hélas, cette fois ci, ça n'est pas le cas. Alexandre est un superbe personnage d'histoire. Un personnage de récit épique avec lequel on ne devrait pas s'ennuyer. Mais voilà, pour bien faire, les scénaristes ont ajouté un lexique en fin d'album. Une bonne idée, sauf quand celui ci compte quatre-vingt-cinq noms. Le lecteur a dès lors deux choix : soit il lit l'explication donnée pour ces quatre-vingt-cinq noms et là c'est instructif mais carrément embêtant, notamment en raison du rythme de l'histoire, sans cesse interrompu. Soit il laisse tomber, préférant l'histoire et le rythme, mais alors le scénario devient fort complexe.

C'est dommage, car l'album ne passe pas. Et pourtant, ce début d'histoire d'Alexandre est riche en complots, trahisons, batailles... Bref, ça aurait pu déménager. Mais là, non.

Un dessin plutôt sympa de Gildas Java, un jeune dessinateur breton, bien que parfois un peu froid. Et un beau cahier en final.

Marc Suquet


  

Alice au pays des merveilles

David CHAUVEL, Xavier COLLETTE

Drugstore, 2010



Bon, pour ce qui est du résumé du livre, on va pas vous raconter l'histoire. Pour ceusses qui ne la connaissent pas, se reporter à celles que vous racontaient votre maman ou votre papa chéris adorés de votre coeur, juste avant le dodo. Et pour qui n'aurait jamais eu l'histoire servie au coucher, cliquer ici ou encore .

Alice au pays des merveilles est tendance : le cinéma célèbre ce personnage avec l'adaptation de Tim Burton actuellement à l'écran et même en 3D !
Question scénario, l'album est proche du chef d'oeuvre de Lewis Carroll. Pas de surprise donc dans l'adaptation de David Chauvel (à l'exception du lapin blanc qui, dans mon souvenir, dit plus d'une seule fois, "je suis en retard", en tout début d'histoire, mais bon, on a droit aussi à sa liberté...)
Pour ce qui est du dessin, la surprise du travail de Xavier Collette tient dans les couleurs sombres de l'album, ponctuées d'une majorité de noir. Les cheveux d'Alice, très bruns, accentuent cet aspect foncé. Cela donne à l'ensemble une impression un peu triste. La colorisation est assez froide, rendant finalement un brin lointain le personnage d'Alice. On trouvera ici les illustrations de Xavier Collette.
L'album n'est donc pas désagréable, mais on a du mal à s'attacher au personnage d'Alice par l'aspect un peu froid qui se dégage de ce travail.

Marc Suquet

partager sur facebook :