L'alternative Tome 2

CHEVRAIS-DEIGHTON, PHILHOO

Glénat, 2009
56 pages. 13 euros



Pierre Hemmer est le fils d'une française et d'un allemand. Une double parenté bien difficile à porter dans un petit village de Champagne-Ardenne, dans les années 20. Pierre suivra son père en Allemagne et deviendra rapidement nazi.

La série est conçue pour donner deux issues à une même histoire. Deux issues diamétralement opposées : la résistance ou l'intégration aux SS. Un cas de conscience du genre, "Et si j'étais né en 17 à Leidenstadt".

Les deux tomes peuvent être lus séparément. Dans le premier, le choix de Pierre est de rester avec sa mère. C'est ainsi qu'il devient résistant. Dans ce deuxième tome, Pierre choisit de suivre son père mais également la cause nazie. L'évolution de Pierre est progressive : depuis une rencontre avec des sympathisants du mouvement, en passant par un lycée qui n'accepte que de jeunes adolescents admirateurs du Führer, son entraînement durant lequel le soldat Hemmer se révèle aussi habile dans les exercices physiques que dans les cours théoriques, son passage à la Gestapo et enfin, son accession au titre de dignitaire du parti. L'engrenage se met en place qui va amener le soldat Hemmer à devenir un vrai salaud ! A titre d'info, je ne connaissais pas la classification des résistants par les nazis au cours des interrogatoires que mènent ces derniers : du résistant "cristal" qui parle immédiatement au "granit" qui ne dira rien quelque soit la torture appliquée : glaçant !

Au passage, les amitiés coupables des français pour les nazis ne sont pas oubliées : on profite d'une situation trouble pour faire des affaires avec l'occupant, en rangeant sa morale dans sa poche avec un mouchoir dedans.

Et pourtant, le dignitaire nazi a tout de même une limite : retrouvant sa copine d'enfance, Nicole, qui participe à la résistance, il la relâchera, incapable de lui appliquer le traitement inhumain qu'il réserve à tous les autres.

Le lecteur a un peu de mal à suivre l'évolution de Pierre tant elle est rapide. Cela en devient parfois un peu artificiel. La psychologie du personnage est survolée. C'est un peu dommage. J'ai également trouvé la fin rapide et finalement sans grand intérêt. Coté dessin, les couleurs restent un peu ternes.

Le scénario de cet album est donc original, proposant deux facettes d'une même histoire, mais le traitement est rapide et manque de surprise.

Une illustration de on choisit pas sa famille ?

Marc Suquet

partager sur facebook :