Question d'équilibre

Alexis DORMAL, Dominique ROQUES

Dargaud, 2009
48 pages. 10 euros
Pico Bogue Tome 3



Et voici un troisième tome des mini-aventures de Pico Bogue, petit filou de BD doté d'une petite soeur rigolote Ana Ana et de deux parents un peu décalés. Pico est à l'exacte confluence de Mafalda et de Calvin, un gamin "piquès" comme on dit dans nos contrées bretonnes. Soit un peu sournois, un peu galopin, très attachant, vif et acidulé comme un bonbon Haribo pur colorant E111 et acide citrique. Au rythme des strips on voit Pico se démêler avec sa soeur d'une drôle de conception du temps, Ana Ana subir divers revers de philosophie autour de l'existence du Père Noël sutout de la part d'Antoine, l'ami de la famille, et les parents des deux impétrants se dépêtrer de questions éducatives diverses et variées. On appréciera notamment la réplique ô combien adéquate de Pico à son papa qui lui demande d'arrêter de faire l'enfant... Ce troisième tome est à la hauteur des précédents et se déguste sans modération.

Marion Godefroid-Richert


  

La vie et moi

Alexis DORMAL, Dominique ROQUES

Dargaud, 2008
Pico Bogue Tome 1
48 pages. 10 euros



La vie d'un p'tit rouquin un poil ébouriffé, de son père, sa mère, ses potes, Ana Ana sa soeur et autres, déchiffrée en strips.

C'est sûr, c'est charmant. L'album est témoin de vécus de jeunes enfants et de réflexions pleines de spontanéité : ainsi celle d'Ana Ana allongée sur la plage et qui déclare, grandiloquente, à son père : "j'ai décidé d'être immortelle" ! Comme parent, on retrouve des réactions que l'on a observées chez de jeunes enfants : la poupée que l'on martyrise, les stratégies d'enfant pour rester scotché devant la télé, ou encore le discours fleuve qui permet au milieu et fort discrètement d'avouer sa mauvaise note en maths.

J'ai bien aimé le dessin, fait de traits rappelant la coiffure aérienne de Pico. Les couleurs sont majoritairement vert/orange : des tons d'automne qui donnent une douceur à l'ensemble.

Mais à la longue, le caractère attachant de l'album a progressivement disparu et j'avoue avoir trouvé les 48 pages un peu longues. Quant à certains strips, au début émouvants par leur fraîcheur, il paraissent après quelques pages un poil fleur bleue. Mais bon, je comprends fort bien que l'on soit touché par cet album.

Marc Suquet

partager sur facebook :