Bien des choses

François MOREL, Pascal RABATE

Futuropolis, 2009
180 pages. 18 euros



Attention à l'arnaque. Ceci n'est pas une bande dessinée. On pourrait classer l'objet dans la rubrique "roman graphique". C'est à la mode. Ou bien pour être plus juste il s'agit d'un roman épistolaire illustré (à ma connaissance, réduite il est vrai, il n'y en a pas des masses). Voici pour l'identification de la bête. Soit un couple de retraités qui abreuvent leur voisine arroseuse de plante/ramasseuse de courrier de ces fameuses oeuvres d'art populaires que sont les cartes postales, ornementées d'une prose à l'humour variable, parfois nostalgiques, parfois rêveuses.

François Morel se fend d'une petite introduction sympathique. Son cahier de vacances personnel se situe entre bons baisers de Bruges et les Deschiens. Tout semble ramener toujours l'acteur/auteur à ce qui contribua à le rendre célèbre à ses débuts. On est sensible (ou pas) à cette esthétique sociale modeste de la fin du siècle dernier, loin de la culture pop et plus près des petits déjeuners Ricoré du temps où leur emblème n'était pas devenu la famille nucléaire parfaite de quatre personnes avec labrador en option. On sent toujours dans ces envois de carte postale des quatre coins du monde la présence des blouses bleues à fleur en mélange coton-tergal et de l'encaustique à base de cire d'abeille. On retrouve amusé les petits travers qu'on a tous eu lors des messes du stylo bic pré-rentrée : l'écriture qui se redresse tout à coup à la faveur de la rencontre avec un coin, la signature hâtivement jetée par papa à côté de la sienne pour faire genre "si, si j'ai écrit aussi". Enfin un petit opus pas désagréable pour peu qu'on se laisse séduire par l'ambiance un peu obsolète qui s'en dégage.

Marion Godefroid-Richert


Chère Brigitte

Nous sommes bien arrivés à Ouarzizine ou comme tu t'en doutes il fait bien beau ! les gens sont très gentils et nous goûtons la gastronomie locale, c'est bizarre il y a foule d'autres spécialités que le couscous, mais comme dit Gérard "ça ne vaut pas ta blanquette !" ceci dit, nous avons eu de petits embarras gastriques malgré toutes nos précautions d'hygiène, heureusement résolus, nous pensions tout de même être à l'abri dans un 4 étoiles mais bon...

Nous profitons de la plage ou beaucoup de femmes sont en burnous (ce qu'elles doivent avoir chaud !) alors evidemment les hommes me regardent bizarre avec mon maillot double maintien "femmes en formes" de chez Danart, ce n'est quand même pas ma faute si les femmes de là-bas ne montrent même pas un genou ! Bon à bientôt ma petite Brigitte !

Gérard t'embrasse

PS : j'espère que Rimski est bien sage !

Ah le charme désuet des cartes postales ineptes que nous nous échangions naguère, au lieu de SMS avec photos tout aussi ineptes que nous échangeons maintenant, en voici tout un florilège dans ce charmant recueil, c'est cocasse, touchant parfois tant ces petits messages dépeignent l'usure des couples qui voyagent pour oublier qu'ils se font chier, et qui se font chier en voyage !

Pour moi, du tout bon !

Gaëlle

partager sur facebook :