Chalmette

Franck BONNET, Marc BOURGNE

Glénat, 2016
Les Pirates de Barataria, T. 9



Anglais et Américains sont toujours face à face, prêts à en découdre pour la bataille de La Nouvelle-Orléans. Côté américain, le général Andrew Jackson mène le bal avec l'aide des frères Lafitte. Grâce à Jean Lafitte, mais aussi à deux jeunes femmes de caractère, Artémis et Catherine, les Anglais prendront une bonne claque.

L'album bénéficie de la participation d'André Kaspi, historien français spécialiste de l' Amérique du Nord. Avec un petite texte d'introduction, l'historien replace l'aventure dans le contexte de la lutte entre les deux pays. Il est étonnant de découvrir que, malgré l'armistice signée en décembre 1814, les combats continuent en Amérique par défaut d'information ! Mais aussi, de voir l'obstination des Anglais qui chargent habillés en rouge, donc bien en vue mais aussi rangés en ligne, proies idéales pour les canons américains !

L'album est agréable mais sans plus, avec un scénario bien classique et sans surprise. Sympatiquounet !

Marc Suquet


  

Grande-Isle (Les Pirates de Barataria, tome 3)

Franck BONNET, Marc BOURGNE

Glénat, 2010



Artemis Delambre sera bientôt le second du bâtiment. L'espion anglais, Nigel Fitzpatrick, s'est évadé dans la nuit, sans avoir parlé. En mer, Jean Lafitte attaque un bateau, qui s'avère être chargé d'esclaves.

Il ne se passe finalement pas grand chose dans ce troisième tome. Les révélations de l'espion anglais, bernique : il s'échappe avant même de faire évoluer le scénario ! L'histoire d'amour entre Artemis et Dominique Youx est un peu gentillette. On ressort de cet album un peu déçu : tout ça pour ça ?

Y a-t-il des personnages féminins autres qu'autoritaires, dominateurs et meneurs d'hommes ? Cette figure se retrouve en effet chez Artemis, Catherine mais aussi Miss Shott, la Prussienne. On en vient à penser que cela manque un brin d'imagination, côté persos féminins...

Curieux aussi ce placard indigeste de texte placé en page 7. En venir à bout demande une certaine constance !

Espérons que le quatrième et dernier tome, Océan, nous replacera dans la veine du premier, que nous avions bien apprécié !

Marc Suquet


  

Nouvelle Orléans

Franck BONNET, Marc BOURGNE

Glénat, 2009
Les pirates de Barataria Tome 1
47 pages. 13 euros



Un navire corsaire emmène vers la Nouvelle Orléans deux étranges passagers : Artemis Delambre, une jeune et belle française et son garde du corps, Roustam, un vrai colosse. Sur le bateau, seul le capitaine connaît les raisons qui ont poussé Artemis et Roustam à quitter la France.

Voilà une nouvelle série de pirates. Les fondamentaux du genre sont présents dans l'album : les bateaux d'abord, le mystère, les abordages, les poursuites en mer et bien sur l'amour. On y trouve également un personnage historique, Jean Lafitte : au 16ème siècle, ce flibustier français pillait les navires espagnols et créa son propre royaume dans les bayous de la Nouvelle Orléans.

Tous les éléments sont donc présents pour emmener le lecteur dans cette nouvelle histoire de piraterie. Et surtout le mystère qui entoure la présence des passagers sur le bateau. Pourquoi sont-ils suivis par Inga Schott, la prussienne, accompagnée de Nigel Fitzpatrick ? Les personnages sont intéressants : Catherine Villars, la copine de Lafitte est une vraie pirate à l'allure un peu tzigane. Décidée, autoritaire, pas franchement du "sexe faible", la donzelle !

Le dessin de Frank Bonnet est sans surprise. C'est efficace, parfois un peu sombre.

Au total, voilà un bon album dont on a envie de découvrir la suite.

Marc Suquet


Soient une belle et énigmatique jeune femme française et son protecteur, un géant égyptien mutique à la peau de bronze qui répondent aux doux noms de Artémis et Roustam. Ils traversent secrètement l'Atlantique entre la France et la Louisiane à bord d'un navire en ce doux printemps de 1812. Malencontreusement pris d'assaut par un équipage corsaire appartenant aux fameux frères Lafitte, les deux compagnons continuent leur voyage sous la protection de l'intrépide capitaine femelle de ces frères de la côte. Arrivés à la Nouvelle-Orléans, l'improbable couple va être pris en chasse par un dandy britannique au service secret de sa majesté et par une espionne teutonne en rut blonde et fine lame. Les deux frères corsaires vont alors prendre fait et cause pour la belle donzelle et son colosse de compagnie malgré le mystère qui plane sur le véritable but de leur venue "aux amériques".

Hum ! On ne dira jamais assez qu'une trame classique qui a fait ses preuves et un trait de crayon sûr, aisé et de bonne qualité ne donnent pas pour autant une oeuvre inoubliable. On se passionne fort peu pour les mystères présumés qui entourent la cavale des deux fugitifs. On sourit, amusé, devant l'ambiance "pirate" très cliché qui se dégage des scènes de flibuste entre autres et surtout des quelques discussions entre matelots ça et là. Quant à la torride atmosphère des scènes explicites qui ponctuent le récit, on peut parler de ratage complet et sans rémission tant il y a ou trop ou pas assez de détails selon les goûts et surtout un manque d'à propos consternant ; on pourrait supposer que ces accouplements moites et cependant compassés sont là pour pimenter l'histoire et faire rebondir un rythme languissant d'actions non spectaculaires, las ! Tout ceci est fort morne et ne suscite qu'un ennui sans rémission. Tout ça pour dire que l'ouvrage est plus que mineur, à oublier. Si l'éditeur dans un grand moment de lucidité et les auteurs sur un gros coup de bol étant pris par un autre projet laissent tous trois tomber le deuxième tome, le monde de la bande dessinée devrait s'en remettre.

Marion Godefroid-Richert

partager sur facebook :