Clandestine

Virginie CADY, Marc RENIER

Futuropolis, 2009
199 pages. 22 euros



Une petite fille, née d'une mère qui l'abandonne à la naissance, non sans remords, aux bons soins de ses propres mère et grand mère. La petite fille grandit dans une maison isolée.

L'album est très intimiste : le lecteur vit, de l'intérieur, les pensées et réactions de cette petite fille. On part parfois dans l'imaginaire de l'héroïne. C'est du vrai ressenti, ce que l'on comprend mieux lorsque l'on sait que cette histoire est proche de celle, personnelle, de Virginie Cady. Les questions de l'enfant sont nombreuses et restent le plus souvent sans réponses.

Le dessin est très simplifié : pas de couleurs, pas de fioritures. C'est presque du dessin griffonné sur le bord de la nappe en papier d'un restaurant. Et pourtant les visages sont expressifs : de la grand mère pas commode, à l'étonnement de la petite fille, on lit les sentiments sur les visages.

L'album apparaît parfois un peu long : 199 pages. Le récit intimiste requiert probablement ces pages mais c'est parfois un peu trop. Attention, c'est la première partie : la deuxième supportera-t-elle ces longueurs ? Et pourtant, j'ai assez aimé cet univers d'enfant plein de questions et de rêves.

Marc Suquet

partager sur facebook :