Protection rapprochée

Joël CALLEDE, Alain HENRIET

Dupuis, 2008
Damoclès Tome 1
Collection : Repérages
48 pages. 10.40 euros



Damoclès est une entreprise privée de gardes du corps de haute performance. Dans un futur proche où un des moyens de gagner bien sa vie est devenu le rapt de personnes très aisées, il est du coup devenu nécessaire de recourir à des milices surarmées et hyperentraînées pour préserver capitaux et sécurité personnelle. Ely , Sean et Walter font tous trois équipe pour protéger les riches clients de l'entreprise de leur patronne. Un commanditaire richissime fait appel à leurs services. Son fils est menacé par un groupe révolutionnaire dont le but semble être très chevaleresque, puisqu'il ne s'attaque qu'aux propriétaires d'entreprises polluantes et/ou exploitant de façon inhumaine ressources et employés. Les trois compagnons auront pour cette mission l'aide d'une quatrième recrue qui ne sera pas de trop. En effet, la protection du golden boy jet-setteur est compromise par la mauvaise grâce que met le jeune homme à être chaperonné...

Certaines chroniques sont des pensum à rédiger. On mettra celle-ci dans le lot : le dessin est soigné, mais quelconque. Les couleurs non remarquables. Les ficelles du scénario grosses comme des poutrelles. Les personnages caricaturaux jusqu'à l'absurde. Le rebondissement final grotesque. Si pour vous le summum de la subtilité est atteint par les séries télévisées américaines du samedi soir sur la sixième chaîne, cet album est pour vous. Tous les autres, passez votre chemin...

Marion Godefroid-Richert


Contre les enlèvements de plus en plus fréquents à Londres et notamment dans la bonne société, l'agence Damocles propose son équipe de choc, celle d'Ely, la rouquine énergique et ses spécialistes. Hassan El-Ahmad est marchand d'armes. Son fils est menacé par un groupe révolutionnaire.

C'est assez convenu : le scénario d'abord, simple et sans fioritures. L'équipe des gros bras en pleine action. Et de l'action il y en a ! Mais il n'y a ni surprise ni rebondissement qui pourrait entraîner le lecteur dans un certain suspense. Le scénario un peu pâle, n'entraînera donc pas l'adhésion du lecteur.
La psychologie des personnages est également un peu oubliée. Ely n'a rien du personnage complexe. Elle est dans l'efficacité, sans grand caractère à côté.
Pour les dessins c'est un peu le même topo : une colorisation fade et sans nuances qui donnent un ton neutre à la limite de l'efficace. C'est trop propre et net pour en être intéressant.
Enfin le message laisse de glace : se mettre au service des puissants et notamment de marchands d'armes. Motivant non ! Mais peut être cette position changera-t-elle dans les tomes suivants.
Un album sans corps, sans caractère mais avec un peu d'action. Une BD donc où on ne s'ennuie pas trop mais sans grande envergure. Faudrait pas que les tomes suivants soient sur le même topo !

Marc Suquet

partager sur facebook :