Inventaire avant travaux

Charles BERBERIAN, Philippe DUPUIS

Dupuis, 2003
Collection expresso



"On ne fait pas les mêmes rêves d'un lit à l'autre. Je suis à un carrefour, dans une petite voiture. Des camions arrivent à toute vitesse et m'empêchent de passer. Ça y est, la voie est libre. C'est à moi, enfin. Mais je ne sais pas conduire. Voilà le genre de rêve que je fais depuis que j'ai déménagé." (p. 3) Ecrivain en manque d'inspiration, Jean est un peu perturbé depuis qu'il a emménagé dans un nouvel appartement avec sa femme, Cathy, et sa fille, l'adorable Julie. Cristallisé autour de son vieux lit qu'il a donné à son ami Félix à qui il a aussi laissé son ancien appartement parisien et d'une boîte pleine de vieilleries sans valeur qui appartenaient au précédent locataire, son malaise prend la forme d'étranges rêves et hallucinations. Le sentiment de culpabilité qu'il ressent à avoir abandonné ses vieilles affaires pour commencer une nouvelle vie se matérialise sous les traits de ses grands-parents qui lui reprochent de s'être débarrassé de son ancien lit. Entouré de ses amis plus ou moins ratés - Clément, dragueur aussi impénitent qu'inefficace et Félix, beau-père méritant du petit Eugène, abandonné par sa mère - et de sa famille, Jean devra affronter sa peur de l'inconnu, du changement d'habitudes, de la vie en fin de compte, pour trouver du réconfort dans les petites joies du quotidien et finalement considérer l'avenir d'un oeoeil plus confiant...

Quel plaisir reste cette série ! Philippe Dupuy et Charles Berberian se sont manifestement attachés à leur personnage et le font évoluer, aussi bien dans le temps que dans sa vie personnelle. Monsieur Jean se débat dans un quotidien qui l'agresse de bien des manières, socialement, amicalement, professionnellement... et amoureusement ! Il s'échappe comme toujours dans le fantasme. Mais s'il se contentait de fuir, il ne pourrait pas être aussi intéressant ! Il nous charme par les habituels humour et idéalisme qui l'aident à surmonter ces mini-épreuves dont l'affligent malicieusement ses deux "pères". Ce sixième tome ne déroge pas à la règle ! Une véritable bouffée d'oxygène que cet album dans lequel les auteurs évoquent nos petits tracas du quotidien par l'intermédiaire de personnages attachants par leurs faiblesses. Chacun se reconnaîtra sans doute dans les incertitudes de Monsieur Jean, ce trentenaire un rien désabusé mais jamais triste qui ne cesse d'évoluer tout en se questionnant continuellement sur lui-même. Et tellement humain ! En effet, qui n'a jamais éprouvé un peu de nostalgie si ce n'est de vague à l'âme, après un déménagement ? Cette chronique douce-amère d'une petite déprime ordinaire est truffée de situations cocasses par lesquelles les auteurs dépeignent les petits - et les gros - travers de notre société avec beaucoup d'humour et de tendresse, sans rage ni amertume, même lorsqu'ils nous content les déboires de trois SDF hauts en couleurs. L'histoire est touchante ; les dialogues savoureux, au service de situations bien observées, font mouche et les dessins sont agréables à l'oe'oeil, plus réalistes qu'ils n'y paraissent au premier abord. A noter une très belle mise en couleur, toute en nuances. On ne peut qu'admirer une fois encore le travail à quatre mains, osmose réussie de deux vieux complices qui savent parler avec légèreté de sujets graves (la clochardisation)... et gravement de sujets futiles (que faire du lit de ses parents après leur décès) !

C'est tour à tour drôle, triste, doux, dur, toujours vivant, frais, intelligent, finement observé, débordant d'humanisme, juste et attachant. Un album savoureux à déguster avec gourmandise.

MGRB

partager sur facebook :