Ariosto Furioso : romance pour une Renaissance alternative

Chelsea Quinn YARBRO

Gallimard, 2003
Réédition. Traduit de l'anglais (USA). Première parution dans la langue originale en 1980.
Coll. Folio SF. 7,70 euros



En pleine Renaissance italienne... alternative, Damanio di Piero, prince issu de l'influente famille des Médicis, est parvenu à fédérer les différents royaumes de la péninsule italienne avant d'initier, d'encourager et de réussir, au grand dam des Espagnols, la conquête du Nouveau Monde. C'est à Firenze où siège Damanio de Medici entouré d'une cour où se trament intrigues, machinations, complots et autres traîtrises et trahisons plus sordides, odieuses ou infamantes les unes que les autres que nous découvrons Ludovico Ariosto, personnage central de ce roman. Poète et écrivain célèbre, auteur du chef d'oeuvre intitulé "Orlando Furioso", Ludovico est aussi l'ami et le confident du prince, son mécène et protecteur, celui qui porte assistance, écoute mais qui ne dit rien. Pour s'évader quelque peu de la triste réalité dans laquelle il évolue entre intrigues de cour et problèmes politiques, notre poète tente de donner une suite à l' "Orlando Furioso" et compose une fantaisie dans laquelle il met en scène un autre lui-même, chevalier mythique se battant pour de justes causes, armé d'une épée étincelante et chevauchant Bellimbosto, un hippogriffe - un griffon -, guerrier intrépide et réputé, aux faits d'armes héroïques, chargé par Damanio de Medici de porter secours aux Indiens Cerocchi du Nouveau Monde menacés par Anatrecacciatore, un puissant et maléfique sorcier indigène, et son armée de géants...

Le roman repose sur deux intrigues subordonnées l'une à l'autre, deux récits alternatifs qui évoluent parallèlement, sur des rythmes et dans des registres propres à chacun d'eux, tous deux plantés dans un univers à la fois uchronique et merveilleux parfaitement crédible, cohérent et réussi. Sur le premier plan, correspondant à la réalité d'une Renaissance italienne déviante, alors que des factions rivales se disputent le pouvoir et se montrent prêtes à tout pour préserver leurs avantages ou obtenir de nouveaux privilèges, se joue un drame politique que l'auteur présente avec le grand sérieux du monde. Ainsi, cette réalité uchronique nous amène à croiser, dans l'entourage de Damanio - prince fictif, issu néanmoins de la célèbre famille des Médicis -, des personnages qui ont réellement existé et vécu durant le seizième siècle : Lucrèce Borgia, Machiavel, Thomas More, Michel-Ange.... Sur le second plan, alors que Chelsea Quinn Yarbro s'attache à décrire avec le même soin et une précision similaire le monde issu de l'imagination de son personnage, libre cours est volontairement laissé aux envolées romanesques, à la fantaisie, à l'humour décalé, au second degré. Et voilà qu'un jour, pour Ludovico, le rêve et la réalité se rejoignent, et qu'il se croit capable de jouer - pour de vrai ! - un nouveau rôle auprès de Damanio.

Une science-fiction atypique, originale, légère, pleine d'émotion, bien construite, intelligemment menée et on ne peut plus savoureuse. Une oeuvre de qualité.

MGRB

partager sur facebook :