Ma cavale

Cesare BATTISTI

Grasset, 2006



" On ne peut pas quand on est un Etat de Droit, instaurer une règle, la confirmer au fil des décennies et un beau jour, sans crier gare, annoncer qu'elle ne vaut plus ! " (Bernard-Henri Levy)

AVE CESARE,

Te voilà donc " tombé dans un polar ! " (p. 17). Vingt-cinq ans après " les années de plomb " italiennes, te voilà le héros, bien malgré toi, d'un remake du Fugitif. Est-ce bien raisonnable à ton âge de vouloir re-jouer les docteur Kimble ? Toi qui a " toujours eu horreur des journaux intimes " te voilà donc réduit à écrire un livre, ton treizième, qui " ressemble à un journal intime " (p. 26)

Un livre avec une préface de BHL et une postface de Fred Vargas, tous deux très impliqués et très convaincants. Un livre écrit " par pure nécessité ". Ton " unique moyen de tenir le coup " (p. 27). Un livre écrit en français " pour la première fois ". Un très beau livre, poignant, émouvant... parfois terrifiant. " Un cri de désespoir et de rage ! " (François Caviglioli — Le nouvel Observateur)

Sache, cher Cesare (ou doit-on plutôt t'appeler Auguste, à présent ?), que nous sommes un certain nombre à espérer ton retour dans la capitale du Ponant. Depuis ta dernière visite qui remonte au 6 décembre 2000 (1) nous sommes encore sous le charme...

Quand ta Cavale sera enfin terminée, quand tous ceux qui disaient J'aurai ta peau auront tiré leurs Dernières cartouches (Jamais plus sans fusil) dans les Terres brûlées ou Avenida revolución, quand L'eau du diamant sera pure à nouveau, tu pourras remiser, L'air de rien, Les habits d'ombre, L'Ombre rouge.

Tu nous reviendras par le Cargo sentimental... Buena onda ! Un Nouvel an, (une) nouvelle vie s'offriront alors à toi !

Ciao Cesare !

In the meantime, take care !
See you soon !

PS : Rappelle-toi, Le Fugitif est un feuilleton qui finit bien... Comme tu l'as écrit (cité par Fred Vargas, page 374) : " La vérité est transparente comme une goutte d'eau sur un fil, qui ne demande qu'à tomber. Un jour elle tombera. "

(1) Pour lire l'entretien de Cesare Battisti avec les anciens Comités de lecture des bibliothèques de Brest, cliquez ici.

A voir également, l'intervention de Gérard Alle à propos de Cesare Battisti, lors du premier Samedi du polar breton organisé par l'association, le 26 juin 2004.

Roque Le Gall

partager sur facebook :