Justice

PELLE, RUNBERG

Dupuis, 2012
Orbital, T. 5



Depuis la catastrophe de Kuala-Lumpur, les événements désastreux s'enchaînent. Tandis que Caleb lutte pour revenir à la vie, Mézoké (il faut toujours un coupable à la justice...) est pointée du doigt et se retrouve en position de bouc émissaire, parfaitement utilisée par le conseiller Ekkhlid, représentant du peuple acherode. Ce dernier n'attend qu'une occasion pour relancer l'extermination de l'humanité. Sera-t-il contré ou au contraire aidé par ce mystérieux commando terroriste infiltré sur la planète Orbital ? Caleb et Mézoké réussiront-ils à conserver leur poste au sein de l'ODI ou bien leur destin va-t-il prendre une destinée totalement différente ?

Et de cinq ! Eh oui, déjà cinq tomes à cette série commencée il y a six ans et, pourtant, je ne m'en lasse pas. L'histoire, avec ses intrigues et ses rebondissements en fait une très bonne série de science-fiction. Avec ses différents "peuples" unis (ou pas) dans cette confédération, Runberg crée un bel univers qui nous permet de voyager. Il réussit à alterner scènes d'action et scènes de politique, tout cela s'imbriquant parfaitement pour que le récit ne soit pas trop linéaire. A part Caleb et Mézoké, on n'est jamais sûr des personnages et on se laisse surprendre avec beaucoup de plaisir.

Tout cela continue à être magnifiquement servi par le dessin de Pellé (j'adore...) très complet, avec de belles innovations autour des vaisseaux, combinaisons et armement.

Seul bémol à ce tome 5... il va falloir attendre plusieurs mois avant le 6. Et ça, ben, c'est nul !

Annecat


  

Invasions

JUZHEN, RUNBERG

Glénat, 2011
Konungar, Tome 1 48 pages. 13,5 euros



Aux confins du monde scandinave, le royaume d'Alstavik est menacé par les attaques de Mog Ruith comme celles des Centaures. Dans le royaume et après la mort de leur père, les deux frères, Sigvald et Rildrig, se disputent la succession.

Ben ça casse pas des briques cette nouvelle série : le scénario est au départ de l'album fort complexe et il est nécessaire, pour le lecteur, de s'accrocher un tantinet. Lecteur, si tu as saisi qui sont Omid, Rildrig, Al Mamun, Mog Ruith, Hilmar, Lug, Murdas, Ragnulf, Sturr, Elfi, Vanja, Eivind et quelques autres, le tout dans les quelques pages de cet album, c'est tout bon pour toi. Sinon, prends des notes !

Bien sûr, l'essentiel est dans la rivalité entre les deux frères, mais les innombrables personnages et les retours en arrière compliquent quand même le début de ce tome. Rien d'extraordinaire non plus dans le reste du scénario. Mais j'avoue ne pas aimer le dessin froid et sans détails, notamment dans les visages de Juzhen, qui signe aussi parfois Matrix.

Au final, je ne suis pas convaincu par le premier tome de cette nouvelle série.

Marc Suquet


  

Les Malfaisants

Thibaut DE ROCHEBRUNE, RUNBERG

Dupuis, 2011
Jack, T. 1



1793, Jack un jeune Suédois est pris entre son idéal révolutionnaire et l'amour de sa femme, Claire. La révolution s'empare de son beau-père aristo, le général Daumas, et de sa femme Agathe et les passe par la guillotine. Claire se joint à la contre-révolution et élimine le citoyen Desclercs, un peu trop amateur de chair fraîche.

Les personnages sont intéressants, notamment pour ce qui est de l'opposition entre Jack, l'idéaliste révolutionnaire, et sa femme Claire, royaliste attirée par le sang et par la vengeance. Leurs personnalités s'écartent progressivement au cours de cet album. La folie de Claire, débutée lorsqu'elle assiste à la mise à mort de ses parents, augmente rapidement pour finir dans le crime. Le scénario est rythmé et prenant.

Quelques scènes originales, comme les soirées de débauche organisées dans les anciennes carrières parisiennes. Le dessin de Rochebrune me semble cependant un peu simplet et parfois bien caricatural en ce qui concerne les visages (voir par exemple la page 5).

Le tome s'achève sur un départ prometteur de Jack et un destin proche des pirates.

Un assez bon album par le scénario bien rythmé, un peu léger sans doute pour le dessin.

Marc Suquet


  

Hammerfall - tome 2

RUNBERG, Boris TALIJANCIC

Dupuis, 2008
Collection Empreinte(s). 56 pages. 13 euros



Durant l'automne 794, le clan de Harald Larsson est attaqué par les vikings et plus spécialement par Björn, un viking banni par les siens. Charlemagne a confié une mission à Björn, retrouver la relique de Jarrow pour s'attirer les bonnes grâces du pape.

On est en plein dans l'histoire, avec Charlemagne, les vikings. Une histoire qui aurait pu être passionnante  mais qui ne l'est pas. Le scénario a du mal à convaincre le lecteur. Et pourtant, avec toutes les données historiques, la plongée dans le monde viking et Charlemagne les ingrédients sont là. Mais le coté historique est anéanti par l'apparition de créatures fantastiques dont on se demande l'intérêt dans l'histoire. Même la partie fantastique reste assez pale et la confusion entre les deux genres, historique et fantastique, appauvrit le récit.
Le dessin lui reste de qualité moyenne : des personnages qui se ressemblent tous et correspondant parfaitement à l'idée que se fait le lecteur des vikings. On note également un manque de détail dans les visages.
L'ensemble est prévu en 6 tomes. Si c'est de la même veine cela sera sans moi !

Marc Suquet


  

Cicatrices (Orbital T. 1)

PELLE, RUNBERG

Dupuis, 2006
coll. Repérages, 48 pages, 13,00 euros



Etant enfant, Caleb a assisté à un attentat qui a tué ses parents mais également l'ensemble des missionnaires venus assister à la conférence mondiale en vue d'un OUI en faveur de l'intégration des terriens à l'ODI. Quelques années plus tard, la station orbital est le centre du pouvoir confédéré. Caleb devient le binôme de Mézoké Izzula, représentant Sandjar à l'ODI. Le binôme doit poursuivre l'idéal de paix de l'ODI. Une mission est confiée au nouveau binôme : retrouver les anciens colons terriens de la planète Ursall et leur proposer une autre planète d'habitation.

Une vraie SF avec des êtres bizarroïdes, des vaisseaux, des planètes, des confédérations... Une histoire qui débute dans le rythme soutenu d'un attentat. Les personnages sont attachants : Caleb et son passé douloureux mais devenu aujourd'hui un délégué de l'ODI conscient de son rôle. Mais aussi Mézoké qui ne parle guère et dont on ne connaît pas le sexe puisque que cette connaissance est indécente chez les Sandjar. On sent bien qu'une complicité va lier le binôme, proche de celle que l'on voit dans les histoires de couples classiques de flics. Le dessin est bon avec beaucoup de personnages au look très varié. Les couleurs sont discrètes avec une impression très monochrome qui rend l'ambiance parfois lourde ou menaçante. Vivement la suite !

Marc Suquet

partager sur facebook :