La Lumière de pierre

Kai MEYER

Rocher, 2005
L'Histoire de Merle, T. 2



Merle s'est enfuie de Venise sur le dos de Vermithrax, le lion de pierre volant. Merle, qui a l'esprit de la Reine des eaux en elle. Tous les trois vont demander de l'aide à Lord Lumière, celui qui dirige les Enfers. A Venise, Sérafin s'allie avec la rébellion : des adolescents. Sous les ordres d'une sphinge, Lalapéia, et avec l'aide d'Unke, ils montent une opération. Quant à Seth, grand-prêtre d'Horus et vizir du pharaon, son maître lui demande une requête spéciale qu'il ne peut pas refuser.

Si La Reine des eaux était sensationnel, ce deuxième tome est époustouflant. Kai Meyer décrit un univers fictif, mais le lecteur n'en avait eu qu'un aperçu. Avec La Lumière de pierre, l'auteur va donner des bases solides telles que l'histoire ou les mythologies. C'est une véritable bible auquel le lecteur va être confronté. Plus la lecture avance, plus le premier tome ne semble qu'un prologue à cette histoire vaste, complexe et déroutante.

Pour donner corps à une histoire, il faut des personnages imposants. C'est par les non-dits que l'auteur va les conter. Lalapéia la sphinge qui dirige la rébellion, alors qu'elle est une créature de l'Egypte ancienne, ou Unke qu'on n'avait qu'entraperçue. Petit à petit leurs histoires sont racontées, le mystère se dissipe, les rendant plus fragiles. Même Seth, qui semblait le méchant ultime est le jouet du destin. Merle est le personnage le plus normal de cette saga. Emportée malgré elle dans cette épopée, elle voyage sur un lion de pierre volant, qui est le dernier de son espèce. Elle contient en elle, l'esprit de la Reine des eaux. Cette Reine ne dit pas tout ce qu'elle sait, mais elle peut parler par la bouche de Merle (sans lui demander l'autorisation). Loin de subir les évènements, l'héroïne tire son épingle du jeu par la logique, mais aussi parce que la Reine des eaux "parle" à tort et à travers. Kai Meyer alterne les chapitres Venise/Enfer pour mieux rythmer l'ensemble de la narration, suivre l'évolution de l'intrigue et maîtriser la curiosité des lecteurs. Une astuce efficace tant les actions des deux groupes sont différentes.

Un deuxième tome maîtrisé de bout en bout. L'auteur construit habilement les origines de l'univers conté. Les personnages sont vivants, qu'ils soient humains ou créatures fantastiques. Tourner les pages, découvrir les nouvelles lignes écrites devient une véritable gourmandise. A la fin du livre, vous n'aurez qu'une seule envie : lire le troisième.

Temps de livres


La Reine des eaux

Kai MEYER

Rocher, 2005
coll. Jeunesse, 13,90 ?
Premier volume de L'Histoire de Merle



Merle, petite orpheline de quatorze ans, arrive à Venise avec une jeune aveugle répondant au nom de Junipa qui aura tôt fait de devenir sa meilleure amie. Les deux adolescentes viennent de quitter leur orphelinat pour entrer en apprentissage chez Arcimboldo, maître miroitier de son état. Or, selon la rumeur, les miroirs fabriqués dans son atelier recèleraient d'étranges pouvoirs magiques... C'est que cette Venise est bien différente de celle que nous connaissons. En effet, dans ce monde étrange peuplé de sirènes aussi belles que leurs dents sont tranchantes et de lions de pierre, ailés pour les plus chanceux, Venise est la dernière cité à n'avoir pas été conquise par les armées égyptiennes du pharaon. N'écoutant que son courage... et sa curiosité maladive, Merle est bien vite entraînée dans une aventure palpitante au cours de laquelle elle devra commencer par sauver la Reine des eaux du funeste destin auquel ses ennemis l'ont promise...

C'est lors d'une belle séance de dédicaces à la librairie de Plougastel que l'un de nos invités (et accessoirement membre bienfaiteur honoraire et permanent de l'association), Stéphane Manfrédo, m'entraîna dans un coin obscur et encore, pour ma part, inexploré de ce dédale livresque. Une étrange inscription au-dessus de ma tête : Littérature jeunesse. " Tiens, lis ça ", me dit Stéphane en me tendant un livre à la fort jolie couverture, " ça va te plaire ". Prenant en pitié les cris de douleur de ma carte bleue exsangue après deux heures passées dans ce lieu de perdition, l'aimable personnage alla même jusqu'à m'offrir l'ouvrage en question ! Merci Stéphane, à charge de revanche ! D'autant plus que cela m'a effectivement beaucoup plu. Difficile en effet de résister à cette succession de péripéties toutes plus surprenantes que les autres, dans un monde alternatif extraordinaire où l'auteur s'amuse à déployer des trésors d'imagination. Le tome deux vient de sortir et, protestations de ma carte bleue ou pas, j'ai bien l'intention de me jeter dessus à la première occasion !

Mikael Cabon


1851, Venise. Merle, jeune orpheline de quatorze ans, entre au service d'Arcimboldo, le maître miroitier. L'univers dans lequel elle vit est en crise. Le monde est tombé sous la coupe du pharaon Aménophis ressuscité et de ses armées. Seule Venise résiste depuis près de trente ans, grâce à la Reine des eaux. La lagune abrite les mystérieuses sirènes, et la ville est gardée par des lions de pierre. Alors que les armées égyptiennes essayent d'infiltrer Venise par la ruse, Merle va être intimement liée avec la Reine des eaux. Pour sauver Venise, elles vont devoir libérer Vermithrax, le traître...

Premier tome d'une trilogie, La Reine des eaux emporte le lecteur dans un univers de fantasy ancré dans le réalisme. Si des créatures fantastiques s'y côtoient, le contexte bien spécifique de l'intrigue (la guerre) est toujours présent. Contexte qui permet d'avoir une ambiance particulière. Alors que Kai Meyer  réinvente Venise, l'Egypte ancienne, et l'enfer, que les créatures sont fantastiques, on sent la menace sous-jacente qui pèse sur la ville. Cette menace n'empêche pas l'auteur allemand  d'emporter les lecteurs dans un souffle épique. Quant aux personnages, ils sont tous intéressants : que ce soit par le métier, l'histoire (souvent tragique), ou sa nature. Aucun protagoniste n'est laissé pour compte. Quant à Merle c'est encore une enfant, pas tout à fait une adulte. Mais sa vivacité et son caractère en font une héroïne attachante. Le point fort de l'auteur est d'écrire à "double tranchant". L'univers est merveilleux, mais il est en guerre, les personnages ont des origines développées mais souvent tragiques. Cette particularité, mêlée à une écriture poétique, font de ce premier tome un mélange entre le conte et le roman.

La Reine des eaux, premier tome de la trilogie sur Merle permet de découvrir un jeune auteur. Compatriote de Michael Ende (L'Histoire sans fin, Momo), il pose les bases d'un univers fascinant. Si le livre est écrit pour les adolescents, tout le monde peut le lire. Seul problème, si vous le commencez, vous allez devoir continuer. La lecture devient addictive.

Temps de livres

partager sur facebook :