La Lumière de Bornéo

Frank PE, ZIDROU

Dupuis, 2016
Le Spirou de, T. 10



Tiens-toi bien, toi le lecteur qui a dans la mémoire une image bien sage de Spirou : ton héros a vieilli et porte des lunettes, carrées au bout du nez, façon papy ! Les livreurs possèdent dans ce dernier Spirou ce qu'il me sera difficile de taxer de sourire du plombier, tant j'ai de respect pour la profession. Et puis, quel militant que ce Spirou, qui refuse de modifier son article sur la société CBC, qui détruit la forêt amazonienne, mais est également... actionnaire du journal qui l'emploie. Bref, le héros a bien changé, mais il n'est pas pour autant fatigué.

A Mauvais Genres, nous avions aimé ces reprises du héros, Le Journal d'un ingénu mais aussi Le Groom vert de gris. Cette nouvelle reprise de notre célèbre journaliste, comme toutes les autres, dépoussière son héros mais aussi son pote Fantasio. Celui-ci, à l'heure du choix entre militantisme et salariat, penche très nettement pour la deuxième option.

Spirou prendra en charge Fauvette, la fille du dompteur Noé, manifestement plus doué avec les animaux qu'avec les humains. Fauvette suscite l'irruption de l'univers féminin dans la vie du duo masculin, Spirou-Fantasio. Eh oui ! quand elle demande à Spirou si par hasard il posséderait des serviettes hygiéniques, l'album pour enfants perd un tantinet son ton angélique. J'ai apprécié le dessin, qui n'est bien sûr pas celui de mon enfance, mais tant mieux. Un seul regret, Champignac se perd dans une histoire de champignons envahisseurs dont on ne voit pas très bien ce qu'elle a à faire avec la mayonnaise.

Marc Suquet


  

Qinaya

MONIN, ZIDROU

Bamboo, 2016
L'Adoption, T. 1



Un tremblement de terre au Pérou, des milliers de morts, et, parmi les vivants, Qinaya, petit bout d'chou aux grands yeux noirs, petit "pruneau" qui va bouleverser la vie de son papy de France, mais pas que...

Que de plaisir dans cet album et quelle émotion de revivre ces moments, si bien retranscrits par les deux auteurs ! Oui, l'attente à l'aéroport, c'est comme ça. Ma puce n'est pas arrivée sur ses deux jambes, mais dans les bras de l'hôtesse. Mais, oui, les bras se tendent, les larmes coulent et les coeurs explosent... Oui, c'est tout comme ils disent !

Tout est juste, même l'hésitation de ce grand-père. D'ailleurs hésite-t-il parce qu'elle vient de là-bas ou parce que, n'ayant jamais été présent pour ses enfants, il ne sait ce que c'est... un enfant ? Et puis, dans la vraie vie, bien sûr, "cette adoption" est dans les deux sens, mais cela ne veut pas dire que la famille n'existe pas ! Elle existe et se resserre dès l'arrivée de l'enfant. En tous cas, pour notre petite fille, cela s'est passé comme ca.

Qinaya prend vie sous le crayon de Monin. Le trait est sensible, aérien, tendre... Bref, un vrai chaud doudou !

Cet album est un bijou de sensibilité qui, plus que d'adoption, parle de filiation.

Allez, hop ! adopté ! Mais, pitié... ne nous laissez pas trop longtemps mariner pour savoir la suite car quel rebondissement à la fin ! Un uppercut que je n'ai pas vu venir. Ouille !

Annecat


Lire l'adoption, pour moi, c'est le retour vers l'histoire de Marion, notre fille, arrivée durant l'été 1985 en direct de Séoul. Quelle aventure, que je revis aujourd'hui dans les pages de ce bel album ! Tous ces moments précis qui restent gravés dans ma mémoire et tout particulièrement son arrivée à Orly : tout comme celle de Qinaya, la petite fille du Pérou, je revis aujourd'hui ce torrent d'émotions à la vue de cette enfant débarquée des bras de l'hôtesse. Je suis dans la case du bas de la page 9 de cet album, celle des bras tendus vers cette enfant venue du bout du monde.

Je revis tous ces moments décrits dans l'album de Zidrou et Monin. A l'exception de l'hésitation de ce grand-père. Chez nous Marion, personne n'a hésité : immédiatement, tu étais de notre famille. Mais cette histoire qui se tisse progressivement dans l'album entre Qinaya et son grand-père, un vrai apprivoisement qui s'achève sur les épaules du papi lors du tour de France, ou dans le lit des grands-parents un soir de peur enfantine devant l'orage.

Que de belles émotions rendues par cette BD joliment illustrée. Vite, le tome 2, et ne nous laissez pas sur cette terrible fin !

Marc Suquet


Kim

MATTEO, ZIDROU

Dupuis, 2003
coll. Repérages. 9,50 euros
Premier tome de la série "Mèche Rebelle" à paraître.



A quinze ans, Kim est belle. Très belle même ! Une mèche rebelle sur le front, elle a la vie vissé au corps, une existence heureuse dont elle profite pleinement : flirts et joie de vivre sont ses seules préoccupations. En bonne fille, elle accepte de jouer, aux côtés de sa soeoeur aînée Alicia, un des deux anges dans le tableau vivant mis en scène par son papa sur le thème de la Nativité dans la crèche de Noël. Kim est une parfaite jeune fille en somme ! Belle, intelligente, aimante et... bien malchanceuse en ce soir de Noël où, vêtue de son costume d'ange, elle court sur la chaussée vers le fast food le plus proche sans voir la DS noire qui surgit à toute allure au carrefour, qui ne freine pas à temps, qui la fauche et dans la foulée prend la fuite... Dans le coma, Kim est transportée à l'hôpital. Mais qui est donc la conductrice de ce véhicule, celle que l'on appelle "Madame" la Mort et qui la sème un peu trop ? Et quel sera le rôle de Lorenzo et Egide, employés du patron de la mystérieuse société Pro Tecto ?...

Cet album est l'occasion d'un moment de lecture fort agréable et des plus sympathiques. L'histoire légère, sensible, émouvante et pas moralisatrice pour deux sous que nous a concoctée Zidrou - qui sort ici avec brio de son registre habituel - est originale, complexe, prenante et fort intéressante qui plus est. Elle mêle habilement réalisme et fantastique dans une sorte de thriller et propose l'idée toute neuve d'un monde assez fascinant où se côtoient le tout venant des mortels, "les protagonistes", et ceux qui ont un rôle primordial à jouer dans la grande pièce de la Vie, "les élites majeures". Et lorsque le patron de Pro Tecto se rend compte qu'il y a eu erreur puisque Kim ne devait pas mourir ce soir-là, il rentre dans une rage folle et impose à "Madame" d'achever sa sale besogne. C'est alors que Lorenzo, l'ange gardien de Kim secrètement amoureux de sa protégée décide de tout mettre en oeoeuvre pour la sauver des griffes de la froide exécutrice et entraîne dans son sillage un nombre important de personnages qui auront tous un rôle à jouer : Kim bien sûr, joli brin de fille qui croque la vie à belles dents, adolescente dont l'avenir semblait tout tracé mais dont le destin paraît maintenant plus que compromis, Alicia, la boulotte, soeoeur et confidente de Kim, pas très gâtée par la nature, la mort, vraiment très froide et méchante, l'étudiant qui n'arrive pas à se suicider... Le suspense est bien entretenu dans cette intrigue pétillante, bien menée et bien narrée. Bref, un scénario sympa agréablement mis en images par Mattéo qui signe avec "Kim" sa première réalisation graphique. Un dessin classique mais réussi dans l'ensemble.

Une très agréable surprise ! Vivement la suite. Espérons que les albums suivants garderont autant de fraîcheur et un rythme aussi effréné que dans ce premier tome vraiment très prometteur !

MGRB

partager sur facebook :