Un léger bruit dans le moteur

Jean-Luc LUCIANI

L'Ecailler du Sud, 2004
6,00 euros



" Je ne tue jamais le dimanche. Le dimanche, c'est le jour où l'on prie le dieu de nous tous, alors c'est péché de taper avec les pierres sur la tête des autres enfants. On se rend dans la maison de bois avec la croix sur le toit et ceux des autres habitations font comme nous. Ils baissent les yeux et ils disent amen. Je n'aime pas ça. Je n'aime pas les voir là, tous réunis à se serre les coudes et les mains. Je n'aime pas les regarder s'embrasser, se saluer d'un geste. Je ferme les yeux et j'imagine que je les tue tous.
J'imagine que je reste seul. Qu'il n'y a plus que moi et le vieux chat noir de madame Frolignac, l'épicière. Je prends le matou sur mes genoux. Je le caresse à rebrousse-poils, puis je serre son cou et je ne relâche mon étreinte que lorsqu'il a cessé de vivre. Alors je suis vraiment seul. "
Ce petit extrait résume bien ce livre, où un enfant va tuer tous les habitants d'un petit village isolé d'une dizaine de personnes. Ce livre écrit par un instituteur marseillais et auteur de livres pour enfants est dérangeant, dur et effroyablement sombre. Livre bien écrit, mais je ne sais pas trop quoi en penser. Ce qui me gêne, c'est la quatrième de couverture, quand on précise que ce livre dépeint le mode de pensée des enfants.

Olivier Gouello


Un trou perdu, nulle part, en dehors de tout contact avec le monde extérieur (sauf le facteur pour les pensions). Voilà où vivent quelques adultes avec leurs enfants. L'un de ces enfants, persuadé qu'il est responsable de la mort de sa mère, lors de sa naissance, va se transformer en meurtrier implacable, éliminant un par un tous les membres de la petite communauté. Les premiers à mourir seront son petit frère et la vieille institutrice. Tous les moyens sont bons : pièges, poison, armes diverses. Il n'y aura malheureusement pas de fin à sa folie.
Livre extrêmement noir. Beaucoup des tares de notre société y sont dépeintes à travers les yeux d'un enfant d'une dizaine d'années, être terrifiant marqué à jamais par la mort de sa mère. Alors, que penser ? ! J'avoue ma perplexité à donner mon avis. L'écriture est vive, les personnages plutôt bien imaginés (malgré la faible longueur du livre), un livre coup de poing, sans concessions pour notre monde d'adultes. Notre petit Hannibal est effrayant à souhait. Mais malgré tout cela, j'accroche moyennement. Peut-être trop de facilité dans l'enchaînement des meurtres et certaines invraisemblances quant à la façon de préparer les assassinats. Ou alors, les adultes sont parfois très naïfs.

Jean Goasdoué

partager sur facebook :