Lignes de vie

Graham JOYCE

Bragelonne, 2005



Coventry, au coeoeur des Midlands en Angleterre, au lendemain de la seconde guerre mondiale. Une jeune fille attend au milieu des décombres que l'on vienne lui prendre son bébé, qu'elle ne pourra pas élever en raison d'une apparente faiblesse d'esprit. Pourtant, Cassie, puisque c'est son nom, ne peut s'y résoudre et rentre chez elle avec son enfant, au grand dam de ses six soeoeurs et de sa mère. N'écoutant que leur coeoeur, toutes décident néanmoins d'aider Cassie à élever son fils : elles s'en partageront la garde à tour de rôle. Prénommé Frank, le petit garçon sera ainsi ballotté d'un foyer à l'autre pendant toute son enfance et apprendra à vivre entre toutes ces soeoeurs, si différentes et pourtant si unies, notamment grâce à leur mère, maîtresse femme et authentique matriarche. Il lui faudra également apprendre à vivre avec les pouvoirs psychiques qu'il partage avec sa mère et sa grand-mère...

Coventry est une ville chargée d'histoire. C'est là que Lady Godiva a effectué sa fameuse promenade à cheval en tenue d'Eve en protestation contre les lourdes taxes imposées au petit peuple. C'est également la ville anglaise qui a payé le plus lourd tribut à la seconde guerre mondiale. Cible d'un demi millier de bombardiers de la Luftwaffe, Coventry fut quasiment rasée en 1940. Témoin de cet épisode dramatique, la cathédrale est encore aujourd'hui en ruines, les pans de mur subsistant se dressant fièrement à côté d'une nouvelle cathédrale ultra-moderne, en un contraste saisissant qui rappelle au visiteur ce qu'a vécu la ville.

C'est sur ce contexte particulièrement riche et émouvant que Graham Joyce bâtit son roman, la nuit du bombardement jouant un rôle central dans son intrigue et l'évolution de ses personnages. Le souvenir de Lady Godiva fait lui aussi une apparition remarquée, et il est également question de ce qu'est aujourd'hui devenu Coventry, célèbre pour avoir donné naissance à la première usine automobile du Royaume-Uni.

Mais Lignes de vie est surtout une histoire de femmes (sept soeoeurs et leur mère, accompagnées de la présence spectrale et énigmatique du père), de liens filiaux, de déchirements parfois. Souvent drôles, toujours finement observées, ces lignes de vie tissent un roman captivant, étonnant par son manque apparent de trame, mais qui forme finalement un tout fort cohérent. Le côté fantastique reste anecdotique, même s'il explique en grande partie la psychologie des personnages et certains événements. Ce livre n'est donc pas à conseiller exclusivement aux dingues de paranormal, mais plutôt aux amateurs de belles histoires qu'un peu de piment surnaturel ne rebute pas. Une grande réussite.

Mikael Cabon

partager sur facebook :