Muddy Waters

René HAUSMAN

Nocturne, 2005
Collection BD Blues



Après Charley Patton, John Lee Hooker et le gospel, la collection BD Blues des éditions Nocturne s'intéresse au cas de Muddy Waters avec une BD d'une vingtaine de pages signée Hausman, une biographie de Jean Buzelin en français et en anglais et, cerise sur le gâteau, deux CD d'un peu plus d'une heure chacun qui couvrent l'essentiel de la carrière du bluesman entre 1946 et 1954.
Une très belle surprise que cet album. Dans ses magnifiques dessins, Hausman fait revivre avec autant de tendresse le vieux Muddy en pleine gloire, frottant ses cordes à coups de bottleneck rageur et la bouille impayable du petit McKinley (eh oui, c'était son vrai prénom...) qui rêve en martyrisant sa pauvre guitare bricolée avec trois bouts de ficelle de quitter les champs de coton pour vivre de sa musique dans la grande ville. Effectivement, cela fait un peu cliché, mais telle fut la vie de l'inventeur du Chicago Blues, celui qui a littéralement électrifié le son du delta. En quelques planches, Hausman réussit à rendre un vibrant hommage, semble-t-il sincère, à l'immense musicien décédé en 1983. Le scénario est tout ce qu'il y a de plus basique mais en blues, plus c'est basique, plus c'est bon ! Et s'il est un homme qui s'y connaissait en la matière, c'est bien Muddy Waters. Justement, cette BD est à feuilleter en écoutant la compilation de 44 titres qui l'accompagne. Domaine public oblige, n'est couverte ici que la période allant de 1946 à 1954, ce qui présente somme toute l'avantage d'offrir avec une belle homogénéité un aperçu relativement complet des premiers enregistrements de l'artiste, pour se terminer avec les premières collaborations de Muddy Waters et de l'immense Willie Dixon (on a eu chaud : à un an près, on n'avait ni Hoochie Coochie Man, ni I Just Want To Make Love To You...).
Au final, voilà pour les amateurs du gros blues qui tache un très, très bel objet à s'offrir pour savourer du Muddy brut de décoffrage comme on l'aime.

Mikael Cabon


Les Chasseurs de l'aube

René HAUSMAN

Dupuis, 2003
Collection Aire Libre



"Il y a longtemps, peut-être trente mille fois le retour des saisons..." (p. 5) Kanh, fils d'Onha, de la tribu des Goure-Hanes, aime chasser en solitaire. Cet attrait pour la solitude, contraire aux lois tribales de survie, remonte probablement à son enfance, à l'époque où orphelin il a été recueilli par Hozha, la femme-sage de la tribu, qui l'a élevé comme son propre fils. Au cours d'une de ses chasses solitaires, Kanh rencontre Reeh, une jeune femme qui l'attire dès le premier instant. Grâce à l'appui d'Hozha, crainte et respectée des Goure-Hane, il parvient même à obtenir que Reeh partage la vie de la tribu, malgré les brimades de Gaït dont Kanh a toujours repoussé les avances et la forte opposition de Zarg, le chef du clan. Ce dernier voit en effet dans ce couple une menace à l'indispensable cohésion du groupe face aux dangers extérieurs. Or Reeh appartient à la race de ceux-qui-vont-debout, race méprisée par celle de la tribu dont les membres se baptisent, par opposition, - les êtres. L'intrusion dans la vie du clan d'une étrangère non acceptée par tous risque de déséquilibrer l'existence de ceux dont la survie réside dans l'observation de règles strictes, contraignantes et intangibles. L'esprit des herbes amères annonce à Hozha des jours sombres à venir...

Ce qui frappe d'emblée à la lecture de ce très bel album, c'est la qualité du dessin, d'une finesse et d'une précision incroyables, admirablement mis en couleur. Chaque vignette est un petit chef d'oe'oeuvre, certaines étant même d'une force et d'une beauté à couper le souffle. Hausman parvient à merveille à restituer une ambiance et un univers à la fois sombres et inquiétants sans doute assez proches de ce qu'ils devaient être - sauvages, âpres, cruels, rudes, sans pitié et terriblement violents - en ces temps reculés de notre préhistoire où l'humanité avait pour principale préoccupation d'assurer sa survie. Il réussit ainsi à nous communiquer la terreur mêlée d'admiration qu'ont pu ressentir nos ancêtres en croisant le chemin d'un troupeau de mammouths. Autant l'affirmer tout net : l'album vaut surtout pour la virtuosité de son traitement graphique. Bien que n'évitant pas quelques poncifs et pas toujours très crédible, l'histoire agacera peut-être les spécialistes du paléolithique, préhistoriens et autres anthropologues. Tragique à souhait, elle se déroule à une époque au cours de laquelle les hommes de Neandertal et de Cro-Magnon ont coexisté. Le moins qu'on puisse dire est qu'elle s'avère plutôt bien construite, attachante et a surtout le mérite de montrer que l'homme n'a pas beaucoup changé depuis trente mille ans, et que le monde était déjà régi par les mêmes forces qu'aujourd'hui : l'amour, la colère, la haine, la jalousie, la soif de vengeance et celle du pouvoir. Le texte lui-même est très inventif, l'auteur usant constamment de métaphores pour exprimer les concepts abstraits liés au temps ou à l'hérédité, par exemple.

Un album surprenant, particulièrement fascinant en raison de la magnificence de son graphisme et qui mérite qu'on s'y attarde !

MGRB

partager sur facebook :