Gauguin

Laurence CROIX, LI-AN

Vents d'Ouest, 2010
104 pages, 15 euros



Gauguin annonce à ses amis son départ pour Tahiti. Il y trouvera une ambiance bien éloignée de celle qu'il imaginait de Paris.

Gauguin part à Tahiti en 1891. Il y peindra 70 toiles avant de s'établir aux Marquises. Dans le cimetière d'Atuona, sa tombe est voisine de celle de Jacques Brel.

L'album illustre la déception de Gauguin lors de son arrivée et son désenchantement à la vue de la société trop civilisée de Papeete. Paul Gauguin ira donc se réfugier à l'intérieur du pays, échappant aux manières un peu trop civilisatrices des blancs. C'est finalement l'envers du décor qu'illustre ici l'auteur : Tahiti n'a rien d'un paradis.

L'auteur, Li-An, fils d'une tahitienne, a vécu dans l'île durant quelques années. Son scénario mélange réalités historiques et histoires imaginés, comme il l'avoue lui même : "Le Gauguin de cette histoire est un mélange de ce que j'ai découvert de lui avec ce que j'avais envie de raconter. Ma peinture de Gauguin n'est pas plus fidèle à la réalité que ses tableaux...". Ainsi, la lutte de Gauguin contre des trafiquants d'armes, présentée dans l'album, semble inexacte, comme le précise la préface.

L'album n'est aucunement l'illustration fidèle de la vie du peintre mais bien plutôt ses hésitations face à ce qui n'a finalement rien d'un paradis primitif, source inépuisable pour un peintre. Les couleurs de Laurence Croix, qui a travaillé sur les tomes 19 et 20 de Black et Mortimer et sur plusieurs autres albums, sont un peu froides. J'aime par contre beaucoup la couverture de l'album.

Au final, une BD intéressante sur le personnage de Gauguin, même si tout n'est pas historiquement exact.

Marc Suquet


  

Fantômes blancs (Tome 1 : Maison rouge)

APPOLLO, LI-AN

Vents d'Ouest, 2005
Collection Equinoxe



François et Maxime sont de retour dans une île tropicale où ils ont passé leur enfance. Le merveilleux de l'île agit en tous sens : Maxime débute la construction d'un avion qui n'en est qu'à ses débuts, François rencontre des chasseurs de trésors puis un fantôme blanc dans la jungle qui lui raconte son histoire d'amour passée avec une riche veuve.

L'histoire est pour l'instant encore assez vague. On ne voit pas bien où cela va. Peut être est ce le principe d'un Tome 1 ? Les personnages ne sont pas désagréables : François un ancien esclave un peu dépassé par tout ce qu'il rencontre, du fantôme aux cabris qui parlent, Maxime un peu ravi attiré par l'aviation encore à ses débuts. Mais le scénario manque tout de même de consistance. De plus, cela manque un peu d'action ce qui donne à ce tome un rythme lent. On vit avec le passé colonial ou forban de cet île très présent. Les dessins sont assez peu soignés et sans grands détails. Les couleurs sont tout de même variées.

Après une couverture très alléchante, avec un dessin prometteur, je suis restée totalement sur ma faim. L'histoire est non seulement convenue mais ennuyeuse, il ne se passe rien. Quant aux dessins, ils sont peu aboutis, vagues et ne retransmettent ni la nostalgie ni l'aventure dans lesquelles les auteurs voulaient (enfin je suppose) nous emmener. Alors oui, bien sur, c'est un premier tome de mise en place des personnages et comme tout les premiers tomes... et bien non, tous les premiers tomes ne sont pas ennuyeux... non mais !

Annecat

partager sur facebook :